Terremer (Le Sorcier de Terremer, Les Tombeaux d'Atuan et L'Ultime Rivage) de Ursula Kroeber Le Guin

Terremer (Le Sorcier de Terremer, Les Tombeaux d'Atuan et L'Ultime Rivage) de Ursula Kroeber Le Guin
( A wizard of Earthsea)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Johnny feelgood, le 12 mai 2002 (Bruxelles, Inscrit le 7 mars 2001, 44 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 8 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 914ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 2 873  (depuis Novembre 2007)

Il n'y a pas que Tolkien...

Ceux qui apprécient les récits médiévaux-fantastiques sont probablement habitués aux histoires de preux chevaliers, de magiciens en toge lançant divers sortilèges vers des gobelins ou zombis, et autres clichés du genre que, personnellement, je commence à trouver franchement éculés. C'est cette envie de changement qui m'a amené à ce bouquin finalement peu connu et... C'est excellent! Terremer a réussi l'exploit de parler de sorciers, de dragons, d'une manière franchement innovante. L'univers des îles est puissant, original et cohérent. La magie que l'on y rencontre est bien différente de celle du Seigneur des Anneaux ou autres Lancedragon. Ged, jeune sorcier surdoué, parcourt le monde pour des missions aussi dangereuses que diversifiées. Suite à une erreur de jeunesse, il est poursuivi par une entité d'un autre monde qu'il finira bien par devoir affronter. Ged devient l'Archimage, sorciers suprême des œles, mais cela ne le dispense pas de sauver le monde.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Terremer

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Captivant

10 étoiles

Critique de Itinérant (, Inscrit le 31 juillet 2014, 33 ans) - 17 août 2014

Un livre excellent qui malgré quelques longueurs nous entraîne dans un univers unique dans lequel on a envie de rester plongé. Un roman que l'on aime et que l'on ne peut plus quitter. Un très chouette livre. Une histoire très intéressante

Un excellent "entre-deux"

7 étoiles

Critique de Bretzel33 (, Inscrit le 14 août 2012, 33 ans) - 15 novembre 2012

Ce livre regroupe trois romans courts qui ont un personnage (Epervier ou Ged de son vrai nom) en commun, jeune dans le premier, vieux dans le dernier.

Ce monde est très original, pas de vieux clichés au niveau de la magie, des personnages ou du monde en lui-même. L'écriture est simple et bien faîte, cet ouvrage se lit agréablement vite.

Je l'ai par contre trouvé très léger au niveau de l'histoire. Dans le premier conte, on ne s'attarde sur rien, tout passe très vite et même trop puisqu'on ne sait presque rien du personnage principal. Le deuxième conte, qui commençait très prometteur, tombe dans la même mollesse scénaristique. Et le troisième n'arrange pas le tir, notre vieux Ged tombant sous la coupe des vieux sages qui savent tout et ne disent rien, sauf à la fin où ils en disent trop.

J'ai vraiment eu l'impression d'un conte pour enfant avec des mots d'adultes. Il n'en reste pas moins que j'ai apprécié lire ce livre, il est parfait entre deux lectures plus lourdes ou sophistiquées. Ce qu'on y découvre reste nouveau, un petit courant d'air frais dans le médiéval fantastique.

Dans les sombres et mystérieux tombeaux (Livre: Les Tombeaux d'Atuan)

9 étoiles

Critique de Calepin (Québec, Inscrit le 11 décembre 2006, 36 ans) - 6 février 2010

Résumé : Au sein de l'empire Kargade, une jeune fille est enlevée à sa famille pour être le réceptacle de l'Unique prêtresse réincarnée, dirigeante du culte des Innommables. Elle sera celle qui pourra entrer dans les Tombeaux situés sous terre, royaume des ténèbres et des Innommables.

Mon avis : Rarement une suite aura été aussi captivante ! Le culte des Innommables, ses rites, ses règles et la vie dans le Lieu sont fascinants ! Bien que les liens avec le tome précédent sont très long avant d'apparaître, ils ont renouvelé mon intérêt pour cette série. J'y ai trouvé une profondeur, une réflexion humaine et culturelle, bien plus intéressante que le précédent tome. Particulièrement les changements psychologiques que l'on perçoit chez Tenar alors qu'elle devient au fil des années Arha, la Dévorée. J'ai particulièrement aimé les sensations diffuses d'oppression qui sont décrites dans les tombeaux. Cette façon de rendre mystérieux et intrigant le pouvoir, toujours sous-entendu, des innommables. Et c'est ce mystère, qu'on ne perce jamais tout à fait, qui donne toute la force de cet endroit. J'ai aussi aimé le jeu de pouvoir que se livre Arha, qui apprend peu à peu à vivre avec sa position officielle supérieure avec la grande prêtresse Kossil, qui laisse peu à peu sa place. Mais jamais tout à fait.

J'aurais été pleinement satisfait d'une histoire qui se suffit en elle-même avec ce seul contexte-là. Toutefois, un intrus dans les tombeaux change la donne et à partir de cet instant, l'intérêt augmente encore davantage. Et crée mes quelques critiques négatives. Le culte des Innommables a une force évocatrice dans le mystère. Expliquer une partie de ce mystère en efface le poids et c'est là que se fonde ma critique. Et grâce à la nature de la magie, dans le monde créé par Le Guin, les tombeaux réussissent au moins à étouffer les capacités des mages.

Au final, cette suite du Sorcier de Terremer m'a plu bien davantage.

===========
L'ultime rivage
===========

Résumé : Dans ce roman, environ une quinzaine d'année s'écoulent. Ged est devenu archimage. Le calme reigne, mais aucun roi ne règne encore dans la grande tour d'Avnor. Arren, le jeune prince d'Enlade, vient livrer un message sur l'île de Roke : les sorciers de certaines îles ont oublié la signification des mots, des noms. Il partira avec Ged dans le but de trouver une réponse à cette énigme.

Mon avis : Sans contredit le meilleur tome de cette trilogie. Bien que les histoires qui la compose soient conçuent de manière quasi indépendantes, les liens entre elles existent, mais pas de la manière habituelle. Du moins à notre époque. J'aurais aimé cependant revoir Tenar, qui a été si centrale dans le deuxième roman, mais l'auteure en a décidé autrement.

Le Guin approfondie davantage ses personnages, leurs pensées et leurs réflexions. Je peux dire qu'à ce sujet, je suis pleinement satisfait. Le mystère, qui se dévoile dans toute son étrangeté, vient combler le reste. Inutile de faire de grandes démonstrations magiques pour avoir mon intérêt et cette fois, c'est franchement réussi ! Je n'ai toutefois pas compris le destin d'Arren, dévoilé par Ged et qui changera beaucoup de choses. Ça m'a semblé un peu tiré de nulle part, mais j'ai sans doute manqué quelque chose. Et que dire de la découverte du mystère : intéressante, originale, mais j'ai trouvé que Ged avait malheureusement trop réponse à tout dans cette séquence. Je n'ai jamais aimé cet effet d'omniscience chez un personnage, ce qui me donne l'impression que l'auteure a manqué d'idées.

D'une manière ou d'une autre, j'ai adoré cette lecture et je persiste en disant que c'est effectivement le meilleur des trois.

Dépaysement et magie (Livre: Le sorcier de Terremer)

6 étoiles

Critique de Calepin (Québec, Inscrit le 11 décembre 2006, 36 ans) - 2 février 2010

Résumé : Ged, un ancien gardien de chèvres, découvre qu'il a le don de la magie. Il sera pris sous la tutelle de quelques magiciens pour développer ses pouvoirs. Par orgueil, il tentera une expérience qui le marquera profondément et qui l'obligera à fuir ses semblables.

Mon avis : Très bon roman de fantasy, bien construit et bien pensé. L'omniprésence de la magie en lien avec le nom des choses est intéressante. Et étant donné l'année de publication, on ne peut crier aux clichés à ce sujet. Personnellement, j'aurais préféré un personnage plus profond, ou du moins plus accessible au lecteur. Au début, le personnage principal est peu développé, voire un peu stéréotypé, mais l'accident qu'il vit le rend plus intéressant. Il faut dire aussi que la narration, à la troisième personne, y joue pour quelque chose.

Quant à l'histoire, j'ai bien aimé, mais j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de voyages en peu de temps et que la carte était franchie très rapidement d'un coin à un autre. Ça m'a donné l'impression que l'auteure souhaitait absolument nous faire visiter les différentes îles de son monde. Et je me suis justement senti comme un touriste dans une grande partie du roman. Heureusement pour moi, l'intérêt ne m'a pas quitté. C'est avec plaisir que je continuerai mes lectures !

Trois bons petits contes!

8 étoiles

Critique de RatDeBibliothèque (, Inscrit le 22 janvier 2008, 33 ans) - 21 janvier 2009

J'ai bien aimé cet ouvrage qui comprend en fait trois lives; Le sorcier de Terremer, Les Tombeaux d'Atuan et L'Ultime Rivage. Trois courts romans mais combien divertissants. Malgré un style d'écriture plutôt simple (surtout dans le premier conte), Ursula Le Guin parvient à nous faire entrer dans un monde très envoûtant. J'ai lu les trois tomes sans m'arrêter!

Bref une lecture légère et idéale pour celui ou celle qui cherche à se distraire l'esprit sans trop se forcer les méninges.

Terremer, une vie, un monde

8 étoiles

Critique de Magicite (au gré du vent, Inscrit le 4 janvier 2006, 39 ans) - 19 avril 2007

D'abord surpris par le style sec et si peu épique rarement associé a la littérature du genre puis encore plus étonné par le manque d'originalité de l'histoire et passé quelque page son aspect prévisible j'ai pourtant trouvé ces trois romans très bons. L'auteur rend son monde vivant et compense l'absence de mélo et de romanesque par un monde très cohérent, attachant, dont chaque innovation tombe juste. Un vrai conte qui contrairement à ce que dit la critique originale est une très bonne relève de Tolkien(entre autre le langage qui est aussi la magie y fait plus que référence) dans le sens où Ursula Leguin a su s'en inspirer tout en étant originale.

De l'aventure... très agréable

8 étoiles

Critique de Cuné (, Inscrite le 16 février 2004, 50 ans) - 29 juin 2004

Je l'ai lu dans l'édition Robert Laffont Ailleurs & Demain qui réunit les 3 livres. Ben c'est pas une bonne idée, parce qu'on ne peut pas s'arrêter avant d'avoir terminé un livre
Dans le 1er, je trouvais que la personnalité de Ged était peu développée, tout tenait sur l'histoire qui elle était prenante à souhait.
J'ai eu du mal avec tout le monde souterrain du 2°. Néanmoins Arha est beaucoup plus décortiquée, et on entre en empathie complète avec ce qu'elle vit.
Quant au 3°, c'est l'aboutissement complet, tant au niveau de l'intrigue que des personnages.
C'est une lecture très agréable, un roman d'aventures fantasy qui reprend tous les classiques du thème et dose savamment l'écriture, qui est mystérieuse et prophétique à souhait.
Le truc c'est que j'ai eu un tel coup de coeur pour L'assassin royal de Robin Hobb que je ne parviens pas à retrouver l'enchantement que j'ai eu à sa lecture ailleurs.


Forums: Terremer (Le Sorcier de Terremer, Les Tombeaux d'Atuan et L'Ultime Rivage)