Les yeux de Lira de Eva Joly, Judith Perrignon

Les yeux de Lira de Eva Joly, Judith Perrignon

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Noir de Polars, le 14 juin 2011 (PARIS, Inscrit le 28 mai 2011, 51 ans)
La note : 1 étoiles
Visites : 2 381 

"Les Yeux de Lira", un hymne vibrant à l'utilité du recyclage.

Le quatrième de couv annonce fièrement: "Avec « Les yeux de Lira », le duo Eva Joly-Judith Perrignon s’attaque au polar avec jubilation et plonge le lecteur dans une véritable course-poursuite, sans retour possible".
C’est faux, et fort heureusement ! Le lecteur a un « retour possible », une carte stop, il peut tout simplement refermer ce bouquin avant de s’être par trop ennuyé à le lire jusqu’au bout, et l’emmener directement vers sa destination naturelle, un centre de recyclage : on est écolo, ou pas, fichtre ! Il peut aller aussi jusqu’à ne pas l’acheter, acte encore plus citoyen, ce qui lui évitera le déplacement vers les bennes.
Qui a vraiment écrit ce navet, Mystère. Quoique. La recette est on ne peu plus simple, en fait : l’une a bricolé un vague thriller politico-financier, glissé quelques anecdotes tirées de son ancien métier, et l’autre a mis en forme.
Disons le tout de suite, le travail de mise en forme est honnête. Pas transcendant, mais honnête. Quelques fautes de style, mais on a vu bien pire.
C’est le fond qui pose problème dans ce livre : une fois qu’on a dit, redit, rabâché, que les riches étaient pourris, que le parquet l’était également (Eva Joly, ancien juge d’instruction hait et méprise à la fois les procureurs et plus généralement l’intégralité de son ancienne hiérarchie) et qu’on a truffé le récit de ficelles financières faciles et connues même du paysan du Rouergue, on fait quoi ? Comme il faut tenir 317 pages (pour vendre un navet 19,80€, il faut tout de même ça) on reprend depuis le début, on invente quelques nouveaux personnages, et on touille à nouveau.
Le livre a néanmoins un mérite, un seul ; il nous renseigne utilement sur la dose de bile rentrée d’Eva Joly .
Tout le livre tient dans cet échange verbal (p 73) , un bien dans l’air du temps, un bien courageux et qui fera à n’en pas douter progresser la justice dans le monde :
- « Et pendant que vous y êtes, signez la commission rogatoire ! Au moins, vous saurez pourquoi vous vous faites engueuler, tente encore Félix.
- On va trouver quoi ? des entourloupes de milliardaires mais rien sur ce qui s’est passé. Les riches aussi se noient !
- Mais seuls les pauvres ne savent pas nager !

C’est beau, hein? Ah c’est sûr, le monde est mal fait, que voulez-vous c’est ainsi depuis la nuit des temps, et ce ne sont pas les larmes faciles d’Eva Joly qui le fera avancer dans le bon sens.
On peut comparer cet « ouvrage » aux deux premiers Sulitzer, « Money » et « Cash » .Même veine, sauf que ces deux-là réservaient au moins leurs moments d’humour. Ici, même pas. Ils étaient aussi empreints d’un certain optimisme. Ici, behh…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les yeux de Lira

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les yeux de Lira".