Le vendeur de saris de Rupa Bajwa

Le vendeur de saris de Rupa Bajwa
(The sari shop)

Catégorie(s) : Littérature => Asiatique

Critiqué par CC.RIDER, le 30 juillet 2011 (Inscrit le 31 octobre 2005, 61 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (21 775ème position).
Visites : 2 386 

Lumpenprolétariat hindou

Ramchand, un jeune homme d'Amritsar, en Inde, passe sa vie entre une petite chambre sordide et un travail de vendeur de saris mal payé et sans grand intérêt. Il n'a ni famille ni avenir. Il se console en tentant d'apprendre seul la langue anglaise et en épiant la jeune épouse de son voisin. Un jour, il doit aller présenter des modèles à des dames de la haute société. Il découvre un tout autre univers. La femme d'un de ses collègues, devenue alcoolique par désespoir, vient faire un scandale devant la porte d'un notable qu'elle estime responsable de sa misère. Elle est arrêtée par la police...
Une chronique de la vie quotidienne d'un prolétaire issu de l'Inde d'en bas, écrite avec la minutie et la précision d'un entomologiste. Intéressant d'un point de vue sociologique, mais l'ensemble donne une impression de lenteur. On s'ennuie un peu car les descriptions sont longues et il ne se passe pas grand chose dans cette histoire, mis à part l'arrestation suivie du supplice de la femme du collègue ce qui occasionnera un pétage de plomb de Ramchand (sans grande conséquence d'ailleurs). Le lecteur découvrira surtout l'inégalité entre les classes sociales (certains se gobergent dans un luxe indécent pendant que d'autres meurent littéralement de faim), l'indifférence et même la cruauté d'une société totalement exotique. Malheureusement, ce récit est truffé de mots en hindi non traduit, ce qui n'aide guère à la compréhension du texte. Des notes explicatives ou même un simple glossaire en fin d'ouvrage auraient pourtant été absolument indispensables.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Toutes les couleurs de l'Inde

10 étoiles

Critique de Pierrequiroule (Paris, Inscrite le 13 avril 2006, 38 ans) - 11 décembre 2013

Voici un magnifique roman, tout simple en apparence, mais vraiment bouleversant.

C'est l'histoire de Ramchand, modeste vendeur de saris, qui cherche à donner un sens à sa vie en étudiant. Orphelin très jeune, Ramchand a reçu une instruction médiocre, vite oubliée à son entrée dans le monde du travail. A 26 ans, il déchiffre à grande peine les enseignes et ne maîtrise absolument pas l'anglais. Pourtant l'univers étroit de sa boutique, les dimanches au cinéma entre collègues et sa petite chambre moisie ne lui suffisent plus. Mis au contact de la haute bourgeoisie par le biais de sa clientèle, Ramchand aspire à une existence meilleure. Il veut à tout prix progresser, se faire une place dans la société. Lorsqu'il se retrouve par erreur invité au mariage fastueux des Kapoor, famille de grands industriels, l'humble employé a une sorte de révélation: et si c'était ça, la vraie vie? Mais alors pourquoi tant d’injustice pour des centaines de millions d’Indiens ? Comment Chander, vendeur en apparence paisible, a-t-il sombré dans l’alcoolisme et la violence conjugale ? Pourquoi la police a-t-elle assassiné de sang-froid les deux fils du marchand de thé ? Les réalités sociales de l'Inde vont rapidement briser les rêves de notre héros. Ramchand aura beau se débattre, il ne pourra échapper à la souffrance des petites gens qui l'entourent, à toute cette misère sur laquelle on voudrait fermer les yeux pour continuer à survivre.

"Le vendeur de saris" nous en apprend beaucoup sur l’Inde contemporaine, sur ses problèmes de corruption, ses inégalités sociales, ses conflits religieux. Mais ce n'est pas seulement un roman social. C'est surtout l'histoire d'une prise de conscience. Comme de nombreux concitoyens, Ramchand semble avoir un destin tout tracé, fait de médiocrité et de misère. Or, grâce à l'étude et à la réflexion, il parvient à un bref éveil de la conscience, d'autant plus douloureux que le personnage est totalement impuissant. Face aux abus du système, les plus humbles sont éternellement foulés au pied. Faut-il alors s’autodétruire – comme la jeune Kemala-, se révolter, ou se résigner à vivre dans le noir pour toujours en s’aveuglant soi-même ? Cette tragédie personnelle donne au livre une dimension psychologique très intéressante.

Dans ce roman, les saris chatoyants côtoient le gris sale des taudis. Cette symbolique des couleurs est présente jusqu’à la dernière ligne où il est question d’une souillure indélébile, image du désespoir.

Forums: Le vendeur de saris

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le vendeur de saris".