Les Démons de Paris
de Jean-Philippe Depotte

critiqué par CC.RIDER, le 20 décembre 2010
( - 59 ans)


La note:  étoiles
De l'étrange très original
Au tout début du vingtième siècle, Joseph, jeune séminariste en passe d'être ordonné prêtre, se fait fort de pouvoir communiquer avec les morts. De son côté, Papus, Gérard d'Encausse de son véritable nom, est une sorte de mage capable de faire apparaître des démons venus de l'enfer en se servant des toutes dernières innovations technologiques. Paris, en proie à des attentats anarchistes, va devoir recevoir le Tsar Nicolas II qui souhaite visiter le tout nouveau Métropolitain. La nouvelle présidente du Conseil, Victoire Desnoyelles, craignant pour la sécurité du Prince, fait appel au Grand Khan et à ses apaches, plus habitués à détrousser le passant qu'à jouer les gardiens de la paix. C'est dans ce contexte très particulier que débute une aventure qui entraînera Joseph et les autres héros jusqu'aux derniers cercles de l'au-delà...
Un roman étrange et fantastique qui joue avec intelligence de l'uchronie et ne manque pas d'une grande originalité dans cette catégorie très particulière. On sent Depotte inspiré par les grand textes du genre « Les Mystères de Paris », « Fantomas » ou « Belphégor ». Avec ce roman, l'édition renoue vraiment avec la littérature populaire de l'imaginaire version traditionnelle. Le lecteur naviguera dans les eaux troubles de l'ésotérisme, de l'occultisme et même du satanisme le plus noir. Avec le personnage de Lénine, il découvrira les arcanes secrètes de la naissance du communisme, porté au pouvoir par la grâce d'une arrivée d'entités infernales peu rassurantes. Fantaisie totalement folle mais qui recèle néanmoins sa part de sagesse et de vérité. Il passera un bon moment (dans les deux sens du terme) à lire ce livre passionnant pour les poètes et les rêveurs non cartésiens ni rationalistes bien sûr. Dommage que le style soit un peu léger et que le texte semble délayé au maximum. (Un livre ne serait-il sérieux qu'au-delà d'un demi millier de pages ?) Resserré sur 3 ou 400 pages, le rythme y aurait grandement gagné. Mais il faut rester indulgent avec ce premier roman si intéressant qu'il ne passera pas inaperçu.
Too much 6 étoiles

Les critiques précédentes ont très bien résumé et commenté ce roman. Pour ma part j'ai apprécié l'originalité de ces vies et lieux après la mort, ni véritable enfer, ni tunnel paradisiaque. Tout un système loin de la pesée des âmes au mérite mais plutôt aléatoire style bon moment au bon endroit ou l'inverse, mais aussi une marge de choix et d'actions. Des possibilités de va et vient entre les deux mondes et d'état intermédiaire grâce à des "dons" ou des machines à incarner les démons. Là où ça devient too much c'est l'implication des hautes personnalités politiques nationales et internationales et les entités hybriques mi-humaines mi-démons etc. etc....
Alors j'ai apprécié mais quand même trouvé un peu long et touffu.

Eoliah - - 66 ans - 3 octobre 2017


Diabolique 5 étoiles

Je ne pense pas être cartésien à l'outrance, encore moins académique dans son sens le plus strict. J'aime l'histoire, la fiction et la poésie. Ca ne me gêne absolument pas la manipulation uchronique, bien au contraire. Mais quand tout se mêle dans une sorte de salmigondis diabolique où morts et vivants se côtoient et quand les méchants deviennent attachants et les gentils menaçants, quand de véritables personnages ayant effectivement vécu meurent plus prématurément et dans d'autres circonstances que ce que nous rapportent Wiki et autres réserves de connaissances (Encausse tué de cette manière? Ah bon?), quand Lénine croise le Tsar dans un couloir de métro surveillé par une pègre locale et de méchants soviets, que Baphomet veut tuer Bélial (démons globe-trotters entre mondes qui se superposent ou s'interposent) pour que ce dernier vienne sauver l'Enfer des Anges, qu'une semi-démone milite pour la cause communiste, j'avoue que ma tolérance à l'abstraction est un peu secouée.
Mais le pire dans tout ça, c'est que j'ai été carrément envoûté par cette histoire pas rationnelle pour un sou. Alors que dire? Particulier, démoniaque. Bizarre.
En tous cas, bien que long, je l'ai dévoré rapidement. A moins que ce soit le livre qui m'ait englouti. Ah ces démons!

Hamilcar - PARIS - 62 ans - 11 août 2014


démons de paris 6 étoiles

J'ai adoré les démons de Paris et j'ai eu la chance de rencontrer Jean Philippe Depotte à la 25h du livre au Mans, c'est un auteur très sympa et pas prétentieux.
"Les démons de Paris" m'ont immédiatement fait penser à "Zoulou Kingdom" et "Végas Mytho" de Christophe Lambert à la différence que dans les démons de Paris les personnages ne sont pas stéréotypés.

Les méchants (grand Khan) et autres démons sont absolument charmants on les regrette presque à la fin..
je le conseille absolument à tous.

Capt everton - - 30 ans - 27 janvier 2014