Amphitryon
de Molière

critiqué par Perlimplim, le 14 août 2011
(Paris - 43 ans)


La note:  étoiles
Fascinant
Fascinant Amphitryon! Créée en 1668, la pièce ne connut qu'un succès public modéré, peut-être du fait que Molière ait écrit là une de ses oeuvres les plus surprenantes.
Molière reprend la légende d'Amphitryon, déjà traitée au théâtre notamment par Plaute et Rotrou. La principale originalité réside dans la langue ici utilisée: les vers libres (A noter que La Fontaine publie le premier livre des "Fables" la même année). Ils offrent à l'auteur plus de possibilités expressives que les alexandrins, et permettent des jeux verbaux plus surprenants que la prose. Chaque personnage possède sa propre façon de parler, son propre langage, ce qui donne à la pièce un relief particulier. Oeuvre baroque s'il en est, "Amphitryon" est l'exemple unique d'un art porté à sa perfection.
Amphitryon est un général thébain, récemment marié à Alcmène. Alors qu'il est parti à la guerre, Jupiter prend les traits du mari pour séduire Alcmène. De cette union naîtra Hercule. Molière exploite les quiproquos de la rencontre fortuite d'Amphitryon avec son double/Jupiter, et de la rencontre de son valet Sosie avec son propre double qui n'est autre que Mercure. Toutes les possibilités offertes par le chassé-croisé des vraies personnes et de leurs sosies (le terme français vient directement de cette pièce) sont exploitées jusqu'au dénouement final. Le comique dans "Amphitryon" est assez direct, mais reste parfois troublant, tant la question du Moi (Qui suis-je au-delà de mon apparence?) est posée avec acuité. Si l'oeuvre ne connut guère les faveurs du public, les dramaturges lui vouèrent une fascination jamais démentie. Kleist en particulier reprit la pièce de Molière (qu'il adapta en allemand plus qu'il ne la traduisit) en approfondissant encore la thématique du Moi mis en péril.
Oeuvre intuitive, écrite dans une langue absolument délicieuse, "Amphitryon" demande à être lue avec attention, tant elle renferme de trésors enfouis.