Baker street tome1 : Sherlock Holmes n'a peur de rien
de Pierre Veys (Scénario), Nicolas Barral (Dessin)

critiqué par Jean Loup, le 21 juillet 2002
(Vaulx en Velin - 48 ans)


La note:  étoiles
Détournement de Baker
Une série qui s'intitule "Baker Street", ça fleure nécessairement son Sherlock Holmes. On s'attend donc à une adaptation plus ou moins réussie des récits de Sir Arthur Conan Doyle, mettant en scène l'un des esprits les plus brillants de la littérature policière (mais non, on ne vous oublie pas, monsieur Poirot !). Mais on comprend vite que Pierre Veys, malgré sa passion et son admiration pour le personnage, n'a pas pour ambition de mettre en cases (sous le pinceau de Nicolas Barral) la prose de Conan Doyle : dès la troisième case, le facétieux Holmes émet des bruits suspects et tonitruants dans la silencieuse bibliothèque d'un club très sélect, avant d'accuser un Watson vert de rage !
Le reste de l'album est à l'image de cette surprenante introduction : Watson est un ivrogne que les déductions de son ami n'impressionnent pas le moins du monde, Holmes est moins malin mais plus rancunier que Conan Doyle ne l'avait cru, et Moriarty est gentiment allumé (voir la scène finale). Tous les personnages des livres apparaissent donc dans cette BD humoristique. La parodie est réussie, et comme souvent, elle témoigne d'un véritable amour de l'objet détourné. Les amateurs de Conan Doyle apprécieront cet hommage ; d'ailleurs, la Société Sherlock Holmes de France a déjà manifesté son enthousiasme pour ce joli clin d'oeil. Et même si vous ne connaissez pas l'oeuvre originale, "Baker Street" vous fera passer un bon moment.