Apocalypse bébé
de Virginie Despentes

critiqué par CC.RIDER, le 29 novembre 2010
( - 61 ans)


La note:  étoiles
Un roman inclassable, mais fort...
Lucie est une jeune détective privée qui doit surveiller Valentine une ado fragile en rupture de lycée que son père et sa grand-mère soupçonnent de mener une double vie. Mais un jour elle la perd dans le métro, provoquant la colère de ses commanditaires qui exigent qu'elle la retrouve illico. Lucie, aidée de La Hyène, une privée lesbienne aussi étrange que violente, se lance sur ses traces en cherchant des indices auprès de tous ceux qui l'ont fréquentée, ses amis, ses rencontres d'un soir, mais aussi sa mère qui l'a laissée à son père alors qu'elle n'était qu'un bébé. Les deux femmes vont faire bien des découvertes au cours d'une enquête qui les mènera de Paris à Barcelone. Retrouveront-elles vivante la petite fille riche égarée ?
« Apocalypse bébé » est un roman assez inclassable, à la limite de plusieurs genres. A la fois polar noir et thriller, il fait également la part belle à la satire sociale et à la romance sentimentale homosexuelle. Despentes s'étend assez lourdement sur les bonheurs incomparables du sexe entre lesbiennes ce qui peut finir par lasser. Au niveau de l'intrigue, c'est assez léger et le lecteur sent bien que le côté policier est plus un prétexte qu'autre chose d'autant plus que la fin, qui explicite le titre du bouquin, est plus qu'improbable. Si l'on ajoute un style approximatif assez proche du premier jet (coquilles, erreur dans les noms de personnages, phrases mal équilibrées et utilisation de la première puis de la troisième personne du singulier aux moments les plus incongrus ce qui ne peut en aucun cas passer pour un effet de style), l'ensemble pourrait sembler assez faible s'il n'y avait l'humour, l'ironie, le regard intelligent et plein de finesse d'une auteure qui est d'abord et avant tout une observatrice impitoyable des travers d'une société qu'elle passe au vitriol et au scalpel de sa plume véhémente. Et rien que pour ça, il faut lire ce bouquin car il recèle des fulgurances remarquables de justesse. (Un exemple: « Les gens bien nés se reconnaissent à l'odeur, et repèrent les intrus de la même façon. ») Quant à savoir s'il méritait le Renaudot, c'est une autre histoire...
Portraits au vitriol 8 étoiles

J'ai à mon tour beaucoup aimé de roman, absolument moderne et sans concession. La vision du monde qui s'en dégage n'est certes pas très optimiste... Une belle galerie de portraits, un roman très bien construit.

Cecezi - Bourg-en-Bresse - 39 ans - 11 juillet 2015


Vraie enquête pour fausse histoire … 8 étoiles

Qualifier « Apocalypse bébé » de polar ? Non, décemment pas. Bien sûr, nous suivons l’enquête que mènent Lucie Toledo – trentenaire qui survit avec son petit boulot de détective privée à la gomme, plutôt spécialisée en filature de conjoint ou d’enfant - et « La Hyène », la référence dans le milieu des privés parisiens, enfin, du renseignement, détective privée également trentenaire, lesbienne décomplexée pour le coup, et autrement agressive.
Donc, oui, enquête. Mais l’essentiel n’est pas là. L’essentiel est plutôt dans le monde, l’époque, tels qu’ils nous sont dépeints.
En l’occurrence, l’enquête concerne Valentine, une adolescente de quinze ans, fille paumée d’un écrivain parisien, qui a échappé à la filature de Lucie dans le métro et qui est recherchée par notre duo. Elle a disparu. Et heureusement que Lucie s’adjoint le concours de « La Hyène » question efficacité !
Lucie est une hétéro tranquille, un peu popote. « La Hyène, une lesbienne militante. Toutes deux vont aller débusquer Valentine à Barcelone. Les choses vont même devenir beaucoup plus compliquées qu’appréhendées, si bien qu’on pourrait avoir l’impression in fine d’avoir lu un thriller écrit par le croisement de John Le Carré (ou R.J. Ellory) avec un Philippe Djian époque déjantée ! Vous voyez le mélange ?
Donc oui, l’enquête n’est pas l’essentiel. On comprend bien que Virginie Despentes a pris plaisir à se pencher sur, et à pointer du doigt, des particularités vers lesquelles notre société occidentale dérive. Ce pourrait être simplement choquant ou parfois graveleux. Ce n’est pas ça. C’est une version moderne d’un monde en train de muter sous le double coup de l’accélération de ce qu’on appelle « le progrès » et une certaine déliquescence de la conscience sociétale …
Quant au titre, si vous voulez savoir pourquoi « Apocalypse », pourquoi « bébé », … vous voyez ce qu’il vous reste à faire ?

Tistou - - 63 ans - 28 août 2013


La Hyène est dans la place 6 étoiles

Les 200 premières pages de ce livre sont très fortes.Une belle galerie de personnages, bien punchy, un style d’écriture urbain, jeune , rénové. Hélas on se demande bien pourquoi Virginie Despentes nous a écrit une fin pareille: improbable à la limite du grotesque .
Cela porte préjudice au roman auquel on peut s'attacher si le nom sulfureux (usurpé) de Despentes ne vous effraie pas.
Je reconnais qu'il fallait oser lui donner le Renaudot.

Ndeprez - - 43 ans - 21 décembre 2012


Polar social cru 8 étoiles

Ce polar mobile est sans concession, veut aller droit au but, malgré les embuches, les témoins qui se succèdent, telle une foisonnante galerie de portraits haute en couleurs. La méthode et les entrevues sont directes, drues, souvent violentes et sexualisées. Ce roman ne manque pas d'un certain humour à la Almodovar, et la raison finit par l'emporter, les maladresses de chacun devenant subsidiaires, l'espoir de la reconstruction l'emportant sur l'inquiétude.

Il est certain que ce livre déconcerte, mais il ne manque ni d'énergie, ni de rythme ni de psychologie, et vaut la peine, bien que la réitération aussi fréquente du tropisme lesbien finisse par "lasser".

Veneziano - Paris - 41 ans - 22 avril 2012


Filière P13 1 étoiles

Par chez nous la filière P13 est la poubelle.
Désolée. Même si je suis bien consciente de la réalité d'aujourd'hui, il n'en reste pas moins que j'ai trouvé ces écrits vulgaires, tout en respectant le choix de chacun soit dit en passant. Respectez le mien je vous prie.

Comhel - Sainte-Ursule - 63 ans - 5 février 2012


Trop plein 7 étoiles

J'ai eu une impression de trop plein, trop de profils poussés à la caricature, trop de personnages dont la vie est explorée en détail, trop d'orgies détaillées.. et puis d'où sortent cette soi-disant religieuse terroriste qui arrive comme un cheveu sur la soupe, et cette super woman enquêtrice qui sait tout à l'avance (genre Lisbeth de Millenium).
Cela dit la modernité des situations et des profils est intéressante et la lecture plutôt agréable sur les deux premiers tiers.

Eoliah - - 68 ans - 27 octobre 2011


Un roman moderne, plein de surprises. 10 étoiles

Pour ce roman, Virginie Despentes(Prix Renaudot et second du prix Goncourt 2010 derrière Michel Houellebecq(La carte et le territoire)),
nous transporte dans un roman moderne et électrique, avec une fin inattendue dans un monde bien réel.

Synopsis:
Une jeune flic, Valentine surveille une enfant, Lucile à la demande des parents. Un beau jour , la gamine remarque la présence de la flic et s'enfuit, provoquant la colère de ses commanditaires qui exigent qu'elle la retrouve illico. Aidée de la hyène, valentine, va se retrouver tour à tour embarquée dans une histoire de meurtre,de lesbianisme etc.. entre Paris et Barcelone.

Livre très bien écrit, avec une noirceur et une fin inattendue. Le livre résume bien la fragilité d'un monde fait de violence et de dépravation.


Bravo! à Virginie Despentes qui mérite amplement le prix Renaudot. Livre qui se lit d'une traite.

Anonyme3 - - - ans - 6 septembre 2011


Jeans troué 4 étoiles

Cela doit sans doute faire plaisir à un certain public bien pensant de se rincer l’esprit impunément au contact de scènes glauques, orgiaques, scandaleuses, mélangeant la culture lesbienne, les drogues et des touches de verlan. Cela touche néanmoins très peu ou cela glace d’effroi. On serait prêt à équiper nos futurs ados de téléphones mouchards! Quand il pleut à Paris, on éternue à Bruxelles. L’intrigue policière s’effiloche sur du rien. La structure du livre n'a rien de composé. La fin est plus qu’invraisemblable, la romancière était–elle à bout d’inspiration ? Livre trash et impudique, et pourtant la cause était belle. Cette adolescente élevée par sa grand-mère, qui n’a pas connu sa mère et dont le père est un héros raté de la littérature avait peut-être quelque chose à dire, mais on n’entend pas sa voix!

Deashelle - Tervuren - 10 ans - 25 juin 2011


Le choc des mots 8 étoiles

Pas question de résumer une nouvelle fois ce roman, ceci a été très bien fait pas CC.Rider.
Pas question non plus de comparer Virgine Despentes à Céline mais la violence de certaines phrases, le choc de certains mots, l'humour grinçant et le contre-courant des pensées dominantes m'ont rappelé certaines phrases du « Voyage au bout de la nuit ».
Peu de domaines y sont épargnés:
les écrivains: « Fréquenter les artistes, elle s'en passe volontiers. Les sportifs, les politiques, ça peut l'impressionner. Mais artiste.... toujours une imposture. En tête de sa liste, sans hésitation, elle placerait les écrivains. Elle connait, elle a donné. Ce qui est offert d'une main aimable est repris au centuple de l'autre, la main rapace, fouilleuse et sans scrupules. La main qui écrit, celle qui trahit, épingle et crucifie. »

les femmes: « Mais à ce stade de décomposition, le seul remède serait la burqa »

la maternité: « Si le bébé était payé au poids, on ne les aurait plus délogées de chez Fauchon, les femmes de la famille. »

la culture: « Il a en tête un savoir encyclopédique et large, le genre à battre des records au Trivial Pursuit, mais à l'heure d'internet, qu'est ce qu'on s'en fout que quelqu'un sache tout sur tout. »

les enfants: « Les adultes geignent en faisant mine d'être dépassés par la vitalité destroy des petits. Mais on voit bien qu'ils jouissent d'enfin pouvoir emmerder le monde , en toute impunité au travers de leur progéniture »

Et je ne peux m'empêcher de recopier ce passage qui a peut-être donné des idées à certains ou qui aurait pu alimenter un forum récent et virulent!
« Il en était réduit à écrire lui même et sous pseudonyme, quelques phrases de louange subtilement critique sur les forums et blogs littéraires."

Un roman d'une grande force, original, une intrigue bien menée et beaucoup d'humour...
La violence des mots et quelquefois des faits est cohérente. Je ne connaissais pas cette auteure, et le début du livre m'a surprise mais je me suis prise au jeu de la traque et j'ai fini ce roman avec l'impression d'avoir fait connaissance avec un univers bien marqué de la littérature contemporaine.
« Y reste que des gens comme moi. La racaille. Les gens comme toi … vous pouvez pas vous en tirer... Même institutrice, il faut être plus dure que tu ne l'es. »

Marvic - Normandie - 61 ans - 24 mars 2011


Roman moderne 8 étoiles

Apocalypse bébé, c’est le déroulement de l’enquête d’une détective et de son acolyte parties à la recherche d’une ado disparue. Leurs recherches les amènent sur la piste d’une foule de personnages, que l’auteure place tour à tour sous ses projecteurs pour l’espace d’un chapitre. Le récit alterne donc entre le déroulement de l’enquête de Lucie et la Hyène et les histoires de ces multiples personnages, qui sont plus originales les unes que les autres. C’est ainsi que l’histoire de Valentine est graduellement reconstituée à travers les récits des gens qui l'ont côtoyée.

La formule n’est peut-être pas nouvelle, mais elle est efficace et je trouve que l'auteure a très bien su en tirer profit. Un nouveau personnage à mettre en scène, c’est une nouvelle histoire à raconter à l’intérieur de celle qui court déjà le roman et loin de créer un effet "nouvelles", j’ai trouvé que le résultat était prenant. J’ai aussi beaucoup aimé le style de Virginie Despentes. Les images qu’elle prend pour illustrer ses idées, les remarques pleines de vérité placées juste au bon endroit, sa façon de décrire les personnages et de parler pour eux sans que ça ne sonne jamais faux… C’est aussi un roman moderne; des romances lesbiennes sont décrites sans tabous, Facebook, Twitter et Myspace font tous partie de l’enquête, etc. C’est un peu le portrait de notre époque, avec tout ce qui la caractérise.

Il y a par contre ces petites coquilles qui rendent certaines phrases plus difficiles à comprendre, et l’abondance d’expressions françaises m’a aussi un peu agacée parce que je ne les saisis pas toujours. Et puis, moi non plus je n’ai pas vraiment aimé la fin. Dommage, parce que tout me semblait mis en place pour boucler la boucle...

Gabri - - 33 ans - 25 janvier 2011


Oui... mais 6 étoiles

CC.Rider a très bien résumé les qualités et les défauts de ce livre. Il est très plaisant à lire, surtout les deux premiers tiers, mais la fin gâche un peu tout. J'en viens même à me demander si l'auteure l'a choisi faute de mieux. Elle arrive comme un cheveu sur la soupe...
Néanmoins, ce roman a le mérite d'appuyer là où cela fait mal et de dresser un portrait sans concession du monde actuel et d'une jeunesse en mal de repères.

Marsup - - 43 ans - 6 janvier 2011