La danse de Gengis Cohn de Romain Gary

La danse de Gengis Cohn de Romain Gary

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Killeur.extreme, le 28 décembre 2010 (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 35 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (39 515ème position).
Visites : 3 815 

Humour et imagination débridée pour parler du nazisme

Gengis Cohn est un comique juif qui suite à une tentative d'évasion d'Auschwitz en 1943 est fusillé avec d'autres juifs, femmes et enfants, par le SS Schatz, mais chose insolite l'"esprit" de Cohn a survécu et hante et tourmente Schatz depuis plus de 22 ans. Schatz devenu commissaire de police est confronté à une série de meurtres au couteau qui secoue l'Allemagne, aucun indice à part le fait que chacune des victimes est retrouvée le pantalon baissé et un visage heureux. A ce moment là intervient un baron dont la jeune femme est partie avec le garde-chasse, Schatz pense que les affaires sont liées....

Je vous ai résumé ici la première partie et c'est la seule du roman qui puisse vraiment l'être puisque le roman "part en vrille" au fur et à mesure que l'histoire se déroule.

Romain Gary utilise le thème de l'ancien nazi "dénazifié" possédé par l'esprit de sa victime et le pousse jusqu'au paroxysme, dans la première partie le récit reste encore crédible et linéaire, mais à partir de la deuxième partie, on a l'impression d'être dans un "trip" au point que je me suis demandé quel produit illicite avait bien pu fumer l'auteur. En tout cas Gary livre un roman qui fera souffrir les élèves qui devront l'étudier.

Et pourtant derrière ce "trip" (comment définir autrement la perplexité dans laquelle m'a laissée ce roman) se cache outre une tentative de manipuler la langue française, de créer un univers particulier poétique (on pense à Boris Vian, Amélie Nothomb et Raymond Queneau), on découvre via les interventions de Gengis Cohn une réflexion sur la Shoah, sur l'Allemagne et son futur (Gary évoque déjà la réunification de l'Allemagne en 1966, 23 ans avant la chute du mur de Berlin).

Les réflexions de Gengis Cohn sont bourrées d'humour (Gary invente la fraternité avant Ségolène Royal), mais cet humour et le côté expérimental du roman au lieu d'atténuer la réflexion sur le nazisme et le futur de l'Europe et d'Israël la renforcent.

Si vous aimez les récits non linéaires où l'auteur cache des réflexions sérieuses derrière un humour corrosif et une imagination largement débridée, qui rapproche ce roman de ceux que l'auteur a signé sous le nom d'Emile Ajar, ce livre est pour vous. Autrement vous risquez d'être plus dubitatifs (et le mot est faible).

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La danse de Gengis Cohn [Texte imprimé] Romain Gary
    de Gary, Romain
    Gallimard / Collection Folio.
    ISBN : 9782070393022 ; EUR 7,80 ; 14/06/1995 ; 352 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Frère Océan

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Pour aficionados exclusivement, et encore ...

2 étoiles

Critique de Eric B. (Bruxelles, Inscrit(e) le 15 février 2001, 50 ans) - 7 février 2016

Je déconseille vivement à qui ne connaîtrait pas encore Gary de commencer par ce titre, un des plus faibles parmi ceux que j'ai lus. Un excellent début, certes, avec des trouvailles stylistiques annonçant effectivement les livres publiés sous le pseudonyme d'Emile Ajar, mais, très vite, cela part dans une sorte de délire obsessionnel qui peut assez rapidement lasser. Ce n'est vraiment pas ce Gary-là que j'aime. Le plus grand Gary - ou, du moins, celui qui me touche le plus - est, pour moi, dans La promesse de l'aube, évidemment, puis dans ses "comédies" qui brassent les grands thèmes de l'oeuvre avec esprit, humour, légèreté, poésie, et un sens inégalable du récit : Lady L, Les mangeurs d'étoiles, Les cerfs volants. Tulipe et ce Gengis Cohn, en revanche, si je peux comprendre en quoi ils témoignent des angoisses de l'auteur, y compris sur le plan de l'écriture à des périodes de sa vie où il cherchait à se renouveler, me paraissent proches de l'illisible.

Spirituel et surréaliste

8 étoiles

Critique de Romur (Viroflay, Inscrit le 9 février 2008, 44 ans) - 18 mars 2012

Un livre surréaliste, atypique dans l'œuvre de Romain Gary. Le délire imaginatif et symbolique pourra rebuter plus d'un lecteur. Pour ma part j'ai jubilé dans cette lecture qui m'a rappelé par moment Le maître et Marguerite.
Cohn est l'âme / la mémoire d'un juif qui hante l'esprit d'un ancien officier allemand, Schatz, devenu commissaire de police. Celui-ci au début du roman est aux prises avec une histoire de meurtres en série particulièrement difficile.
Au delà du délire fantasmagorique, tout doit être lu sur le plan symbolique. Cohn représente le Juif mais aussi le Christ, Schatz (chéri en allemand) l'allemand avec sa mauvaise conscience. Depuis la ville de Licht (lumière) l'enquête les mène dans la forêt de Geist (l'esprit, le fantôme - c'est là que Cohn est enterré avec de nombreux autres fusillés) à la poursuite de Lily (idéal féminin mais surtout humanité en quête d'absolu et de sublime, toujours insatisfaite) qui sert d'appât à Florian (la mort) pour attirer ses victimes. La poursuite se mène sous le regard incompréhensif et désespéré du Baron (la haute société conventionnelle) et de Johann (le peuple).
Le roman permet à R Gary d'interroger les liens que crée l'homme entre la beauté (le nom de Lily fait penser au lys, elle est parfois surnommée la Joconde, associée à la création artistique et particulièrement à la Renaissance) et l'horreur (Lily entretient un lien étroit et inconscient avec la mort à travers Florian et son nom fait aussi penser à Lilith démon féminin de la tradition juive avec qui elle partage certains attributs).
Le roman reflète plus globalement (comme cela apparaît de plus en plus nettement dans la deuxième partie) les tourments de l'auteur, hanté par les fantômes et qui tente d'oublier ou d'exorciser le souvenir du Génocide et de l'Allemagne. Une autre façon d'aborder le problème après avoir écrit Education européenne.

Bref, une lecture un peu malaisée mais passionnante où on retrouve l'humour et l'humanité de Romain Gary.

Forums: La danse de Gengis Cohn

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La danse de Gengis Cohn".