Turlute gratos les jours fériés
de San-Antonio

critiqué par Killeur.extreme, le 26 juin 2011
(Genève - 37 ans)


La note:  étoiles
Mon curé chez les Assassins
San-Antonio est chargé de protéger un curé, ancien camarade de classe de Berrurier qui pour assurer la sécurité de la future victime le remplace dans le confessionnal. Tout se passe bien jusqu'à ce que la personne venue se confesser, une vieille dame, ne soit retrouvée morte piquée par une fléchette empoisonnée, le révolver que San-Antonio découvre prouve que c'est bien cette mamie inoffensive qui en voulait à la vie du curé. Pourquoi? Comment? Dans quelle étagère? Je ne vous le dirai pas....

Ceux qui connaissent la série seront en terrain connu, on y rit à en pleurer, l’intrigue est complètement inattendue et la conclusion est digne d'Agatha Christie, mais avec de l'humour et plus d'action et de sexe.
Un très bon San-Antonio ! 10 étoiles

Dans cet épisode de la "dernière période" des San-Antonio (les années quatre vingt dix), nous retrouvons le bon commissaire et son fidèle Béru pour une enquête qui, partie d'une église parisienne, va les emmener en Belgique où ils vont en voir de toutes les couleurs.
L'intrigue est intéressante (bien qu'il y ait quelques incohérences, mais ce n'est pas gênant dans des sanas). L'humour et les scènes d'anthologies et autres gauloiseries sont dignes des meilleurs opus de la série. Les arrêts sur image permettant quelques réflexions plus sérieuses, voire philosophiques, sont également savamment dosés rendant le tout parfaitement digeste et goûteux !
A lire sans modération.

JEANLEBLEU - Orange - 51 ans - 15 décembre 2012