Comment oublier une femme
de Dan Lungu

critiqué par CC.RIDER, le 8 juin 2011
( - 62 ans)


La note:  étoiles
Ennuyeux et dispersé...
Marga a quitté Andi sans lui laisser d'autre explication qu'un petit mot : « Je suis partie, un jour tu comprendras ». Leur histoire d'amour est donc interrompue au moment où il s'y attendait le moins et il ne comprend pas pourquoi. Etant un très modeste journaliste dans une feuille de chou sans envergure, il tente de rassembler quelques bribes de leur histoire pour remettre un peu de logique dans leur histoire.
Malheureusement, la mayonnaise ne prend pas. Le lecteur peine à s'intéresser à cette histoire d'amour qui n'en a peut-être jamais été une entre une étudiante un peu fantasque et un scribouillard alcoolique et paresseux. Manque de consistance de l'intrigue, discours allant de digressions en digressions. Lungu nous parle un peu de tout (souvenirs d'enfance, vie des potentats locaux corrompus, mentalité d'un patron de presse qui appelle « veaux » les lecteurs, moeurs des adventistes du septième jour, etc...) dans un pénible désordre. Et pour ne rien arranger, il utilise autant le « je » que le « il » pour plusieurs personnages, ce qui ne facilite pas le travail de compréhension de son pauvre lecteur. Sans oublier qu'il passe de l'un à l'autre comme du coq à l'âne et parsème son discours de termes roumains qui ne sont pas tous traduits dans le petit glossaire de fin. Résultat : on peine et on s'ennuie à lire ce bouquin écrit grâce à une bourse et à un séjour à la villa Marguerite Yourcenar offerts à l'auteur par le Conseil Général du Nord.