Paysage, paysages
de Jean Cabanel, Brigitte Gueyraud (Dessin)

critiqué par Buck, le 14 juin 2011
(Rennes - 29 ans)


La note:  étoiles
Un grand plaidoyer pour quelque chose d'insoupconné
Qu'est ce qu'un paysage ? Et pourquoi dédier un livre sur les "ça"? Que vont-ils nous inventer encore ?


Voilà quelques-unes des questions que l'on peut se poser sur ce livre au premier abord. A première vue, ces interrogations paraissent normales en ce qui concerne les Paysages, car on ne parle jamais ou presque des Paysages. Pourtant, leurs intérêts sont énormes et insoupçonnés, car les Paysages sont partout : pendant vos vacances, au travail, dans votre jardin et vous suivent même jusqu'à votre fenêtre de salon.

Plus qu'un intérêt esthétique, les Paysages nous transmettent d'autre valeurs, elles aussi insoupçonnées : histoires d'un village, économies du lieu, indices sur la population. Bien que nous l'ayons gratifié, il y a quelques siècles, depuis 1950, nous saignons le Paysage. Monotonies et appauvrissement des terrains agricoles, zones résidentielles semblables de Nice à Amiens, entrées des villes pourries par les affiches publicitaires, centres ville ne formant plus aucunes cohésion sociale...

Plus qu'un plaidoyer en faveurs des Paysages, c'est une véritable remise à plat du système que demande ce livre qui vaut la peine de d'être lu; car la notion de Paysages n'existe pas seulement 2 semaines par an, pendant nos vacances, mais elle reflète aussi le lien que nous partageons avec les autres sur un même lieu de vie, qu'il soit quartier, ville ou bourg.

A conseiller aux jeunes, aux vieux, aux femmes, aux hommes, aux urbains comme aux campagnards.