Meurs pas, on a du monde
de San-Antonio

critiqué par Hexagone, le 1 avril 2011
( - 50 ans)


La note:  étoiles
Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes ?
Sanatonio part en vacances en Suisse pour passer du bon temps avec une pimbêche morue qu'il a à l'esprit de dessaler.
A l'aéroport, attendant ses bagages, quelle n'est pas sa surprise en constatant que le préposé aux bagages se présente les pieds devants, sur le tapis roulant, en état de mort certaine.
Et voilà, adieu les vacances au bord du lac, les jouissances de la vie auprès d'une donzelle bien carrossée.
De fils en aiguille, comme d'hab' Sanatonio va remonter le cours de cette mort bizarroïde.
De diplomates grecs, en président français, en passant par les vallons Suisses Sana parviendra encore une fois, mais comment fait-il, à sauver le monde.
Tout cela avec pendue à son cou une bombe, cette fois-ci pas sexuelle.
Une enquête menée tambour battant par le plus grand commissaire de France, accompagné de Pinuche et de Béru qui nous offre le spectacle d'une saillie saisissante avec une rombière Suissesse froide comme un tombereau de neige.