Les temps nouveaux de Raives (Scénario et dessin), Éric Warnauts (Scénario et dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Légende, contes et histoire

Critiqué par Shelton, le 25 janvier 2011 (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 60 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 448ème position).
Visites : 2 210 

Pour mes nombreux amis Belges...

Voici un beau défi qui est offert à nos deux compères Warnauts et Raives. Beau parce que beaucoup d’auteurs sont en attente d’une telle proposition – écrire une histoire en bande dessinée pour la collection Signé des éditions Le Lombard – et que, généralement, les lecteurs découvrent à ces occasions des albums magnifiques tant sur le fond que la forme… Défi, aussi, parce que les auteurs doivent être à la hauteur qualitative de ceux qui les ont précédés dans cette collection : Cosey, Hermann, Van Hamme, Dany, Griffo, Cothias, Dufaux, Rosinski, Franz, Will, Follet, Duchâteau, Marvano… Oui, on a l’impression du Gotha de la bédé…

Warnauts et Raives, Eric et Guy, sont deux auteurs qui travaillent ensemble depuis plus de vingt ans. Qui est le scénariste, le dessinateur, le coloriste ? Au départ, les rôles étaient fixés, Eric Warnauts écrivait le scénario, Guy Raives réalisait le dessin. Puis, ils ont appris à travailler ensemble, à imaginer les histoires de concert, à dessiner à quatre mains comme on dit, bien qu’aucun des deux ne soit ambidextre. Aujourd’hui Eric est plus scénariste, les deux dessinent et Guy est plus coloriste… c’est comme cela que le duo fonctionne, ensemble !

Les thèmes sont multiples chez eux, mais ils aiment particulièrement les rapports entre homme et femme, blanc et noir, fasciste/nazi et républicain/résistant, colonisé et colon… C’est dans un croisement astucieux de ces thèmes que nous allons les retrouver avec cette histoire « Les temps nouveaux ».

Thomas Deschamps revient dans son village, sur sa terre, dans sa Belgique. Nous sommes en 1938, il revient d’Afrique noire, du Congo Belge. Il est très rapidement en décalage total avec la vie de La Goffe. Sur le plan familial, c’est évident puisque la femme qu’il aimait est devenue l’épouse de son frère aimé, Charles. Sur le plan religieux car il est distant avec une religion qu’il ne comprend guère tout en étant proche du curé du village, son meilleur ami. Dans l’espace politique, ce n’est plus une question de différence ou de subtilité, c’est un gouffre qui le sépare de presque tous les amis et connaissances d’autrefois : il refuse la haine, le racisme, le nationalisme, le nazisme… et, pourtant, nous sommes en 1938, période où la Belgique est tiraillée entre différentes orientations dont une n’est que la funeste tentation fasciste avec un certain Léon Degrelle…

Thomas est bien seul et il va devoir faire des choix, chose qu’il a toujours bien du mal à faire. Sur le plan sentimental, comment arrivera-t-il à garder l’amitié et l’amour de la rouge espagnole Assunta ? Ce n’est pas joué d’avance mais… après tout, à l’impossible nul n’est tenu et rien n’est jamais perdu d’avance ! Au moins, il y a du suspense, car côté historique, on sait comment tout cela finira, on connaît les compromissions et actes héroïques… et on devine un peu où chacun des personnages se retrouvera durant la guerre et l’occupation…

Une très belle fresque dans la lignée de ce que Warnauts et Raives nous ont déjà présenté. J’ai beaucoup aimé, apprécié des personnages comme le curé du village, haï le frère Charles et été séduit par Assunta… mais vous devriez, vous aussi, succomber à la tentation de cette furie espagnole… ou de cette beauté plus masculine et paisible, celle de Thomas.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Les temps nouveaux

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Quand raives dessine son village

9 étoiles

Critique de Nothingman (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 37 ans) - 24 février 2011

Thomas Deschamps revient à La Goffe, son village d'enfance, dans la vallée de l'Aisne. Il est de retour du Congo. Lui l'idéaliste retrouve son village en pleine montée du nationalisme, du rexisme. Il va se retrouver en profonde opposition avec son frère Charles, qui a épousé la belle Alice, son amour d'enfance. Ajoutez à cela sa compagne, la très calliente Assunta, passionaria venue d'Espagne. Mélangez tous ces ingrédients et vous obtenez une saga familiale et villageoise des plus explosives Thomas est homme de paradoxe. Anticlérical, son meilleur ami est cependant le curé du village.
Les décors de cette BD sont soignés. On plonge dans la splendide et sauvage vallée de l'Aisne. C'est l'occasion pour Raives de rendre hommage à son village d'adoption Fanzel, dont il s'est librement inspiré pour planter son action. Il s'est ainsi inspiré de ces histoires d'anciens du village, de ces faits de guerre racontés avant d'être oubliés. Il s'est servi de cartes postales d'antan. Pour un résultat des plus réalistes.
Une partie de l'histoire nous fait également visiter Liège et son palais des princes évêques. Dessinée à quatre mains, cette saga sur fond de rexisme est dessinée à quatre mains par le duo Warnauts et Raives. J'attends vivement la sortie du deuxième tome de ce diptyque franchement passionnant

Forums: Les temps nouveaux

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les temps nouveaux".