Pourquoi lire les classiques de Italo Calvino

Pourquoi lire les classiques de Italo Calvino
(Perchè leggere i classici)

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Critiques et histoire littéraire

Critiqué par Béatrice, le 19 janvier 2011 (Paris, Inscrite le 7 décembre 2002, - ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (19 636ème position).
Visites : 6 867 

Bonne question, excellente réponse

Pourquoi lire les classiques ? Calvino propose quelques définitions en peu de pages, ses tournures ont une élégance proche de l’aphorisme. L’argumentation, brillante et concise ; une partie semble couler de source (surtout pour nous les amateurs de lecture) ; une autre partie nous réserve des surprises ou bien nous fait réfléchir.

Le reste du bouquin regroupe des essais publiés entre 1954 et 1984, consacrés aux auteurs comme Xénophon, Pline, Pasternak, Hemingway, Pavese, Queneau, Perec. Ces textes me paraissent de qualité inégale et s’adressent plutôt aux inconditionnels de Calvino. Paru à titre posthume – si l’auteur avait eu son mot à dire, il aurait peut-être fait un choix différent.

Pour revenir à nos chers classiques, voici des extraits :
(les étoiles de mon compte rendu sont pour ce chapitre, car le reste, vous l’avez compris, ne m’a pas emballée)

« Les classiques sont des livres que la lecture rend d’autant plus neufs, inattendus, inouïs, qu’on a cru les connaître par ouï-dire ».

« Notre classique est celui qui ne peut pas nous être indifférent et qui nous sert à nous définir nous-mêmes par rapport à lui, éventuellement en opposition à lui ».

« Un classique est une œuvre qui provoque sans cesse un nuage de discours critiques, dont elle se débarrasse continuellement ».

« Un classique est un livre qui n’a jamais fini de dire ce qu’il a à dire ».

« Il ne nous reste plus qu’à nous inventer chacun la bibliothèque idéale de nos classiques ».

« La lecture des classiques atteint donc son rendement maximum quand on la fait alterner, selon un savant dosage, avec les lectures d’actualité ».

« Je ne crois pas avoir à me justifier d’user le terme ‘classique ‘ sans distinction d’antiquité, de style, d’autorité ».

Et Calvino conclut :
« … qu’on ne croie pas, surtout, que les classiques doivent être lus parce qu’ils ‘servent’. La seule chose qu’on puisse affirmer, c’est que lire les classiques vaut mieux que de ne pas les lire. [ ] Je citerai Cioran [ ] : ‘ Alors qu’on préparait la ciguë, Socrate était en train d’apprendre un air de flûte. A quoi cela servira-t-il ? lui demande-t-on. – A savoir cet air avant de mourir’. »

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Morales intemporelles, sens cachés ou évolutifs

9 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 41 ans) - 8 juillet 2018

Les classiques n'en finissent jamais de nous dire ce qu'ils ont à dire, selon l'auteur. Leur intemporalité, la manière de les revisiter en fonction des époques et de leurs goûts, l'éventuelle diversité d'interprétations permettent incitent à y revenir, ou à la découvrir, car il en existe inévitablement qu'on n'a pas lus. Ces classiques correspondent donc à des valeurs sûres auxquelles il faut bon de retourner, afin de les méditer, de se demander ce qu'ils apportent, de se replacer dans le cadre d'un savoir originel.
L'auteur opère principalement de manière empirique, après de courts propos introductifs en effets. Il procède par présentations d'auteurs ou d'oeuvres, de grandes valeur et notoriété pour la plupart, quelques uns m'étant inconnus. Il en montre les lignes-forces, et contribue à dresser une sorte de condensée de culture littéraire. Il n'hésite pas à une analyse philosophique et d'histoire de la littérature pour éclairer ces grandes oeuvres.
Le contenu de ce livre s'avère donc utile, enrichissant et stimulant. Il fait partie de la sélection des librairies Fontaine.

Forums: Pourquoi lire les classiques

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Pourquoi lire les classiques".