La grève des archéologues de Francis Dannemark

La grève des archéologues de Francis Dannemark

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Thémis, le 15 mars 2002 (Ligny, Inscrite le 17 avril 2001, 49 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (34 802ème position).
Visites : 2 361  (depuis Novembre 2007)

La peur d'aimer...et certainement celle d'être aimée aussi...

Françoise et Ludovic sont à Venise pour quelques jours. Ils étaient supposés se rapprocher, afin que Françoise prenne une décision quant au futur. Seulement, ce n’est pas si simple pour elle. Peut-être que Venise, son ambiance, ses rencontres vont l'aider à mieux gérer la situation.
Françoise à tendance à repousser Ludovic, alors qu'au fond d'elle, elle voudrait tellement le retenir ! Mais pour cela, il faut pouvoir se redonner confiance, être sûr de soi et de ce que l’on ressent...il faut prendre le risque d'aimer. Elle ne se sent pas à la hauteur, elle ose à peine braver le désaccord de ses parents qui n’aime pas "ce type" qu’elle fréquente, pas plus qu’ils n’aimaient son ex-mari de toute façon. Pourquoi faire attendre la personne qui vous aime pour lui prouver combien vous aussi vous l’aimez ? Faire abstraction du passé et recommencer...
Nous savions déjà que Francis Dannemark affectionne tout particulièrement les récits courts; cependant, j’aurais aimé qu'il étoffe un rien celui-ci...j’ai le sentiment qu'il y avait encore des choses à dire. D’un autre côté, ce n’est pas si évident de faire passer une émotion en si peu de pages, il doit aller à l'essentiel si il veut faire mouche chez le lecteur !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Des mots parfois difficiles à dire

7 étoiles

Critique de Bluewitch (Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 40 ans) - 30 avril 2002

On blesse alors que tout ce que l'on veut c'est caresser,
c'est la douceur. On repousse et pourtant on désire l'étreinte. C'est étrange parfois comme l'esprit et le coeur ont tant de mal à se mettre d'accord... Comme si l'un et l'autre avaient du mal à se faire confiance. S'abandonner à l'amour lorsque les blessures sont encore fraîches. S'autoriser le bonheur. C'est ce que Françoise semble bien en peine de faire.
Le cadre de Venise en hiver. Quelle atmosphère... Si semblable à ce personnage. Instants gelés, histoire figée. La glace autour de la chaleur. Une écriture délicate, poétique. Belle, somme toute...

Forums: La grève des archéologues

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La grève des archéologues".