La chute de Albert Camus

La chute de Albert Camus

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Jules, le 31 décembre 2000 (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 25 avis)
Cote pondérée : 9 étoiles (36ème position).
Visites : 12 664  (depuis Novembre 2007)

Une conversation entre deux personnes, mais quelle conversation !

Un Français, à Amsterdam, est accosté par un autre Français, Clamence, vivant là et à l'aspect un peu bizarre.
Ils s'installeront dans un café et parleront. Ce sera le début d’une longue confession de la part de Clamence.
Il était un très grand avocat à Paris, très connu. Il menait une vie mondaine, était célibataire et, surtout, avait beaucoup d’estime pour lui-même. Un jour, il a tout abandonné, tout rejeté, et s’est réfugié ici, à Amsterdam, dans ce bar minable et un peu louche, le Mexico City, où ils boivent tous les deux. Pourquoi ? Il livre une phrase importante, tout au début. Un pont en hiver, une eau glacée, noire, et quelqu'un qui se jette à l'eau. L’aider ? Pas l’aider ? " Les plongeons rentrés laissent parfois d'étranges courbatures. " dit-il. Il a perdu toute illusion sur lui-même !
Dans ce livre, nous trouverons des réflexions sur l'homme, la société, le péché, l’envie, la justice, le bonheur, Dieu, le Christ, la liberté. Clamence dit : " Au bout de toute liberté, il y a une sentence, voilà, pourquoi la liberté est trop lourde à porter… Ah ! mon cher, pour qui est seul, sans dieu et sans maître, le poids des jours est terrible. "
Comme Dostoïevski dans " les Frères Karamazov " et Rimbaud dans son poème " Soleil et chair ", il arrive à la conclusion que l’homme ne veut pas de la liberté. Alors quoi ? Dostoïevski avait imaginé l’homme remettant sa liberté entre les mains de quelques hommes, éclairés, en échange de son pain assuré et une vie heureuse. Camus voit l'homme se créer de nouveaux dieux, modernes, des dieux vivants et palpables à qui ils céderont leurs pouvoirs. C'est un peu la même chose, mais il faut avouer que Camus avait un avantage sur ses prédécesseurs : il avait vu les hommes à l’oeuvre avec Hitler et la soumission à Staline. Dostoïevski et Rimbaud, sous une autre forme, avaient deviné ce que la chute de Dieu pouvait entraîner.
Dois-je vous dire que j'ai adoré ce petit livre, vraiment pas difficile à lire. Deux heures de lecture, mais quelle lecture ! Un petit conseil ? Prenez de quoi souligner en le lisant. Cela vous permettra de vous régaler souvent de certaines phrases sans devoir relire tout le livre.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

L'enfer, c'est les autres

7 étoiles

Critique de Elko (Niort, Inscrit le 23 mars 2010, 41 ans) - 29 juin 2016

Dans un bar d'Amsterdam Jean-Baptiste Clamence aborde un compatriote de passage. Au fil de la conversation il lui confie comment avocat parisien à qui tout réussissait il a fini par sombrer jusqu'à ce bar douteux. Comment le rire entendu une nuit sur un pont a commencé à troubler son assurance et ses certitudes. Riait-on de lui? Ne présentait-il pas l'image parfaite qu'il supposait donner? Etait-il démasqué et le jugeait-on? De question en question tout s'est effrité, des souvenirs enfouis ont émergé, et s'est alors amorcée sa chute, sous le poids d'une culpabilité qu'il ignorait.
Ce roman en forme de monologue, aussi court soit-il, est d'une grande densité. Il est difficile d'en saisir toute la richesse en une seule lecture et j'ai regretté de n'avoir pas choisi une version commentée.
Il y est question de la nature humaine et de sa relation à l'autre. C'est sombre et pessimiste. Et ça donne envie de relire du Camus.

Une confession noire et mystérieuse

9 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 39 ans) - 5 mars 2015

Comme souvent, Camus sonde le for intérieur de personnages en marge, originellement ou qui le sont devenus. C'est le second cas qui est décrit en l'espèce, via un dialogue, qui vire souvent, en réalité au long soliloque qu'écoute le locuteur du protagoniste. Le lieu est glauque, et contraste avec sa vie antérieure. Ce qui le mène là est le centre de l'histoire. Une certaine fidélité à ce qu'il est le guide, bien que de manière contrainte, et c'est ce qui est découvert tout au fil de cette nouvelle. L'intrigue est fort bien menée. Les valeurs d'un homme mêlées de ses désillusions peuvent le mener bien loin.

Voilà un classique qui mérite son "statut".

Lu en juin 2001, relu pour l'occasion.

La Chute, 1956

10 étoiles

Critique de Martin1 (Chavagnes-en-Paillers (Vendée), Inscrit le 2 mars 2011, - ans) - 24 août 2014

Résumé : Dans un bar d’Amsterdam, l’ancien avocat Clamence fait le récit de sa vie. Altruiste, généreux et amoureux de la justice, il vole de plaisir en plaisir, de joie en joie. Mais un soir, il prend conscience de sa vanité mais, se sachant coupable, il se refuse à se traiter comme tel.

Mon avis : J’ai lu La Chute juste après L’Etranger. Le récit est plus ardu, mais le contenu, je crois, est plus riche encore. Je crois que je si je ne peux pas me reconnaître en Meursault, je me reconnais en Clamence, et Camus, je crois, s’y reconnaît aussi. Camus, à travers ce livre, veut sans doute faire un pied-de-nez à tous ses « amis » bien-pensants qui ne tarissent pas d’éloges à son sujet. Camus a sur lui-même un regard plus froid et plus cynique.
Ici, Clamence est un personnage momentanément tourmenté qui prend conscience d’une chose : il fait le bien, certes, mais moins pour les autres que pour s’aimer lui-même. Il est obsédé par le désir d’être aimé, de recevoir en retour de ses largesses ce qui lui est dû. Il est obsédé par son paraître et terrifié par ce qu’il est vraiment. Même quand il pense au suicide, il parle de ce que l’on pensera après.
--- SPOILER ---
Mais voilà le hic : Clamence sait que tout le monde veut se croire innocent. On invoquera des circonstances atténuantes, des conjectures exceptionnelles. Sauf que personne n’est exceptionnel. « On n’est pas plus responsable d’être criminel de nature qu’à l’être de circonstance. »
Clamence lâche les chiens sur l’humanité : « En somme, nous voudrions, en même temps, ne pas être coupable et ne pas nous purifier ». Cette vérité terrible, que Clamence a le privilège de découvrir, il ne veut pas la cacher ; mais il veut s’y conformer encore et toujours. C’est pourquoi il se fait juge-pénitent. Pour accuser les autres, il commence par s’accuser lui-même. C’est une fausse confession. « Les auteurs de confession écrivent surtout pour ne pas se confesser, pour ne rien dire de ce qu’ils savent. Quand ils prétendent passer aux aveux, c’est le moment de se méfier. On va maquiller le cadavre. » En parallèle, le juge-pénitent s’absous lui-même, car il n’est pas plus coupable que les autres. Que veut-il ? Continuer. Continuer à être coupable. Continuer à être aimé d’amis naïfs et de femmes faciles. Continuer à être l’objet exclusif de son amour.
Quelle cynisme... mais cela donne à réfléchir.

Avec Camus, Dieu jamais trop loin....

8 étoiles

Critique de Auderset (, Inscrit le 26 avril 2014, 48 ans) - 26 avril 2014

Camus se présente souvent comme athée,
et cela se ressent par dans la solitude fataliste de certain de ses écrits…
mais c’est plus la religion qu’il met à nu en condamnant les motivations des hommes qui la pratiquent pour leur propre confort orgueilleux, et pas tant Dieu lui-même. Car entre les lignes, on ressent un véritable cri de détresse à Dieu auquel ils auraient tant voulu croire.
"pour qui est seul, sans Dieu et sans maitre, le poids des jours est terrible… » disait-il.
Derrière le cynisme si bien décrit et dans lequel on se reconnait si bien, on perçoit néanmoins aussi une affection cachée, mais sincère, pour son prochain…

Une lecture (voire une purge) qui m’aura permis de mieux sonder certaine de mes motivations profondes et de m’améliorer dans l’honnêteté de ma démarche de foi au Christ.

Monologue de destruction massive

10 étoiles

Critique de Kreuvar (, Inscrit le 3 avril 2012, 34 ans) - 29 octobre 2012

Il s'agit là d'un monologue de destruction massive pondu par Camus.
Les sentiments humains et peut-être masculins sont décrits à la manière de Céline dans voyage au bout de la nuit, sans concession avec perfection.
Cela ressemble à un pamphlet, un procès des travers de l'homme incarnés dans le narrateur.
Un ouvrage tellement riche qu'il faudra sans doute le relire.
Un chef d'œuvre!

La chute

7 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 37 ans) - 15 août 2012

J'ai été un peu déçu par ce petit roman de Camus. J'avais beaucoup d'attente après avoir lu la peste. Pour le positif, les phrases de ce livre sont très fortes et on peut en sortir des citations marquantes à la tonne. Pour ce qui est du négatif, c'est que je n'ai pas beaucoup embarqué sur les confessions du personnage. Je crois que je vais réessayer de le relire dans quelques années. Je pense que je n'étais pas prêt pour ce livre.

Grand classique...

9 étoiles

Critique de Jonath.Qc (, Inscrit le 6 juillet 2011, 38 ans) - 2 mai 2012

J'ai relu ce roman il y a peu de temps...
Indémodable. Incomparable. À lire absolument. Un énorme classique.

Citations

8 étoiles

Critique de Emilie Ajar (, Inscrite le 1 avril 2012, 29 ans) - 1 avril 2012

Critique-éclair, comme les formules sublimes de ce monologue. Florilège :

"Après un certain âge, tout homme est responsable de son visage."

"Autrefois, ma maison était pleine de livres à moitié lus. C'est aussi dégoûtant que ces gens qui écornent un foie gras et font jeter le reste."

"Le charme: une manière de s'entendre répondre «oui» sans avoir posé aucune question claire."


"Croyez-moi, pour certains êtres, au moins, ne pas prendre ce qu'on ne désire pas est la chose la plus difficile du monde."

3,5 étoiles!

7 étoiles

Critique de Js75 (, Inscrit le 14 septembre 2009, 34 ans) - 7 août 2010

La Chute est un roman écrit par Albert Camus. Le style est classique, de bonne facture. La Chute est avant tout la confession d'un homme rongé par la culpabilité qui se dit juge-pénitent. Un ouvrage philosophique (existentialisme), métaphysique très intéressant.

Clamence’s confidence.

8 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 61 ans) - 28 juin 2010

Clamence, omniprésent dialoguiste de cette œuvre. Dialoguiste ? Que dis-je ? Harangueur, soliloqueur, … ? Clamence aussi, le pseudo de celle qui m’a mis le livre entre les mains avec une belle dédicace. Le livre entre les mains et la pression aussi. Oui parce que si elle a pris ce pseudo de Clamence …
De quoi s’agit-il donc ? D’abord d’une œuvre d’Albert Camus. Déjà ça fait réfléchir le lecteur que je suis qui est resté désemparé et démuni face au « Mythe de Sisyphe » du même Camus, qui est resté scotché devant « L’étranger » trouvant même le moyen de commencer par la fin et de trouver néanmoins génial cet « Etranger » !
Ensuite, un faux dialogue un vrai soliloque dudit Clamence, ex-avocat brillant parisien, comme exilé et déchu à Amsterdam, dans une zone genre interlope et un bar tout ce qu’il y a de moins reluisant. Comme exilé et déchu mais surtout désabusé, brûlé, ayant perdu toutes ses illusions et envies en même temps qu’un moment de petite ( ?), grande ( ?) lâcheté le poursuivait jusqu’à la fin de sa vie. Une chute sociale pour Clamence, consécutif à une chute physique celle-là, bien réelle, et contre laquelle il n’aura pas réagi et qui le hante, le hantera jusqu’à la fin de sa vie. Comme quoi un « plouf » dans votre dos, un soir de froid sur un pont parisien, peut en révéler sur vous plus que toute introspection ou analyse. Des ploufs comme ça on en connait certainement tous, pas sous forme de ploufs forcément mais peut-être des « bings » ou des « plafs » ou … En fait c’est la désignation d’un micro-moment de votre vie qui fera que rien ne sera plus comme avant. De la même façon que nous aurions tous notre quart d’heure de célébrité, nous avons évidemment tous ce micro-moment, cette « Chute » ou …
Quelque part, « La chute » c’est l’envers de « Train de nuit pour Lisbonne » de Pascal Mercier pour ceux qui l’auraient lu. Et l’histoire en moins et la philosophie en sus.
Car alors question philosophie, pensée essentielle, ça déboule de tous les côtés, de tous les étages ! Clamence soliloque auprès du narrateur et ce ne sont pas des confidences de pochetron ! C’est du Camus. Et la conclusion pourrait bien être ce qui gouverne nos vies :

« Mais rassurons-nous ! Il est trop tard, maintenant, il sera toujours trop tard. Heureusement ! »

confessions

8 étoiles

Critique de Adrien34 (, Inscrit le 18 janvier 2009, 27 ans) - 19 janvier 2010

Suite au clash avec jean Paul Sartre et à l'odieuse polémique colonialiste le liant à l'Algérie durant la guerre, Camus pamphlete ici les mentalités, les hommes, l'Occident, la religion, la rumeur, la société. Un livre peu épais mais percutant car réfléchi, abouti, passionné.

Excellent

10 étoiles

Critique de Nanardstef (, Inscrit le 6 juin 2008, 40 ans) - 21 mai 2009

Mais qu'il doit être agaçant à rencontrer ce personnage (unique) qui nous aborde, nous saoule de mots et digressions pour finalement mettre en place une théorie complète et sombre sur le sens de la vie et la superficialité des hommes en général.
Livre à lire puis à relire ... et à relire peut-être encore.

Mon préféré

10 étoiles

Critique de Bételgeuse (, Inscrite le 7 décembre 2007, 38 ans) - 7 décembre 2007

Un livre à redécouvrir encore et encore. Camus plonge très loin dans les profondeurs de l'homme!

Porte à la réflexion

9 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 7 octobre 2007

Par la recommandation d’un fanatique, j’ai décidé de le lire. Excellente suggestion.

Je ne suis pas aussi pessimiste que le narrateur (ou pas encore). L’humaniste naïve que je suis a encore de l’espoir. Bien sûr, la lecture de ce roman me fait réfléchir à la motivation de mes actions, je crois que tout le monde ici est de cet avis, mais pas assez pour me troubler. Je ne suis pas parfaite, je suis un peu paresseuse (non, je suis très paresseuse), mais j’ai encore de vrais amis. Je veux dire que je veux leur bonheur, je veux les aider et ce n’est pas pour ma vanité. Vous savez ce que je veux dire, je ne crois que j’ai atteint le niveau d’égocentrisme du personnage principal. Il ne faut pas généraliser.

Je dois vous dire que j’ai adoré la perspective de la narration du roman. C’est spécial, j’ai vraiment senti qu’on me parlait.

Mon passage préféré est quand il nous demande ce que l’on mettrait sur notre carte d’affaire si l’on commençait à nous décrire réellement sans artifices. Je ne crois pas que ça serait positif, mais au moins original. Cela m’a fait beaucoup rire un instant, j’imaginais la mienne et celle des personnes que je connais.

Unique.

Le négatif de Paul de Tarse

9 étoiles

Critique de Jlc (, Inscrit le 6 décembre 2004, 73 ans) - 8 mars 2006

Relire ce livre restera un grand moment de ma vie de lecteur. Je l’ai réouvert après un forum sur la relecture et Jules m’avait convaincu de tenter l’expérience. Il faut dire que le livre choisi est un grand livre. Quelle intelligence, quel talent, quelle ouverture intellectuelle !

« La chute » est un livre dont on ne sort pas indemne. Ne vous êtes vous jamais interrogé sur ce que vous feriez si, par exemple, vous assistiez à des actes de violence ? Resteriez vous silencieux dans votre coin ou auriez vous le courage d’intervenir ? Qui peut répondre avant d’avoir été confronté à des tels évènements ? Personnellement, je ne sais pas. Mais je sais qu’ensuite ce sentiment de culpabilité doit vous poursuivre, vous ronger, toute votre vie.

Bien sûr, « La chute » est beaucoup plus que cela. Pour moi, Clamence est le négatif de Saint Paul en ce sens qu’il n’a pas la chance d’avoir une révélation spirituelle qui donne un sens à sa vie. C’est en cela que ce récit est profondément désespéré. « Il est trop tard maintenant, il sera toujours trop tard. Heureusement. » On ne pouvait imaginer fin, chute, plus abrupte. On est loin du Camus qui disait qu »il faut imaginer Sisyphe heureux » .

Ces quelques lignes n’ont d’autre objectif que de vous inciter à lire ou relire ce superbe texte, riche de magnifiques formules qui donnent à réfléchir. Il vous emmènera beaucoup plus loin que vous ne l’imaginez et peut-être sur votre propre chemin de Damas.

LA CHUTE

10 étoiles

Critique de TELEMAQUE (, Inscrit le 9 février 2006, 69 ans) - 17 février 2006

J' ai lu la CHUTE il y a bien longtemps.

J'ai gardé le souvenir d'une amertume à laquelle le reste de l'oeuvre de CAMUS ne m'avais pas préparé.

CAMUS, avocat de l'humanité dont l'absence nous est aujourd'hui si évidente, avait, me semble t'il, écrit ce livre après sa querelle avec SARTRE, pas exactement après mais après quand même.Il n'y a aucune relation entre ce livre et cette querelle, mais la chronologie est troublante.

Après LA CHUTE, de mémoire, CAMUS n'a plus écrit d' oeuvre de fiction. Le DERNIER HOMME est resté a l'état de manuscrit, et l' homme CAMUS s'est voué au théatre.

S'il est pour moi -et il s'agit bien en ce lieu de donner son avis personnel, si j'ai bien compris- une oeuvre incontournable, éclairante, lucide, c'est bien celle d' Albert CAMUS.

MON livre

10 étoiles

Critique de Clamence (saint quentin, Inscrite le 10 février 2006, 36 ans) - 12 février 2006

oui, un très grand livre. je partage l'avis de tous mes prédécesseurs, et quand je vois le nombre de critiques qu'ils ont laissé derrière eux (et celles à venir, je n'en doute pas) je m'approche à pas de souris, subrepticement même, pour apporter ...quoi? un nouvel éclairage, des précisions...

Non, La Chute n'est pas un livre manichéen, quant au thème du jugement des hommes, il est …complexe.

Cette oeuvre pose la dualité qui existe en chacun de nous, si après avoir laissé se noyer une jeune fille, Clamence fuit les autres et choisit d'être juge-pénitent, c'est parce que sa lâcheté lui a été révélée par lui-même, les rires qu'il entend tout au long de ce texte ne lui sont jamais explicitement adressés, c'est sa propre culpabilité qu'il fuit, pour avoir découvert que le Bien qu'il faisait était non altruiste, mais adressé au public, aux hommes qui voyaient en lui ce qu'il n'était pas, ou plutôt ce qu'il croyait ne pas être -c'est là que ça se complique...

Extrêmement riche et complexe, La Chute est une oeuvre dérangeante, elle repose tout entière sur la dialectique intérieure : je est un Autre, et vous croyez-vous savoir qui vous êtes?
Dans ce livre se joue le leitmotiv du double, et du miroir : l'eau, le Janus…leitmotiv que l’on retrouve dans L'Etranger- Meursault se regarde dans sa gamelle de prisonnier, dans Le mythe de Sisyphe, ou Caligula-regarde-toi dans un miroir, est-ce bien toi, cette forme qui paraît?

La forme même, le soliloque , est marginale: Clamence est-il fou, ou ces blancs que laisse l'interlocuteur qui ne répond jamais, doivent-ils être comblés par le seul interlocuteur valable: vous, lecteurs?

Au-delà des thèmes chers à Camus-la religion, la foi, le jugement-ce n'est pas pour rien que le tableau volé est celui des juges intègres-, La Chute interpelle notre conscience, la dualité profonde et inhérente à la condition humaine: vous faudra-t-il aussi une jeune femme pour enfin remuer le tréfonds de votre âme, et y découvrir votre frère...insensé qui croira que c'est pas vous-même?

Vu au théâtre

8 étoiles

Critique de Norway (Entre le Rhin, la Méditerranée et les Alpes !, Inscrite le 7 septembre 2004, 42 ans) - 23 janvier 2006

Je l'ai vu adapté au théâtre et j'avais trouvé intéressant quoique dur à suivre.

Un roman qu'on n'oublie pas

10 étoiles

Critique de Foreveremi (, Inscrit le 21 janvier 2006, 33 ans) - 21 janvier 2006

Je pourrais mieux parler de ce livre si je le relisais, je ne l'ai lu qu'une seule fois mais le fait que certains détails n'ont cessé de venir affleurer à mon esprit depuis le jour où je l'ai lu reflète bien le puissant attrait de cet oeuvre.
Premièrement, sans compter l'aspect philosophique et les thèmes chers à Camus qu'il fait passer dans ce roman, le style, l'atmosphère, le dandysme, le langage, la spiritualité de Clamence sont plaisants dès ses premiers mots. Il y a des livres qu'on aime, que l'on a lu vingt fois et dont on a pourtant oublié les premiers mots. Par je ne sais quel procédé, les première phrases de Clamence nous marquent à jamais dès la première lecture. "Puis-je, monsieur, vous proposer mes services sans risquer d'être importun? Je crains que vous ne sachiez vous faire entendre de l'estimable gorille ...". Impossible également d'oublier " Son mutisme est assourdissant".
L'attrait réside surtout dans le fait qu'on ne sait où Camus nous mène avant la . Mais quand on le découvre on ne peut manquer d'être pris de stupeur et une certaine angoisse commence à se faire ressentir. Je me rappelle avoir trouvé tout ça très déprimant, j'étais pour ainsi dire réellement déprimé après avoir lu et refermé ce livre. Peut-être que je n'avais tout saisi, j'étais très jeune. Je me souviens surtout d'un passage, d'une idée qui m'avait presque choqué, je ne sais plus comment c'est exprimé exactement, il dit que s'il on meurt avec un secret sur le coeur, des secrets que l'on n'a jamais dit à personne, on les emporte avec nous, dans notre mort, à jamais. Il y a de nombreux autres passages mémorables comme la mobylette en panne, très édifiant, et toute une philosophie morale, celle de Camus, qui ne laisse pas indifférent.

plus dure sera la chute...

10 étoiles

Critique de Hadrien (, Inscrit le 14 février 2005, 40 ans) - 21 avril 2005

Dans la Chute, Camus s’attache à monter puis à démonter la conscience de Jean-Baptiste Clamence, patronyme faisant référence à Saint-Jean-Baptiste prêchant dans le désert (merci aux précieuses critiques précédentes), ce qui s’avère très utile pour comprendre l’œuvre.

Le livre est séparé en 2 par l’évènement de la chute.

Dans la première partie, la vie de Clamence ne souffre d’aucune ombre. Il l’avait façonnée de manière à se déculpabiliser totalement de sa condition d’homme : sa profession (avocat), ses activités, son style de vie, ses idées, sa politesse, sa servitude…tout tendait à faire de lui le personnage à la conscience parfaite, n’ayant rien à se reprocher, qu’il rêvait d’incarner. De cette image, qu’il se renvoyait de lui-même, il tirait fierté et vanité.

Cette apparente « conscience parfaite » commence à se fissurer lorsqu’il ne réagit pas au suicide d’une jeune femme (parce qu’il n’est qu’humain, lâche ?) qui se jette d’un pont dans la Seine. La chute de celle-ci devient la sienne, la chute de son ego ; sa vie bascule petit à petit dans l’autocritique. Il développe un sentiment croissant de culpabilité qui va le pousser à redéfinir ses convictions, sa vie entière, qu’il va dorénavant baser sur la culpabilisation, jusqu'à en devenir juge-pénitent, c’est à dire juge qui s’accuse lui même pour ne pas être accusé, pour ne pas accuser les autres mais pour qu’eux-mêmes, à leur tour s’accusent.

La vision de Camus est manichéenne. Elle laisse peu d’espoir car ce sont 2 extrêmes qui sont présentés. C’est le jugement de l’homme dont il est question, homme qui semble prisonnier de sa condition (un homme simplement lucide ?). Un magnifique exemple du travail de Camus qui nous fait, à notre tour, nous poser un sacré nombre de questions…

La Seine est souvent froide en hiver...

10 étoiles

Critique de Saule (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 52 ans) - 11 décembre 2003

Jean-Baptiste Clamence est « prophète vide pour temps médiocres », c’est un faux prophète car il n’annonce pas la venue du messie (auquel il ne semble pas croire). Comme la voix de Saint Jean Baptiste qui clame dans le désert ("clamans in deserto"), il parle dans le désert des hommes mais lui n'annonce pas la venue du messie (auquel il ne semble pas croire) et surtout, contrairement au Christ, Jean Baptiste Clamence ne veut pas pardonner, mais plutôt accuser.

La vie de ce faux prophète est avant tout celle d’une chute : la chute d'une jeune femme dans la Seine mais surtout la sienne, celle d'un homme qui prend conscience de sa vanité et du caractère factice de sa vie. Saint Jean-Baptiste disait « il faut que je diminue pour que celui qui me suit advienne » : Clamence aussi devra passer par l’effondrement de son moi démesuré avant d’advenir à ce qu’il est.

L’homme d’avant la chute est un homme comblé, qui rassemble tellement de qualités qu'il en vient à se croire élu. Il s’aime et il veut que tout le monde l'aime autant que lui. Mais l'édifice se fissure le jour ou une jeune femme se jette dans la Seine et qu’il ne bouge pas ("Trop loin, trop tard"). Plus tard il entend un rire, qui ne lui était peut-être pas destiné, et tout s’effondre : il prend conscience de sa vanité, du caractère factice de sa vie. Il essaye bien de s'illusionner en tombant amoureux, ensuite de se réfugier dans la débauche mais finalement échoue à Amsterdam, où il se transforme en "juge pénitent", une sorte de prophète qui s'accuse lui-même pour éviter le jugement des autres et pour accuser les autres par reflet.

C'est un livre écrit avec verve et brio. C'est amusant à lire et évidemment ce livre suscite la réflexion. Allez je vous en livre une de réflexion : si parfois vous regrettez les occasions passées, vous voudriez avoir une deuxième chance, vous pourrez penser à Clamence qui termine son monologue par ces mots « O jeune fille, jette-toi encore dans l’eau pour que j’aie une seconde fois la chance de nous sauver tous les deux ! Une seconde fois, hein, quelle imprudence ! Supposez, cher maître, qu’on nous prenne au mot ? Il faudrait s’exécuter. Brr.. ! l’eau est si froide ! Mais rassurons-nous ! Il est trop tard, maintenant, il sera toujours trop tard. Heureusement ! »

De ton avis quant à relire...

9 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans) - 20 décembre 2001

Tu dis "souligner les phrases importantes, pourquoi ne pas refaire le voyage..." tous les trois ans, environ, je refais le "voyage" à Amsterdam avec "La Chute". Il fait partie des livres que je relis régulièrement, comme "L'Oeuvre au Noir", "Les Mémoires d'Hadrien", "Les Frères Karamazov", "L'Idiot", "Le Voyage au bout de la nuit" etc.

Post scriptum

10 étoiles

Critique de Lucien (, Inscrit le 13 mars 2001, 61 ans) - 20 décembre 2001

PS : dans la critique éclair (un peu trop éclair) qui précède, il y a lieu de lire "services" en lieu et place de "sevices" (et non "sévices"...) et "établissement" au lieu d'"érablissement" (rien à voir avec du sirop d'érable). Errare... PPS : J'ai à présent corrigé ces coquilles. En passant par "gérer votre profil critiqueur", vous pouvez revoir vos critiques et vos critiques éclair. Bon à savoir...

Relire Camus.

10 étoiles

Critique de Lucien (, Inscrit le 13 mars 2001, 61 ans) - 20 décembre 2001

Je partage entièrement l'avis de Jules : "La chute" est un très grand livre. Sans doute le meilleur de Camus, d'après moi. Souligner des phrases-clés pour ne pas avoir à le relire entièrement? Pourquoi pas... mais pourquoi ne pas refaire de temps en temps ce bref voyage, s'installer pour quelques heures dans un bar d'Amsterdam, le "Mexico City", à la table de Jean-Baptiste Clamence (le prophète moderne qui crie désespérément dans le désert des hommes...) et céder à la fascination de son étrange discours : "Puis-je, monsieur, vous proposer mes services sans risquer d'être importun? je crains que vous ne sachiez vous faire entendre de l'estimable gorille qui préside aux destinées

Forums: La chute

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La chute".