Les délices d'Alexandrine de Jean Anglade

Les délices d'Alexandrine de Jean Anglade

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Krapouto, le 7 décembre 2010 (Angouleme Charente, Inscrit le 4 mars 2008, 73 ans)
La note : 4 étoiles
Moyenne des notes : 3 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 2 étoiles (48 370ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 1 825 

délices salés - sucrés

Voilà l’histoire d’une famille du Velay, de l’après-guerre de14-18 jusqu’aux années 1990. La mère de Marie ne l’a pas élevée, son enfance a été confiée aux braves époux Jouve. A la mort de Pauline Jouve, elle doit pourtant la reprendre. Marie découvre alors un autre monde, plus aisé, sa mère étant à la tête d’une fabrique de confiserie au Puy. Elle y découvre deux demi-sœurs, Madeleine et Marguerite, et de servante elle devient apprentie, puis finira par diriger l’entreprise. A la mort de sa mère elle découvrira pourquoi sa mère l’avait rejetée à la naissance, une faute avec un prêtre n’était pas bien vue à cette époque.
Tout le monde est beau, tout le monde est gentil. Marie, son mari, ses deux sœurs, leurs maris respectifs, sont tous pleins de qualités morales et humaines. Ils n'ont pas de défauts, dans le Velay ?
Avant que l’on ne connaisse la secret de la mère, qu’elle dévoile juste avant sa mort (personne n’a été vraiment curieux pendant toutes ces années !) il faut bien remplir les quelques 60 ans qui passent, avec :
* La vie de l’entreprise pour Marie,
*Madeleine : institutrice, l’adoption d’un enfant haïtien à sa prise de la retraite, un pèlerinage a St Jacques de Compostelle aller-retour avec l’enfant et un âne.
*Marguerite : infirmière, son mari bricole un avion, et part pour le tour du monde, rien que ça, qui s’arrêtera en panne d’essence quelque part dans l’Océan indien chez un sultan loufoque après un Le Puy-Djibouti sans escale.

Chaque histoire est trop longue ou trop courte. Celle de Marie suffirait. Celle de St Jacques, avec le petit haïtien pourrait faire un roman entier. Par contre celle de Ludovic le mari de Marguerite est complètement farfelue.
Bon, Jean Anglade a 95 ans, bravo, mais il confond roman de terroir et Harry Potter.

L’écriture est bien agréable, des digressions sur des sujets collatéraux ne sont pas désagréables, mais ce livre restera dans mon classement personnel avec la littérature dite « de gare », (comme si on ne pouvait pas lire un livre intéressant dans le train !)
Pour mon premier Anglade, j’ai pris le dernier. Sûrement pas le meilleur, j’en essaierai un ancien.

PS: J'ai trouvé dans une critique de " une étrange entreprise" faite par Tistou une phrase qui convient parfaitement à ce livre également.
Permettez-moi Tistou de l'utiliser ici:

"" Fort bien. Sauf que. Sauf que tout ceci est passablement décousu comme si plusieurs petits romans étaient agglomérés en un seul, pour en faire un grand, sans que le lien conducteur soit autre chose que ténu. Ça a un petit côté agaçant."

merci

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Quel délice?

2 étoiles

Critique de Ademo (Rennes, Inscrite le 27 juillet 2010, 38 ans) - 28 octobre 2011

La couverture est alléchante mais le roman nous laisse sur notre faim. Avant de débuter la lecture, l'auteur nous prévient: "Tout est fiction dans ce roman, excepté la beauté des monuments et des paysages [...] Je rappelle que la Haute-Loire est mon beau pays." Tout est dit! Car le personnage principal, ce n'est certainement pas Alexandrine ou l'une de ses filles, mais bel et bien la région natale de l'auteur! Jean Anglade nous donne beaucoup de détails sur cette région qui a l'air magnifique. Mais les vies d'Alexandrine et de ses enfants sont trop expédiées à mon goût et donnent l'impression que ce n'était qu'un "prétexte" pour nous présenter son "beau pays".

Forums: Les délices d'Alexandrine

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  suite 1 Krapouto 7 décembre 2010 @ 23:03

Autres discussion autour de Les délices d'Alexandrine »