Le Troisième Testament - Julius I
de Alex Alice (Scénario), Xavier Dorison (Scénario), Robin Recht (Dessin)

critiqué par Nothingman, le 10 novembre 2010
(Marche-en- Famenne - 40 ans)


La note:  étoiles
La rédemption de Julius
S’il est bien une série BD qui a marqué le tournant des années 90 et 2000, c’est bien le Troisième Testament, soit quatre tomes très prenants mélangeant héroïc fantasy et histoire, que l’on doit à Alice et Dorison. La quête de Conrad de Marbourg et Elisabeth d’Elsénor a passionné plus d’un bédéphile
L'intrigue se déroulait dans l'Europe du début du XIVe siècle et racontait la quête d'un mystérieux manuscrit par une jeune fille et un érudit au passé trouble. Dans une Europe gouvernée par la religion chrétienne, où quiconque ose remettre cette dernière en cause se voit irrémédiablement purifié par le feu, on découvre une mystérieuse crypte dans une abbaye. Peu après, cette abbaye se fait sauvagement ravager par un groupe de guerriers...
La série connaît aujourd’hui un second souffle avec la publication de Julius une série dérivée prévue en quatre parties, préquelle aux quatre premiers volumes. Fini l’obscur moyen-âge, place désormais à l’Antiquité. Nous sommes en 64 après Jésus-Christ. Le général Julius Publius Vindex revient en héros à Rome après des campagnes victorieuses. Accueilli en héros, celui que l’on a baptisé « Le boucher d’Alexandrie », fomente un coup d’état contre les chrétiens. Il va être trahi par sa fille et envoyé en Judée comme esclave dans des mines de soufre tout comme l’étrange chrétien, qui devait servir de point de départ à son horrible plan. Mais qui est-il ? A vous de la découvrir dans ce début de série très prometteur. Robin Recht est cette fois au dessin et il excelle dans la reproduction des décors grandioses : Rome et ses palais, le désert de Judée, les mines de soufre. C’est du grand art. Le scénario est bien ficelé et donne envie de connaître la suite. Bref, le Troisième Testament dont la fin de la première partie pouvait un peu laisser sur sa faim est ici relancée avec brio.
la préquelle 9 étoiles

Grandiose ce nouveau cycle du troisième testament.

Pourtant, j'ai eu peur en débutant la lecture : cela commençait comme "Quo Vadis", le roman de Henryk Sienkiewicz (le triomphe d'un général à Rome, l'idée de brûler la Rome éternelle , faire porter la responsabilité aux chrétiens....) puis se transformait en "Ben-Hur" avec la déchéance de Julius, le tout sur un fond de naissance du christianisme, sans oublier la fille naïve... bref que du déjà vu.

Mais le scénario de Dorison et d'Alex Alice vient tellement apporter de méandres dans ce récit qu'on en oublie les références à ces péplums pour évoluer plus vers une histoire mystérieuse que vers une aventure classique.

Et que dire des dessins de Robin Recht à la fois si proches de l'ambiance définie par Alex Alice dans le précédent cycle mais aussi très personnels. Quelques scènes font d'ailleurs écho à certaines situations du livre IV du Troisième Testament : le combat sur le pic de Nigmigiv et celui de Julius avec l'énigmatique et imperturbable chrétien. Le dessin de Recht est beaucoup moins sombre que dans Totendom, avec des décors et personnages beaucoup plus travaillés.

Je vous invite à dévorer ces 80 premières pages d'une saga qui, avec ce premier volume, sera aussi fascinante que le précédent cycle.

Hervé28 - Chartres - 51 ans - 4 septembre 2011


Un souffle nouveau. 8 étoiles

Magnifique bédé, les décors sont sublimes, le scénario tient la route et difficile de ne pas avoir d'empathie pour ce prophète malgré lui. Une agréable surprise qui se lit indépendamment des quatre premiers tomes.

Hexagone - - 49 ans - 10 novembre 2010