L'ornière de Hermann Hesse

L'ornière de Hermann Hesse
(Unterm Rad)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Tommyvercetti, le 23 décembre 2010 (Clermont-Ferrand, Inscrit le 18 décembre 2006, 29 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (20 314ème position).
Visites : 1 494 

Leaving Neverland

L'ornière est l'histoire d'un enfant, Hans, vrai petit génie, qui se fait remarquer en tant que tel par ses proches, famille et professeurs dans son village. Ils nourrissent tous des espoirs à son sujet, espoirs de le voir s'"élever" ; aller loin et faire parler de lui ; son père est très fier, ainsi que son professeur de Latin, et le Pasteur. Leurs ambitions percent et envahissent le jeune Hans qui, les voyant aussi ravis et plaçant tant de choses en lui, se promet de faire de son mieux. Au séminaire, c'est là qu'est le vrai avenir. C'est un génie, il vaut bien mieux que les autres. Il ira loin, il en est sûr.
Mais Hans est aussi un enfant. Et en tant que tel, il vit certaines choses, il ressent, même si parfois certains aimeraient le détourner de ces ressentis. Le Grand Chemin est devant lui, et il est fier de s'y engouffrer, d'y aller à pas de géants. C'est pour ça qu'il est prêt à sacrifier un peu de son temps pour s'avancer dans son travail, avant le séminaire. Et puis, là-bas, il lui faudra travailler dur...
Mais il sous-estime la part, en lui-même, qui s'accroche, qui regarde en arrière et prend conscience, regrette, et sent la vie lui échapper. Il ne pourra pas s'aveugler éternellement de la Vraie Vie ; ceux qu'il a connu, et connaîtra, participeront à lui faire voir certaines choses, et à lui faire regarder d'un autre oeil ces ambitions, sa fierté, son orgueil et toute la machinerie en marche pour faire de lui ce que d'autres ont décidé qu'il devrait être.



J'ai fini le livre tout à l'heure...
Avant de le commencer j'avais une certaine idée préconçue car on me l'avait conseillé en réponse à mon goût pour "l'attrape-cœur" (de Salinger), et puis j'ai lu le "Loup des Steppes" (de Hesse), et j'ai eu une bonne impression de l'auteur.

Mais je dois avouer que celui-ci ne ressemble pas vraiment au Loup des Steppes même dans la façon dont c'est écrit et dans ce qu'il y a à y percer comme mystères. Dès le départ, l'écriture beaucoup plus simple et les idées très peu approfondies, jetées sans détours, et pauvrement illustrées, m'ont fait me rebuter. Puis j'ai continué, car malgré tout, ce qu'il disait était très riche, intéressant et me plaisait. J'ai vu la première partie comme une façon de planter le décor, et plus l'histoire avançait, plus je percevais la profondeur du roman, et l'affinement du sujet qui semblait au départ assez prévisible. A travers l'histoire de cet enfant devenant adolescent, on vit d'un regard extérieur l'arrachement d'un enfant à sa vie, à ses rêves et à ses espoirs par une société, par les adultes, leurs vœux leurs ambitions projetées en cet enfant.
On retrouve tout de même certaines idées je pense chères à Hermann Hesse, et ici, c'est à nouveau un monde brut et brutal, une société immuable, qu'il oppose à une idée de l'homme, à une vision de la vie assez... touchante, vraie et douloureuse. J'ai aimé, mais je l'ai trouvé tout de même assez inégal.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un roman d'apprentissage

8 étoiles

Critique de Vince92 (Zürich, Inscrit le 20 octobre 2008, 40 ans) - 22 octobre 2015

Pas encore entré dans l'adolescence, Hans est, du fait de son talent, soumis à la pression de son père et de ses professeurs pour tenter et réussir le concours d'entrée au séminaire, ce qui fera de lui un fonctionnaire de la Souabe, respecté et auréolé de son savoir et de sa position sociale.
Sacrifiant ses plaisirs d'enfant au travail, Hans se démène pour toujours arriver le premier partout, et finalement réussit le concours. La rencontre d'un ami à Maulbronn, rebelle au système aura facilement raison de sa volonté; Hans tombé dans l'ornière ne s'en relèvera pas.
Hermann Hesse a largement puisé dans son expérience personnelle pour écrire ce livre, la dimension autobiographique du récit apporte beaucoup de force et d'authenticité, l'auteur se souvenant de sa vie de jeune garçon à l'orée de l'adolescence semble vouloir cicatriser des blessures qui ne se sont pas encore refermées. De fait, ce petit roman est un témoignage très probant du passage de l'enfance à l'adolescence, période si importante dans la construction d'un être humain.
La traductrice de l'édition Calmann-Lévy a fait un très bon travail en proposant un texte très fluide et me semble-t-il en gardant le degré soutenu d'un texte écrit au tout début du 20e siècle. Une très bonne lecture donc, idéale pour découvrir le grand auteur badois.

Forums: L'ornière

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'ornière".