Peanuts, tome 1 : Joe Cool déteste le dimanche après-midi
de Charles Monroe Schulz

critiqué par CC.RIDER, le 7 octobre 2011
( - 61 ans)


La note:  étoiles
Amusant et tendre
Lucy est amoureuse du beau Schroeder qui ne veut rien savoir. Snoopy refuse de manger sa pâtée quand c'est Charlie Brown qui la lui apporte mais l'accepte de grand coeur quand elle est servie par une fille... Linus confie son doudou à Snoopy en lui recommandant de ne lui rendre sous aucun prétexte. Il veut se débarrasser de cette sale manie, mais craque très vite et est au bord de la crise de nerf quand il s'aperçoit que Snoopy applique la consigne à la lettre... Au camp d'été, Chuck se fait un nouveau copain très bizarre. Quoi qu'on lui dise il répond toujours : « Tais-toi et laisse-moi tranquille ! »... Snoopy veut lire « Guerre et Paix » au rythme d'un seul mot par jour. Woodstock, son ami moineau, n'y comprend rien et se fâche...
Cet album regroupe toutes sortes d'histoires amusantes et tendres ayant pour personnages les célèbres gamins de Schulz (Charlie Brown, Lucy, Chuck, Marcy, Schroeder, Franklin etc...) et le non moins célèbre Snoopy, le chien philosophe qui passe son temps couché sur le toit de sa niche. Inutile de présenter tout ce petit monde pas plus que le trait épuré jusqu'à la simplicité sublime du génial dessinateur. Le lecteur se délectera de l'humour très particulier de cet album rempli de considérations paradoxales ou sentencieuses qui confinent parfois à l'absurde le plus délicieux. « L'amour c'est pas savoir de quoi on parle. »
« Dans l'histoire de l'Humanité, les plus gros dégâts ont été causés par des gens qui croyaient bien faire. »
« Les ennuis me suivent partout, dit Charlie Brown à Lucy qui lui sert de psychanalyste. Ce qu'il te faut, lui répond-elle, c'est une vie sur liste rouge. »
«  Quand tu meurs et que tu vas au paradis, tu suis une pente droite ou des virages ?
Des virages, bien sûr.
Comment peux-tu être aussi catégorique ?
Je suis toujours catégorique sur les choses subjectives. »