Le signal de Ron Carlson

Le signal de Ron Carlson
(The signal)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par BMR & MAM, le 20 janvier 2011 (Paris, Inscrit le 27 avril 2007, 59 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (36 054ème position).
Visites : 2 108 

G.R.

Le dernier né de la collection nature writing des éditions Gallmeister, “LA” maison d'édition qui fait parler d'elle depuis quelques temps.
Une boutique dont est devenu inconditionnels depuis sa série "Noire" qui nous aura fait découvrir des auteurs comme Craig Johnson ou William G. Tapply.
Prévoyez deux ou trois bonnes et longues soirées avant d'ouvrir ce bouquin : il suffit d'une vingtaine de pages à Ron Carlson pour nous accrocher définitivement avec cette histoire qu'on ne veut plus lâcher.
Et pourtant ce n'est pas un polar, il n'y a pas vraiment d'intrigue, peut-être un suspense diffus, on en reparlera.
Et pourtant il ne se passe pas grand chose : c'est juste l'histoire d'une randonnée dans les montagnes du Wyoming.
Et pourtant il n'y a pas foule de personnages (forcément dans ces montagnes ...), deux randonneurs, à peine quelques personnages très secondaires, quelques autres plus importants sont évoqués mais on ne les verra jamais.
Alors ? Qu'est-ce qui fait qu'on ne veut plus lâcher ce bouquin ?
Mack et Vonnie se sont connus dans le Wyoming. Ils ont vécu une dizaine d'années ensemble, partagé l'amour des chevaux et des montagnes, crapahuté sac au dos avec leur matériel pour la pêche à la mouche.
Mais comme dans toute belle bonne histoire qui se respecte, Mack, peu à peu, a tout fait foiré. Son ranch était un gouffre financier (déjà du temps de papa), il s'est mis à picoler et à faire connerie sur connerie, de plus en plus grosses les conneries, il traficotait même avec de mystérieux agents façon CIA.
Alors Vonnie s'en est allée. Avec un avocat de la ville.
Mais tout ça c'est du passé, le bouquin commence en fait dix ans plus tard : Mack sort de prison après une connerie de plus et se met en tête de partir en montagne une dernière fois sur les traces du bon vieux temps. Il a invité Vonnie à se joindre à lui.
Elle est finalement venue.
En tout bien tout honneur, pour aider une dernière fois Mack à remonter la pente, en souvenir du bon vieux temps.
Et les voici crapahutant avec leurs sacs à dos, évoquant les souvenirs, sachant bien tous deux que rien ne sera plus pareil, sachant bien que leur histoire est écrite au passé et que leur amour est derrière eux.
Et nous on est bien accrochés dans les sacs à dos, partageant l'intimité de ce couple qui n'est plus, la difficulté de ces retrouvailles ambiguës, la richesse des souvenirs qui affluent. Grâce à la puissance d'évocation de l'écriture de Ron Carlson, après quelques pages on est devenus les meilleurs amis du monde.

[...] On lui avait dit qu'il ne restait plus que quelques endroits dans le pays où une personne pouvait encore s'éloigner à huit kilomètres de la route, et, pour lui, cela restait la pire nouvelle qu'il ait jamais entendue.

Et cette simple balade dans les grandioses paysages du Wyoming s'épaissit au fil des pages, faisant revivre les histoires que l'on se raconte à la chaleur d'un feu de bois et les souvenirs qui ressurgissent au détour d'un chemin ...
Concocté par Ron Carlson, ce subtil mélange d'un passé, tantôt amoureux, tantôt galère, et d'un présent, souvent désabusé, est un élixir dont ne se lasse pas.
Mais voilà ... on sent que ça ne va pas durer. Forcément cette balade va mal tourner. Forcément Mack va encore tout faire foirer. D'ailleurs il a pas trouvé mieux que de profiter de cette rando pour aller chercher une espèce de balise ou de boîte noire mystérieuse qu'un des coquins mystérieux qu'il fréquente lui a demandé de retrouver, moyennant quelques milliers de dollars qui l'aideraient bien à renflouer les caisses du ranch.
Et c'est peut-être ça qui nous rend accros : l'histoire de cet ex-couple est superbement écrite, on ne voudrait jamais les quitter, on voudrait continuer à les suivre au bout du Wyoming, mais les paysages défilent, les pages tournent, et le petit GPS de Mack fait bip-bip, et on sait qu'on approche de la fin, inexorablement, zut, zut, allez je relis encore une fois ce chapitre.
Oui, voilà, on voudrait lire ce bouquin à reculons, on voudrait que nos deux randonneurs soient en moins bonne forme, qu'ils fassent deux pas en avant et surtout un en arrière ... histoire de faire durer le plaisir.
Tout le monde sait que d'habitude la fin d'une rando, le retour, est toujours un moment délicieux.

[...] Le retour est toujours un moment délicieux. Sales et fatigués, ils parlaient, discutaient des poissons qu'ils avaient attrapés, de la randonnée. Ces jours-là, son père disait toujours : “Être sale, comme avoir faim, ce sont des choses magnifiques qui se méritent. Nous l'avons bien mérité, alors allons nous laver et manger.” Il avait appris à Mack à ne jamais mépriser la faim mais à s'en servir comme d'un instrument, et ils avaient mangé d'excellents steaks dans les gros relais routiers à la lisière des villes de l'Ouest quand ils descendaient des montagnes. “Servons de nous de ça comme il faut.” - Mack avait dit ça à Vonnie chaque année; ils savaient tous les deux qu'ils mangeraient des steaks et boiraient des boissons fraîches sorties de la glacière qu'ils avaient gardée de côté : une célébration et une dernière nuit à camper près des voitures au-dessus du monde.

Malheureusement, cette fois-ci, on sait d'avance que le retour ne sera pas un moment délicieux.
Un excellent bouquin et une excellente balade en compagnie de ce très beau couple que forment Mack et Vonnie.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

un bol d'air

7 étoiles

Critique de Joanna80 (Amiens, Inscrite le 19 décembre 2011, 63 ans) - 5 mars 2014

Je ne répéterai pas le résumé, il est déjà (bien) écrit. J'ai beaucoup apprécié cette randonnée, c'est comme prendre un grand bol d'air. D'accord, il ne se passe pas grand chose au début, on se promène avec le couple (qui n'est plus un couple) dans une nature magnifique. Ca se gâte effectivement un peu, ça ne fait pas "trembler de peur" mais on se demande comment ils vont faire, réagir et s'en sortir.
Un livre calme, beau, qui se lit facilement et très vite.

Un très mauvais livre publié par une excellente maison.

2 étoiles

Critique de Gnome (Marseille, Inscrit le 4 décembre 2010, 48 ans) - 18 septembre 2011

J'ai lu ce livre il y a quelques mois et je ne voulais pas en faire la critique tant il m'avait déplu. J'ai changé d'avis.

En effet, il n'y a pratiquement aucune intrigue dans ce livre. Cela ne m'aurait pas dérangé si l'histoire n'était pas truffée d’invraisemblances, terriblement mal écrite et souffrait d'une platitude qui m'a insupporté du début à la fin. Dès les premières pages, je me suis dit que le hic provenait sans doute de la traduction. Malheureusement, j'ai très vite fait le constat que cela était plus profond et venait de l'auteur lui-même.

Appréciant beaucoup, en règle générale, les publications des éditions Gallmeister, j'avoue qu'après les lectures de "La sanction" et de "Le signal", je suis désormais plus que dubitatif sur les choix de cette maison. J'aime les romans traitant de la nature et des rapports qu'on les hommes avec elle. Etant un randonneur assidu et un alpiniste passionné, j'ai beaucoup de mal à lire des bouquins qui ne tiennent absolument pas la route dès qu'il s'agit de ces deux domaines. Le Signal en fait partie, et je ne parle pas de l'histoire insensée qui sous tend le prétexte de cette longue et morne randonnée. Un avion écrasé, un signal GPS, des méchants qui veulent faire du mal aux héros... Tout cela est "bancalissime" et sonne tellement faux que je me demande encore comment j'ai pu aller jusqu'au bout de ce navet. Quant au suspense vanté en 4ème de couverture, je me suis demandé jusqu'à la dernière page s'il allait bientôt arriver. Globalement, il ne se passe rien (mais rien du tout) avant la page 130... Et à ce moment là, l'histoire de plate devient si invraisemblable que cela en est risible.

A décommander absolument.

Randonnée avec un couple au bord du gouffre !

6 étoiles

Critique de Oops (Bordeaux, Inscrite le 30 juillet 2011, 53 ans) - 5 août 2011

Mack et Vonnie ont été mariés pendant dix ans, ils s’étaient rencontrés sur le ranch du père de Mack dans les plaines du Wyoming, un ranch transformé en chambres d’hôtes pour faire face aux dettes. Au décès de son père Mack n’arrive plus à sen sortir, il se marie avec Vonnie mais ses petits trafics avec quelques « visqueux » du coin entre données informatiques et drogues le font sombrer dans l’alcool. Tous les deux amoureux de l’immensité sauvage de leurs montagnes, ils avaient l’habitude tous les ans d’effectuer la même randonnée. Lassée de ses aventures douteuses Vonnie l’a quitté, elle tient tout de même à cette randonnée qu'elle envisage comme une sorte d'adieux à leur couple. Ils se donnent donc rendez-vous à sa sortie de prison pour effectuer cette balade. Ce que Vonnie ne sait pas, c’est que son ex-mari veut profiter de cette ultime randonnée pour se donner une chance, non seulement de reformer son couple mais aussi gagner de l’argent pour conserver son ranch ce qui le conduit forcément aux embrouilles ! On suit pas à pas les deux randonneurs, ils nous font découvrir la plaine, la montagne, les lacs, les forêts, la faune, la flore tout y est ! On s’y croirait vraiment jusqu’au froid et à l’humidité des nuits et aux couleurs surnaturelles réservés aux courageux qui osent s’aventurer en haute montagne. La beauté naturelle suffit-elle à recoller les morceaux ? C’est un peu dommage que ce livre ait été présenté comme un roman à suspense à couper le souffle dixit la 4ème de couv. ! on est quand même loin du thriller et les amateurs du genre seront nul doute déçus. Par contre ceux qui ont envie de grands espaces seront vraiment servis !

Forums: Le signal

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le signal".