Et puis
de Natsume Sōseki, Hélène Morita (Traduction)

critiqué par Mirevol35, le 23 mars 2011
(mordelles - 69 ans)


La note:  étoiles
TOUS LES DRAMES DE L'HUMANITE
DAISUKE, trentenaire toujours célibataire, entretenu par sa riche famille (un père autoritaire et dominant et un frère soumis qui a déjà femme et enfants) passe tout son temps à observer les paysages et les humains qui l'entourent. Il étouffe ses angoisses en tenant la société à distance. Pressé par son père de se marier dans l'intérêt de sa famille et d'exercer un métier il se contente de rester passif jusqu'au jour où l'amour l'atteint en plein coeur: il découvre qu'il aime Michiyo, l'épouse de son meilleur ami marié depuis plusieurs années qui vient lui demander son aide car il est depuis peu au chômage. Voyant Michiyo dans la misère et la solitude il comprend enfin que c'est elle qu'il aime et qu'il veut reconquérir. Ses réflexions et ses discussions avec son ami qu'il finit par mépriser l'amènent à agir selon son coeur et contre toute raison au prix peut-être de la misère ou de la folie. Sa famille restée malgré tout compatissante le bannit définitivement en recevant un courrier du mari trompé le dénonçant.


On trouve dans ce livre tous les drames de l'humanité: le mariage, le chômage, l'oisiveté, la misère, la famille, l'honneur, l'argent, l'hypocrisie sociale, la vieillesse.