Faut-il manger les animaux ? de Jonathan Safran Foer

Faut-il manger les animaux ? de Jonathan Safran Foer
(Eating animals)

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Economie, politique, sociologie et actualités , Sciences humaines et exactes => Essais

Critiqué par CHALOT, le 16 janvier 2011 (Inscrit le 5 novembre 2009, 71 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (12 253ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 3 187 

livre édifiant !

« Faut- il manger les animaux ?
De Jonathan Safran Foer
Éditions de l'Olivier
janvier 2011
362 pages
22 €
Les « élevages » industriels au banc des accusés


Ils martyrisent bien souvent les animaux, recherchent le rendement et en plus empoisonnent nos rivières....quant aux produits qui arrivent dans notre assiette ! N'en parlons pas trop !
Le réquisitoire de ce jeune écrivain américain est implacable. Son étude de terrain, minutieuse ainsi que la retranscription des débats qu'il a menés avec des acteurs de divers bords ne peuvent que nous mobiliser contre un fléau qui met en danger notre santé.

50 milliards de poulets sont abattus et mangés chaque année dans le monde, la plupart et notamment dans les pays occidentaux sont « élevés » en batterie.
On oblige ainsi des milliards d'oiseaux à vivre et à mourir de manière industrielle, inhumaine...Peu voient le jour et méfiez vous des étiquettes qui indiquent « élevés en plein air »
Aux États Unis 99% des animaux consommés proviennent des « chaînes » industrielles...
Alors qu'autrefois les déjections animales permettaient la constitution d'engrais utiles au sol, aujourd'hui la concentration effrayante sur une petite surface des porcs conduit à une pollution dévastatrice des rivières et des sols.
« En tout, les animaux d'élevage aux États-Unis produisent 130 fois plus de déchets que la population humaine-environ 39 tonnes de merde par seconde. La capacité de pollution de cette merde est 160 fois plus importante que celle d'eaux usées municipales non traitées. »

Pendant trois ans, l'auteur a sillonné les campagnes américaines pour étudier la réalité de la culture.
Il a rencontré quelques éleveurs traditionnels qui veulent le bien-être des animaux et qui refusent le système de l'empire agro-alimentaire...
La résistance est difficile dans un pays où de toutes façons l'abattage est tenu par ceux qui recherchent un profit maximal pour un moindre coût...
Devons-nous devenir tous végétariens ou végétaliens ou nous organiser afin de combattre cette logique infernale qui conduit à faire souffrir les animaux, à contrecarrer la nature et à nous offrir que la « mal-bouffe » ?
Ce n'est pas la peine de se réjouir d'être français et de ne pas habiter outre-atlantique...L'exemple de l'élevage porcin breton nous montre que les éleveurs français suivent le même mauvais chemin que leurs collègues américains.
Alors... comme l'affirme l'auteur de ce livre :

« L'élevage industriel prendra fin un jour à cause de l'absurdité de son économie. Il n'est tout simplement pas viable. La Terre finira par se débarrasser de l'élevage industriel comme un chien se débarrasse de ses puces. La seule question est de savoir si elle ne se débarrassera pas de nous par la même occasion. »

Jean-François Chalot

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Faut-il devenir végétarien

8 étoiles

Critique de Vince92 (Zürich, Inscrit le 20 octobre 2008, 41 ans) - 13 novembre 2013

Voici la vraie question que pose l'auteur de ce livre-document dans lequel on comprendra mieux les rouages de l'industrie agro-alimentaire.
Les pratiques de ce milieu sont révoltantes (on le savait) tant au niveau des conditions d'élevage (la vie des animaux) que des conditions d'abattage (leur mort). Non seulement, ces pratiques sont indignes de l'Homme mais elles vont se révéler dangereuses à plus ou moins long terme: pollution, viande bourrée d'antibiotiques, fin de la bio-diversité des espèces consommées etc...

Devenir végétarien donc? Peut-être pas, mais sans doute manger moins de viande, comme le préconise l'auteur, et éviter d'emblée les endroits/produits qui proposent de la viande dont on sait pertinemment qu'ils proposent ce type de viande: restauration rapide (du genre KFC, cité à plusieurs reprises dans le livre comme étant le parangon des mauvaises pratiques en matière d'élevage), restauration collective (cantine d'entreprise, scolaire), plats préparés (cf.récents scandales de la viande de cheval).

Un bon livre qui lève les derniers doutes sur la nature des aliments d'origine animale que nous consommons et qui nous incite à agir!

Quand agri-culture devient agri-destruction

8 étoiles

Critique de Mithrowen (La Chaux-de-Fonds, Inscrite le 23 août 2011, 30 ans) - 30 août 2011

Je m'attendais en ouvrant ce livre à un plaidoyer végétarien pur et dur, mais heureusement le livre échappe à cet écueil.

Jonathan Safran Foer nous livre ici une enquête sur l'agriculture industrielle américaine très bien documentée et parsemée de réflexions sur notre rapport (social, affectif, etc.) à la nourriture.

Les faits présentés sont terrifiants, pollutions graves, maltraitances extrêmes, insalubrité de la viande, stratégies malhonnêtes des lobbys de l'agriculture industrielle.

Le pire est que 99% de la viande aux USA vient de fermes industrielles, donc même si on le désire, éviter de manger de la viande non-éthique est difficile. C'est d'ailleurs pour cela que malgré tout Jonathan Safran Foer prône le végétarisme, sans pour autant être dogmatique.

Ce livre m'a vraiment terrifiée et je suis instantanément allée me renseigner sur les conditions des élevages de mon pays (La Suisse) et de l'Union Européenne.

J'ai la chance d'être rassurée car les lois suisses en matière de protection des animaux sont ultra-sévères pour les élevages mais aussi pour les animaux domestiques. De plus, le nombre d'animaux autorisés par élevage est restreint donc il est difficile de parler d'élevage industriel en Suisse.

Par contre, j'ai pu voir que les lois de l'Union Européenne sont passablement laxistes, moins qu'aux USA évidemment, mais assez peu attentives au bien-être des animaux--> http://animal-cross.org/comparaison-lois-protectio…

Ayant lu ce livre et m'étant renseignée, je n'achèterai plus de viande non-produite en Suisse, à moins de n'avoir vraiment pas le choix....

Souffrance animale et régression d'humanité

8 étoiles

Critique de Christian Palvadeau (, Inscrit le 19 janvier 2011, 54 ans) - 21 février 2011

Nous n’attendions pas Jonathan Safran Foer, romancier déjà apprécié, dans cet exercice très particulier, à savoir la réalisation d’un livre sérieux, fouillé, sur l’élevage industriel aux Etats-Unis. Il part d’un souvenir personnel, celui de l’incontournable et fameux poulet aux carottes de sa grand-mère, la plus grande cuisinière de tous les temps, pour s’interroger sur nos pratiques alimentaires, nos rapports aux animaux, et de là mener une enquête fascinante sur la façon dont nous produisons la viande dont la consommation ne cesse de croître dans nos pays riches comme dans les pays émergents. Les chiffres à eux seuls donnent le vertige (45 millions de dindes abattues aux Etats-Unis par exemple pour Thanksgiving).

Foer habilement attaque son sujet sous différents angles et en utilisant diverses formes, ce qui permet d’alterner moments de réflexion et moments de réalisme cru, évitant ainsi de le rendre totalement insoutenable. C’est que, quel que soit le type d’élevage qu’il examine, poulets, porcs, poissons, vaches, il en arrive à la même constatation : une souffrance animale terrible, inadmissible et parfois totalement gratuite, une obsession de la productivité, à entendre essentiellement comme une recherche maximum de bénéfices financiers sans aucun souci des dégâts collatéraux (produire des bêtes malades est moins coûteux que des bêtes en bonne santé) et enfin un scandale absolu en terme de santé publique.

Ce qu’il décrit dans ces fermes-usines et ces abattoirs c’est un enfer qui rend fous bêtes et hommes. C’est une maltraitance qui atteint un niveau d’horreur inimaginable. Ce sont aussi des animaux dont on a trafiqué l’ADN pour les rendre plus performants, plus spécialisés. Les poulets par exemple sont divisés en deux grandes catégories, les pondeuses et celles qui fournissent leur chair à manger, en conséquence de quoi il faut exterminer chaque année plus de 250 millions de poussins mâles inutiles issus des pondeuses, ceux-ci étant bien souvent envoyés vivants dans un broyeur. Au bout du compte, ces animaux modifiés, encagés, conditionnés pour grossir à une vitesse ahurissante afin de pouvoir être consommés au plus tôt, sont tout simplement impropres à la vie et un pourcentage non négligeable ne parvient d’ailleurs pas jusqu’à nos assiettes.

Foer n’est pas manichéen, il ne cherche pas à convertir outre mesure même si lui a décidé de devenir végétarien dans une démarche individuelle d’indignation et de résistance et ce pour deux raisons, la première éthique, pour ne pas accepter l’inacceptable, la seconde par souci de sa santé, tant que la production de viande sera ce qu’elle est. Bien que d’origine juive, Foer ne se risque pas à une certaine comparaison, que sans nul doute on lui aurait reprochée, pourtant à quoi fait penser ce mépris du vivant, cette négation absolue, ces actes de sadisme provenant de Monsieur Toutlemonde, ces expérimentations de savants fous dans des espaces clos et dissimulés aux yeux du plus grand nombre, cette folle sélection animale (eugénisme) qui va jusqu’à la modification du code génétique, oui à l’évidence les rapports que nous entretenons en toute impunité avec le monde animal ne sont certainement pas d’une autre nature que ceux des kapos envers leurs prisonniers dans les camps de concentration.

Si, et je le crois, c’est notre degré d’humanité qui peut être mesuré dans nos rapports avec des êtres, humains ou animaux, plus faibles que nous, il semble bien que nous n’ayons guère fait de progrès en la matière au cours des siècles et des millénaires et même, probablement, que nous en sommes à une phase de régression. « L’être humain, c’est ça ? », « Ce qui pouvait nous arriver de pire, c’était de nous habituer à la mort, à l’impunité, à l’horreur, au Mal » lit-on dans un roman tout récent du péruvien Ivan Thays (« Un Lieu nommé Oreille-de-Chien »). Et c’est bien de cela dont il s’agit, de l’habitude qui génère la routine, la routine qui génère l’abstraction et l’abstraction qui permet, autorise, désinhibe et légitime l’horreur.

Ce témoignage chamboule et nous interpelle sur le fait de savoir si, au minimum, nous avons besoin de consommer autant de viande quand on en connaît le prix à payer en terme de souffrance animale, de dangerosité de cette production pour l’organisme humain, sans même évoquer les pollutions énormes générées, la contribution au réchauffement climatique ou à la raréfaction de l’eau, ainsi que la responsabilité des conditions environnementales des élevages modernes dans les grandes pandémies récentes. Evidemment pour ce qui est du régime végétarien nous serons beaucoup plus prudents. Il n’est pas en effet certain qu’il soit beaucoup plus facile de se nourrir sainement avec des fruits et des légumes issus de la grande production. Du reste, l’auteur nous le rappelle, s’il y a 20.000 espèces de plantes comestibles dans le monde, une vingtaine d’entre elles fournissent 90% de notre nourriture. On fait mieux en termes de biodiversité !

Croire que la situation est meilleure en France (la bagatelle de plus d’un milliard d’animaux domestiques tués chaque année) et en Europe serait certainement un leurre.

On pourra compléter cette lecture par « Bidoche : l’industrie de la viande menace le monde » de Fabrice Nicolino aux éditions Les Liens qui libèrent ou encore « Le Livre noir de l’agriculture : comment on assassine nos paysans, notre santé et notre environnement » d’Isabelle Saporta. Se replonger aussi peut-être dans les écrits d’Eugen Drewermann sur le respect dû aux animaux. Aller voir enfin le chapitre deux de "La Ballade de Sean Hopper" de Martine Pouchain aux éditions Sarbacane, un style très fort pour décrire le sort des vaches à l'abattoir.

Christian Palvadeau

Forums: Faut-il manger les animaux ?

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  "mini Tchernobyl" 2 Oburoni 16 janvier 2011 @ 22:20

Autres discussion autour de Faut-il manger les animaux ? »