HHhH de Laurent Binet

HHhH de Laurent Binet

Catégorie(s) : Littérature => Romans historiques

Critiqué par Papyrus, le 12 août 2010 (Montperreux, Inscrite le 13 octobre 2006, 57 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 31 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (1 473ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 6 258 

Himmlers Hirn heist Heydrich: le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich !

L'opération « Anthropoïde », c'est le nom de code donné à ce projet complètement héroïque imaginé depuis Londres d'assassiner Heydrich, « le bourreau de Prague », le planificateur de la solution finale. Deux hommes vont mettre en oeuvre ce projet fou, terriblement dangereux et quasiment irréalisable. Ils sont Tchèque et Slovaque, et ont conscience d'avoir très peu de chance de s'en sortir vivants. Cet épisode passionnant de l'histoire de la deuxième guerre mondiale, Laurent Binet nous le narre avec un talent fou, réveillant nos mémoires, bousculant nos convictions, nous faisant redécouvrir l'héroïsme de ces deux oubliés de l'histoire, la lâcheté et la petitesse des décisionnaires européens et français. Il nous guide dans les méandres de ce jeu de vilains qui aura les conséquences que l'on sait...
Gabcik, le tchèque, un résistant au courage exceptionnel, Yan Kubis, le slovaque, tout aussi déterminé, deux hommes qui vont entrer dans l'Histoire! Par la grande porte.
Il faut lire ce roman, mais faut-il l'appeler roman? Quand chaque détail a fait l'objet d'une enquête minutieuse, quand de chapitre en chapitre, on participe à la lutte douloureuse que mène son auteur pour ne pas sombrer dans la tentation de « romancer », pour rester le plus possible fidèle à la réalité historique.
Historiquement bouleversant, littérairement remarquable.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Laurent Binet, Heydrich et les Tchèques.

7 étoiles

Critique de Odile93 (Epinay sur Seine, Inscrite le 20 décembre 2004, 63 ans) - 1 janvier 2018

J'ai pris plaisir à lire ce livre intéressant sur le nazisme. En passant, bravo à l'éditeur qui a su trouver un titre accrocheur (et énigmatique). J'ai lu le livre jusqu'au bout; ça, c'est un point positif et non négligeable.

J'ai également apprécié que l'auteur ne se contente pas de relater un fait historique mais qu'il l'englobe dans une période longue de nombreuses années et qu'il évoque bien d'autres chefs nazis. Ainsi le pourquoi du comment était exposé clairement.

Par contre, je regrette vivement qu'il n'y ait aucune photo, aucun document en annexe.

Le ton de M. Binet m'a cependant bien exaspérée; d'une part, il insiste sur le fait qu'il ne veut que relater des éléments réels, qu'il se veut à contre-courant des romans historiques où l'auteur ajoute des détails imaginés mais Laurent Binet se rend-il compte qu'il fait la même chose ???? Ainsi quand ils parlent des chefs nazis qui entrent dans la chambre d'hôpital de R. Heydrich, ne dit-il pas qu'ils s'approchent du lit " à pas de loup". Mais comment le sait-il alors ?

Enfin, cette façon de s'inviter dans son propre livre, de donner son avis sur tout, cette suffisance, tout cela m'a grandement énervée. " Kubis est mort. Je regrette d'avoir à écrire ça. J'aurais aimé mieux le connaître. J'aurais voulu pouvoir le sauver." (page 421 Poche)

Cette façon de donner son avis sur des sujets sans intérêt comme la beauté des femmes tchèques. Et aussi ces détails inutiles concernant le chien d'un des résistants tchèques et l'interrogation répétée de Laurent Binet se demandant toujours si cette foutue Mercedes était noire ou verte. Moi, je le dis franchement, en quoi cela est intéressant pour le lecteur ?????

Enfin, plus j'avance dans le livre, plus je me rends compte que Laurent Binet délire; il est maintenant la victime, il est Tchèque. Les dates se confondent dans sa tête, il est à Prague au moment des faits.

"Je suis Gabcik, enfin. Comment disent-ils? J'habite mon personnage." (p 412 Poche)

Malgré tout M. Binet, votre amour démesuré pour la Tchéquie, les Tchèques et Prague m'aura donné envie de retourner bientôt à Prague ! Mais de grâce, évitez-nous vos digressions !

L'Opération Anthropoïde façon Binet

9 étoiles

Critique de Elko (Niort, Inscrit le 23 mars 2010, 41 ans) - 13 mars 2016

J'ai tout de suite été emballé par cette impression d'avoir lu cette histoire à mesure que Laurent Binet l'élaborait. S'agissant de la relation d'un fait historique, avec au préalable la mise en place des protagonistes et du décor, nous assistons aux atermoiements de l'auteur dans sa restitution. Car il se veut au plus près de la vérité et rejette toute tentation à romancer. Ce qu'il peine à tenir au final, parce qu'il doit combler les manques, parce qu'il se sent impliqué, parce qu'il intègre des dialogues par nécessité créés de toute pièce, ... On a alors des moments assez drôles, notamment lorsqu'il bat sa coulpe après avoir repris à tort certains confrères ou lorsqu'il pinaille au nom de l'exactitude sur des détails sans conséquence. Le texte en devient plus léger et fluide, offrant un contrepoids à la gravité du sujet abordé.

Sur le fond le roman présente un premier chapitre très volumineux où Heydrich, Prague et l'auteur tiennent les premiers rôles. Puis c'est l'attentat et ses suites dans une courte partie. Et cette partie est plus prenante, plus émouvante. Elle révèle l'héroïsme avec un grand H des ces résistants qui ont tout sacrifié.


Une intense lecture

8 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 58 ans) - 23 juillet 2015

Ma perception de ce livre est assez ambiguë, mais je dirai que malgré tout j'ai beaucoup apprécié.
En choisissant de couper son récit par ses "états d'esprit", Laurent Binet se montre particulièrement dérangeant et même parfois arrogant... mais n'est ce pas là un des symptômes de la dérision ?

Une intense lecture.

Humain et sincère

9 étoiles

Critique de Valotte (, Inscrite le 31 décembre 2011, 54 ans) - 13 avril 2015

Le côté dual du livre et la mise en avant des interrogations de l'écrivain ne m'ont pas du tout dérangée. Au contraire j'ai apprécié sa façon d'assumer pleinement son obsession de l'exactitude des faits, et pour reprendre ses propres terme, le fait d'être "esclave de ses scrupules". L'auteur est obsédé par cette page d'histoire héroïque, dans le contexte monstrueux de la Shoah, dont il décrit avec minutie l'artisan le plus redoutable. C'est à la fois égocentrique et humble, révolté et caustique, c'est humain et sincère. J'ai adoré.

HHhH

8 étoiles

Critique de Sarazohra (, Inscrite le 3 mars 2012, 29 ans) - 8 septembre 2012

J'ai beaucoup apprécié le style littéraire. Laurent Binet alterne ses réflexions sur l'opération Anthropoïde et l'Allemagne d'Hitler avec des faits historiques. Ce style est d'ailleurs, je trouve, fait d'humour notamment lorsqu'il nous parle de sa copine Natasha.

On apprend plein de chose. Notamment que si le livre s'appelle HHhH et non opération Anthropoïde c'est que l'éditeur en a décidé ainsi. Et je trouve que celui-ci n'a pas eu tort car l'opération anthropoïde nous est compté qu'à partir du dernier quart du livre.

Les trois premiers quarts consistent à nous rappeler les faits historiques de l'entrée en guerre, la situation des pays y faisant part, la situation de la Tchécoslovaquie. On apprend qui est Heydrich et comment devient il le "boucher"

On développe une haine de tout ces nazis encore plus forte que celle qui nous habite depuis nos cours d'histoire. on veut comme l'auteur que les acteurs de cette opération survivent.

On apprend enfin que la résistance ce n'est pas seulement De Gaulle, la France, l’Angleterre.

mon stylo s'appelle revient

8 étoiles

Critique de Pytheas (Pontoise - Marseille, Inscrit le 5 avril 2012, 52 ans) - 6 avril 2012

Je ne connaissais de l'opération Anthropoïde que sa finalité. Le livre de Laurent Binet a le mérite de le restituer dans son environnement historique.
au delà des faits ce roman, puisque finalement c'en est un, est un exercice de style plutôt périlleux où l'auteur tout en relatant des faits, s'introduit lui même dans son récit, non comme un protagoniste mais comme un narrateur ne cachant pas son parti pris.
on apprend beaucoup sur la situation géopolitique.
on pourrait reprocher à l'auteur ses critiques envers ses congénères mais après tout il prend le risque lui même d'être jugé alors accordons lui le droit d'être exorcisé, car c'est un peu l'effet que l'auteur veut nous donner en écrivant ce livre, il semble vouloir chasser ses démons.
il y a un paradoxe à la lecture de ce roman, l'auteur semble se sentir tout petit devant les faits qu'il a à relater et pourtant se permet une critique acerbe tant des hommes qui ont marqué cette histoire que de de ceux qui ont essayé de la raconter avec plus ou moins de bonheur.
Il faut ajouter que la construction de ce roman m'a semblé originale et pas dénuée de savoir faire, les chapitres se succédant, très courts, très denses, jusqu'à l'attentat lui-même décrit à la manière d'un western spaghetti, la mise en place, l'attente, les regards, la goutte de sueur perlant au front, la voiture d'Himmler arrivant au loin.....
enfin tout ça pour dire que ce roman vaut le détour

N'est pas historien ou écrivain qui veut !

1 étoiles

Critique de Andrée27 (, Inscrite le 24 janvier 2012, 70 ans) - 28 janvier 2012

Je viens péniblement de terminer ce récit qui ne m'a vraiment pas captivé. L'histoire je la connaissais parfaitement pour avoir fouillé les éléments biographiques des responsables du 3ème Reich. Les anglo-saxons restent les meilleurs pour décrire la réalité des faits. Aujourd'hui nos "pisseurs de lignes" en culottes courtes ne savent que hurler au loup et produire des banalités qui feraient pâlir nos chartistes d'antan. Banalité sur la méchanceté des nazis, opinion incontournable pour la pensée dominante d'aujourd'hui. Ce n'est bien entendu pas le nazisme ni tout autre idéologie qui est redoutable mais plutôt l'homme lui-même que certaines circonstances réveillent. Ne pas toujours juger le passé avec la mentalité actuelle. L'histoire de l'humanité n'est que luttes, rivalités, meurtres parfois entrecoupée de noble désintéressement. La Bible explique déjà tout cela, rien de nouveau depuis. Voilà pour le plan général.
Sur le détail, l'auteur nous dévoile son état d'esprit qui nous étouffe car cela ne présente aucun intérêt pour le scénario. Mauvais sur le fond et sur la forme, ce roman ne mérite même pas qu'on en parle. Sa parution en édition de poche permet de désespérer sur la production littéraire d'aujourd'hui. Les Zola, Fromentin, Martin du Gard et autres Malraux doivent se retourner !

Biographie d'un acte de résistance héroïque !

8 étoiles

Critique de Oops (Bordeaux, Inscrite le 30 juillet 2011, 51 ans) - 28 janvier 2012

L'auteur Laurent Binet professeur de français marqué par ses années passées en Slovaquie où il a notamment fait son service militaire retrace dans ce roman l'attentat commandité par le chef du gouvernement tchécoslovaque alors exilé visant à supprimer le responsable des services secrets nazis Reinhard Heydrich, planificateur de la solution finale dont l'acronyme « HHhH » Himmlers Hirn heisst Heydric veut dire "le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich. Cette périlleuse mission appelée « Anthropoïde » fut confiée à deux jeunes parachutistes un Tchèque et un Slovaque qui au prix de leurs vies ont réussi un acte de résistance courageux qui permet de comprendre la fascination de l'auteur. Très documenté, l'auteur s'approche au plus de la vérité pour retracer l'ascension de ce gosse de riche, mélomane, sportif, militaire dans la marine dont il se fera expulser qui deviendra l'un des pires bourreaux du III e Reich. L'auteur s'attache avec talent à ne pas en faire un monstre de papier car toute cette histoire avec un grand H n'est point une fiction ! Il dit d'ailleurs toute la difficulté de l'écrivain à ne pas romancer tous ces faits historiques en incluant quelques lignes sur sa vie personnelle du moment. Personnellement c'est justement le fait que ce ne soit pas romancé et que l'auteur cherche une certaine vérité qui m'a séduite. Cette période de l'histoire est toujours aussi difficile à affronter même pour moi qui ne l'ait pas vécue, mais je suis convaincue qu'il faut le faire pour ne pas oublier !

Sentiment mitigé

5 étoiles

Critique de Wmgec (, Inscrit le 21 juillet 2005, 49 ans) - 24 janvier 2012

Je me rallie aux critiques concernant le mélange des genres. La partie historique est intéressante. Le questionnement littéraire est aussi intéressant. Mais la cohabitation des deux, même si elle peut se justifier, me dérange.
Le sujet historique choisi ici est trop sérieux pour amalgamer celui-ci avec la banalité des interrogations d'un écrivain sur la manière d'écrire son livre.
Où est, au bout du compte, ce livre que M. Binet, s'évertue soit disant à écrire?
Ce roman est certes brillant et agréable à lire, mais une fois refermé, me laisse circonspect quand aux réelles intentions de son auteur et au procédé employé.


Crise d'ego

5 étoiles

Critique de Nothingman (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 38 ans) - 16 janvier 2012

Tout à fait sur la même longueur d'onde que Steph40 quant au fait que la mise en avant de l'auteur sur l'évolution de ses recherches historiques et son petit égo est vraiment malencontreuse. Au début du livre, le mécanisme ne choque pas outre mesure, mais la lecture avançant: trop, cela devient trop! Avec notamment des attaques purement gratuites sur d'autres auteurs, tout cela pour mieux justifier son propre point de vue. Le procédé m'est apparu un peu douteux, et manquant en tout cas de la plus singulière des élégances.
Dommage, car si l'on accepte de passer outre cet état de fait, on passe un agréable moment de lecture où l'on en apprend pas mal sur le déroulement de la seconde guerre mondiale.
Et plus précisément sur un haut fait de résistance à Prague, à savoir l'assassinat d'Heydrich, qui a peut-être eu plus d'importance que ne peut le laisser supposer la place infime qui lui est accordée dans les livres d'histoire. Heydrich était en effet l'un des pires et des plus zélés parmi les dignitaires nazis, à tel point qu'il était pressenti pour prendre la succession du führer.
Le portrait d'Heydrich ne m'a pas dérangé outre mesure car il permet de se rendre compte de la cruauté et l'importance que ce personnage avait pris dans la machinerie nazie.
Ce roman me laisse donc un sentiment mitigé!

On ne dit pas 'je' quand on veut rendre hommage à quelqu'un

4 étoiles

Critique de Steph40 (, Inscrit le 15 janvier 2012, 45 ans) - 15 janvier 2012

J'avais failli abandonner le livre à sa moitié environ, lassé voire fâché par un tas de choses. Mais son sujet m'intriguait fort car, malgré ma connaissance assez honnête des actes accomplis par les Nazis, je n'avais jamais rien lu de spécifiquement consacré à l'assassinat d'Heydrich. En outre, je deviens ces derniers temps curieux d'en apprendre davantage sur ceux qui ont combattu le nazisme, soldats d'une ombre qui a du mal, encore de nos jours, à trouver les rayons du soleil. J'ai donc poursuivi le 'roman' jusqu'à son terme, et goûté avec intérêt le récit haletant des faits historiques, que l'auteur cantonne, non sans talent, dans un dernier tiers tout juste rédempteur de son ouvrage. La très grande maladresse avec laquelle Laurent Binet n'avait auparavant cessé d'infliger au lecteur ses propres états d'âme, finit alors par émouvoir, par un effet de contraste avec l'héroïsme décidé des Résistants tchèques. Eut-elle été construite délibérément que cette opposition, ou tout au moins l'idée même d'une telle mise en oeuvre, pourrait être reconnue comme ayant de l'intérêt. Mais elle suppose un tel auto-dénigrement que j'ai du mal à l'accorder à ce jeune auteur, d'autant plus qu'il y manque la grande finesse indispensable à la réussite d'une entreprise de cette nature. Car enfin, quel besoin de se comparer à Flaubert ou même à Jonathan Littell - qualifié de "Houellebecq chez les nazis"-, de vomir Saint-John Perse, Claudel, et Giraudoux, d'insulter le meurtrier de Bousquet ? Quel intérêt de magnifier à outrance et sans aucune profondeur Prague, les Tchèques, la beauté de certaines femmes ? D'insérer du léger, du vulgaire ? Pourquoi consacrer aux dignitaires nazis tant de lignes, tant de détails ? Il y a là un procédé qui me fait penser à celui utilisé par les chaînes privées de télévision, lorsqu'elles s'abandonnent à diffuser des pseudo -documentaires consacrés à des sujets immondes, tirant, sous le couvert d'un soi-disant devoir de dénonciation, profit du sensationnel dégagé par le thème abordé. Mais ce syndrome 'P....-M....' est en général le fait de médias qui entretiennent une connivence tacite avec leurs consommateurs ; un tel phénomène ne peut en principe pas trouver place dans le monde de la littérature.

Si bien que, une fois l'émotion des dernières pages digérée, le lecteur qui entreprend de revenir sur le livre percevra un sentiment de trahison, dont il n'est toutefois pas lui-même la victime : c'est bien Laurent Binet, et lui seul, qui s'est trahi. En faisant le projet de rendre hommage à des héros -et je ne discute pas un instant la sincérité de cette intention - tout en s'insérant, sans précaution, dans leur destinée, il s'est livré : puéril, léger, brouillon, superficiel, à sensation, bavard, inconstant, narcissique, capricieux. En sacrifiant à cette mise en pâture de ce qu'est, finalement, devenu l'Homme du XXIème siècle, il a, prenant toute la place de son livre, éclipsé son hommage, reléguant Gabcik, Kubis et les autres à des héros de papier, lointaines et inaccessibles figures idéalisées, mortes icônes que l'on loue de façon désespérée, obsessionnelle, pensant ainsi masquer notre propre médiocrité.

Témoignage, ressenti et rapport de recherches

8 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 40 ans) - 12 janvier 2012

Ce livre se veut comme une restitution de recherche, avec quelques éléments romancés pour en constituer le lien, mais qui sont présentés comme tels, ce qui est honnête. Le ressenti, les émotions sont retranscrits, de manière transparente également, bien que, parfois, un peu nombriliste : l'auteur donne quelquefois l'impression de se regarder penser, chercher et écrire.

Sur l'ensemble, la recherche est riche, d'autant plus qu'elle est l'objet de l'expérience de toute la jeune vie de l'auteur de ce premier roman, par ailleurs couronné. Son goût pour le suspense et les oeuvres fictionnelles offrent des comparaisons qui viennent étayer le récit et le déroulé des événements. Si elles sont curieuses, elles rendent l'ensemble un peu moins sombre que ce qu'il pourrait être, et permettent une respiration pour mieux reprendre haleine dans des développements fatalement très sombres.
Il s'agit donc d'un bon livre, dont les différentes formes, celles de l'essai historique, du roman, de la restitution d'un vécu et d'un ressenti, sont clairement explicitées. Si le passage rapide entre ces différents aspects peut surprendre, l'ensemble offre une gamme de points de vue ouvrant à la réflexion. La lectrice et le lecteur peuvent donc s'y introduire en toute quiétude.

Curieuse construction

5 étoiles

Critique de Falgo (Lauris, Inscrit(e) le 30 mai 2008, 78 ans) - 29 décembre 2011

Ceci est un roman. C'est aussi le récit d'un évènement historique: l'assassinat de Heydrich à Prague en 1942. C'est aussi la mise en perspective de cet évènement dans la montée du nazisme, son déferlement sur l'Europe et les divers comportements des peuples concernés. C'est aussi une réflexion de l'auteur sur les difficultés, les pièges et la démarche hypothètique de la reconstitution d'évènements historiques. C'est aussi la permission que l'auteur se donne de formuler sur l'ensemble, un personnage ou un détail un jugement purement subjectif, parfois intéressant, parfois un peu convenu, parfois peu éclairant. Le mélange et la superposition de ces différentes perspectives dans la construction du récit surprend, au début intéresse, puis lasse. On se prend à rêver d'un bon livre d'histoire sur le sujet, bien ordonné, précautionneux sur les hypothèses, inscrit dans une démarche historique rigoureuse. Ce qui veut dire que celui-ci déçoit profondément, malgré l'intelligence de l'auteur, sa culture, sa documentation, et un style excellent et raffiné.

Malaise...

4 étoiles

Critique de Tanneguy (Paris, Inscrit le 21 septembre 2006, 78 ans) - 29 novembre 2011

Cela caractérise mon état en refermant ce livre. Je connaissais bien l'histoire de l'attentat et admire le comportement de ces jeunes gens ; ayant entendu les louanges quasi-unanimes le la presse, je n'ai guère hésité, cela m'apprendra à suivre les effets de mode. Car le traitement infligé par Monsieur Binet à cette histoire héroïque et dramatique me révulse...

Histoire, d'abord ; l'auteur ne fait que reprendre les nombreux écrits existants ( pas de copier-coller j'espère...) et n'apporte rien de nouveau à part ses commentaires souvent persifleurs et méprisants. Personnellement je ne fais pas confiance au communisme pour "dire" l'Histoire : il a pour but constant de la réécrire.

La Tchécoslovaquie est bien maltraitée ! L' auteur nous dit bien la connaître mais ne nous dit rien de la période 1945/1990 pendant laquelle ce malheureux pays subit une occupation qui vaut bien celle de 1939/1945 et qui explique bien des choses. Notre auteur se présente en 1996 à Prague, il n'a jamais entendu du "coup de Prague", des défenestrations moyenâgeuses, du printemps de 1968, de l'Aveu.

Peu réaliste et lassant car trop subjectif.

1 étoiles

Critique de Angel54 (, Inscrit le 11 septembre 2010, 64 ans) - 18 septembre 2011

Pas convaincu du tout par manière dont l'auteur aborde ce sujet car il se montre beaucoup trop subjectif sur un sujet oh combien abordé et exploré.

La littérature et le cinéma ont déjà narré et exploré cette page d'histoire écrite comme beaucoup d'autre par le fer et le feu et dans le sang mais Laurent BINET laisse aller l'imaginatif. Il ne prétend naturellement aucunement jouer à l'historien mais sa façon d'aller et venir, de dire puis contredire, ce qu'il expose laisse le lecteur sur sa faim avec une saveur inachevée pareille au met manquant de sel ou d'épice.

N'est pas historien ou narrateur historique qui veut et je suis surpris qu'un tel ouvrage ait été primé. Sans doute est ce le tribut de l'époque actuelle où bien peu détiennent la connaissance suffisante pour juger et apprécier tant sur le fond que sur la forme un quelconque scénario.

Cela évidemment n'enlève aucunement la prouesse historico-politico-militaire des participants mais ce thème a déjà été sondé par d'autres écrivains, fussent-ils étrangers, bien plus talentueux que monsieur Laurent BINET.

Il est fait état d'un premier livre le concernant, nulle envie de lire un second s'il venait à paraître.

Pas convaincu du tout

2 étoiles

Critique de Manu_C (, Inscrit le 19 août 2004, 48 ans) - 31 août 2011

Le moins que je ne puisse dire est que ce livre ne m’a pas convaincu du tout et c’est fort dommage car quelques passages démontrent des qualités indéniables.

S’il est vrai que l’exercice est complexe – tenir en haleine le lecteur jusqu’à l’événement qui sous-tend l’ensemble de l’ouvrage (l’attentat contre Heydrich) par une longue exposition de la cible et de ses agresseurs – je n’adhère pas à la méthode. En effet, Binet a construit son ouvrage de façon bipolaire et alternée en permanence :
• L’histoire, les faits et leurs déroulements
• Ses états d’âme sur les limites de la contribution de l’auteur à la réalité dans son récit (cette partie s’effaçant progressivement sans jamais disparaitre)

Partant du principe que quel que soit le volume d’information dont l’auteur peut disposer, l’élaboration d’un récit romancé sur des fondements réels lui permet ou l’oblige à prendre certaines libertés, Binet nous livre donc ses états d’âme en la matière ce qui n’a rien de répréhensible en soi et constitue plutôt un sujet intéressant.

Ce que je critique donc est la méthode : ces états d’âme nous sont présentés un peu comme une thérapie, l’auteur nous invitant dans une lecture au premier degré à partager la genèse de son projet, ses interrogations, ses doutes et les impacts sur sa vie personnelle ; pourquoi pas… mais là où le bât blesse c’est que Binet se met alors à imbriquer ces doutes avec l’histoire en proposant pour un événement plusieurs descriptions successives pour conclure à chaque fois que cela n’a pas dû se passer comme il l’écrit, là aussi pourquoi pas… mais ce phénomène est répété trop souvent voire de façon quasi systématique, le lecteur n’étant pas dupe, il se demande alors toujours combien de versions on va lui servir avant que ce ne soit la bonne – ça donne un effet un peu remplissage.

Ce que je critique encore plus est la liberté que prend l’auteur vis-à-vis de ses confrères qui ont traité le même sujet en affichant une condescendance certaine, parfois du mépris alors qu’il précise lui-même que ces personnes ont bénéficié de témoignages directs.

Il existe bien une option qui serait une lecture au deuxième degré, à savoir un ouvrage qui serait totalement romancé et dont l’auteur serait fictif, mais cela n’enlève en rien les griefs soulevés plus haut.

Et pourtant, et pour expliquer le « fort dommage » introductif, il est évident que Binet fait preuve d’un talent certain ; son traitement de l’attentat, de la traque et de l’élimination du commando est un vrai morceau de bravoure, cela rend, a posteriori, encore plus exaspérant les 4 premiers 5ème du livre en faisant rêver à ce qu’ils auraient pu être.

Les heures sombres de notre histoire

8 étoiles

Critique de Laurent63 (AMBERT, Inscrit le 15 avril 2005, 43 ans) - 29 août 2011

Difficile de classer ce livre, est-ce un roman ou un documentaire ? L'auteur veut rester dans les faits, tels qu'ils se sont produit, mais par moment il nous livre sa version en donnant la parole à ces personnages. Au début c'est un peu gênant, mais on arrive à s'y faire.
Le sujet est bien traité, avec beaucoup de précision et de détails, le portrait de Reinhard Heydrich est très complet. Je regrette cependant que l'auteur ait choisi de nous livrer la biographie de ce bourreau, j'aurais aimé qu'il nous parle plus des deux parachutistes tchèques chargés de l'opération. Mais je pense qu'il a fait ce choix pour nous faire prendre conscience de l'importance du personnage visé.
Comme souvent dans les livres qui traitent du sujet, nous sommes plongés dans l'horreur la plus absolue. On en arrive à s'interroger pour essayer de comprendre comment des hommes ont-ils pu en arriver là. Mais dans ce livre il y a aussi une leçon de courage, le peuple tchèque, bien qu'il soit occupé résiste au nazisme. Ces deux volontaires se battent et se sacrifient pour une cause juste et courageuse. C'est une belle leçon d'humanité.
En fin de compte ce livre est à découvrir, même s'il nous fait revivre les heures sombres de notre histoire, il nous montre que même dans ces moments là il y a toujours une lueur d'espoir.

Tryptique

8 étoiles

Critique de Silex (dole, Inscrit le 13 mars 2011, - ans) - 19 août 2011

Laurent Binet fait partie de ces jeunes écrivains pour lesquels, à l'instar de Fabrice Humbert et son "Origine de la violence", l'histoire de la seconde guerre mondiale est devenue une part de notre culture et non plus un fait historique relaté et analysé depuis des décennies. L'universelle sentiment de culpabilité laisse maintenant la place à l'intégration de tels faits dans notre conscience collective et, certes, certains peuvent trouver léger voire choquant une telle façon de relater l'histoire, mais pas moi. En effet je considère que le tout premier récit de ce type est celui de Primo Levi et celui-ci a été écrit quelques années après la guerre avec un souci de rapporter les faits mais également de commencer à les intégrer dans l'histoire de l'humanité. Ceci est un premier point.
Le second est le questionnement permanent sur la véracité du récit historique: raconter l'histoire ne peut que rendre fou car le passé est... effectivement passé et toute interprétation sur la forme ne peut qu'être approximation ou erreur. Merci à l'auteur pour ce travail permanent sur lui-même et cette humilité car il est certainement plus difficile de procéder ainsi que d'inventer alors que l'on relate l'histoire.
Enfin merci aussi pour l’honnêteté intellectuelle quand, très rapidement, l'auteur avoue être fasciné par la personnalité et le psychisme d' Heydrich.
Seul bémol à ce "tryptique-critique" un côté parfois larmoyant dans ces digressions personnelles mais un écrivain n'est-il pas avant tout homme parlant d'autres hommes?
Au total un livre original et fascinant sur de nombreux points: historique évidemment mais aussi technique et philosophique. A recommander à nos jeunes étudiants littéraires ( et aux autres aussi mais je ne suis pas objectif!).

Beaucoup de digressions inutiles

6 étoiles

Critique de Florian1981 (, Inscrit le 22 octobre 2010, 36 ans) - 19 août 2011

Difficile de qualifier ce livre : ce n'est certainement pas un roman, mais ce n'est pas vraiment non plus vraiment un récit historique. La faute au parti pris de Laurent Binet qui tout au long du livre fait part de ses scrupules, ses doutes, ses atermoiements, sa vie privée etc
Ce qui au début pouvait passer pour une tentative de justification de ses craintes de ne pas retranscrire exactement la vérité historique, devient particulièrement horripilant à la longue! Au bout d'un moment on finit par s'en foutre de savoir si la Mercedes était verte ou noire, si tel personnage s'est curé le nez ou non ou encore s'il y avait 17 ou 19 passagers dans le tramway! Toutes ces digressions hachent l'histoire et la rendent décousue, ces interventions intempestives de l'auteur pour y mettre son grain de sel sont vraiment indigestes! A mon avis, il aurait mieux fait de faire une introduction ou un prologue pour évacuer tout ça,on aurait pu ainsi suivre l'histoire tranquille!

C'est d'autant plus dommage que le récit de cet épisode méconnu (en France du moins) de la 2e Guerre Mondiale est intéressant et non dénué d'un certain talent! Le contexte historique est bien rappelé (à l'évidence un gros travail de documentation), on se sent pris dans l'histoire, on se voit à côté des personnages et l'auteur arrive bien à restituer cette atmosphère de tension permanente de sorte que l'on continue à espérer un dénouement heureux même si l'on pressent que l'inéluctable surviendra.

Pour vos prochains ouvrages M. Binet, de grâce, racontez de bonnes histoires, et gardez vos justifications en introduction ou en notes de bas de page pour ceux que cela intéresse

Trés bon livre

10 étoiles

Critique de Philippe972 (, Inscrit le 16 août 2011, 50 ans) - 16 août 2011

Une bonne façon de (re)découvrir la face des monstres de cette guerre, de ces hideux personnages


Une lecture décalée admirablement bien écrite

Le cerveau de l'écrivain

10 étoiles

Critique de Spiderman (, Inscrit le 14 juin 2008, 55 ans) - 28 juin 2011

J'ignorais tout de l'opération Anthpoïde visant à assassiner Heydrich à Prague. Habitué des livres d'historiens et des romans historiques, je me suis retrouvé dans un style narratif jamais rencontré auparavant. Laurent Binet fait du lecteur son témoin et parfois son complice pour relater cet acte héroïque, l'élimination du "cerveau d'Hitler" par de jeunes hommes tellement réels, tellement simples, tellement humains et tellement extraordinaires.
L'auteur leur rend un singulier hommage en partageant ses émotions lors de l'enquête le menant sur les traces de Jozef Gabcik et Jan Kubis. Tout en détaillant les préparatifs et le déroulement de cette opération, il nous fait part de ses doutes et de la construction de son récit. Craignant l'approximation historique autant que l'excès romaneque, Laurent Binet crée une ambiance où la création littéraire (écriture, repentirs, hésitations, corrections) est dans sa complexité une forme de louange au courage de ceux qui risquèrent leur vie pour éliminer du monde l'inspirateur de l'un de ses plus dangereux protagonistes.

Merci Laurent

8 étoiles

Critique de Lejak (Metz, Inscrit le 24 septembre 2007, 43 ans) - 18 juin 2011

Merci, oui, pour nous donner ces petits moments de plaisir et de partage, en toute simplicité, d'un grand rendez-vous de l'Histoire.
Passionné par la thématique (mais pas expert !), j'ai particulièrement apprécié le ton décalé de l'ouvrage, comme si nous étions dans le cadre d'un cercle littéraire.

Laurent Binet nous compte en effet l'Histoire, celle de l'opération "Anthropoïde" qui consistait à assassiner Heydrich par un commando tchécoslovaque ; mais aussi son histoire : celle de sa filiation avec la Tchécoslovaquie et Prague, la capitale aux 1000 clochers.

Le livre m'a beaucoup apporté ; d'abord je connaissais mal Heydrich et encore moins l'histoire de son assassinat. Par ailleurs, le livre nous donne à réfléchir sur des questions qui reviennent souvent à l'occasion des guerres : pourquoi la trahison des uns, pourquoi le dévouement sans bornes des autres, pourquoi un plan se déroule rarement sans accrocs (!), et surtout dans ce cas particulier, comment des hommes ont pu commettre tant d'abominations.

Pour finir, j'ai aimé Binet, car il ne se prend pas au sérieux. Le ton est souvent badin, et tourne en dérision l'appareil nazi. Le style est surprenant : Laurent Binet nous livre ses impressions telles qu'il a pu les ressentir en couchant sur le papier son histoire ; on a l'impression d'être au-dessus de son épaule au moment de l'écriture. Le résultat est tout à fait sympathique. J'ai surtout ressenti qu'il cherchait avant tout à partager son livre avec le plus grand nombre, et non pas à faire une démonstration.

Merci, donc.

HHhH

8 étoiles

Critique de Killeur.extreme (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 36 ans) - 12 juin 2011

L'impression que j'ai eu en lisant ce roman historique se rapproche de celle que j'ai en écoutant le commentaire audio d'un film, certains points comme la couleur de la limousine de Heydrich auraient pu figurer dans le commentaire audio d'un film historique.

Ce qui est intéressant c'est le fait que l'auteur veuille faire de son histoire plus un documentaire qu'un roman, même si le livre se lit vraiment comme un roman. C'est à la fois une qualité et un défaut, une qualité: on est sûr que la reconstitution se base sur des faits avérés et quand ce n'est pas le cas l'auteur le précise, c'est un défaut: l'auteur ayant eu une documentation plus importante sur Heydrich que sur les pilotes chargés de le tuer ceux-ci marquent moins le lecteur, un autre romancier qui voulait raconter cette opération aurait comblé les trous de la documentation par son imagination, l'auteur se refuse à le faire, à tort ou à raison et je trouve que le récit est plus centré sur Heydrich que sur l'opération qui avait pour mission de le tuer.

Reste que l'auteur a probablement livré la version la plus vraisemblable de l'assassinat d'Heydrich et que ce livre peut servir de complément à un cours d'histoire.

où à se contempler on se perd

4 étoiles

Critique de Deinos (, Inscrit le 14 février 2009, 55 ans) - 21 mai 2011

A priori, un "roman" qui se lit sans réel déplaisir, avec facilité... facilité qu'on peut associer à une simplicité stylistique, ou à un "style" littéraire assez basique...

Mais voilà, que de lassitudes dans ces incises où l'auteur, sous les "affres" de sa création, se contemple et se montre... ces digressions qui au fil du texte deviennent lassantes, d'autant plus quand elles se posent en jugements hâtifs sans réels arguments, ou par excès de simplification des réalités... tel, page 106, "Saint-John Perse appartient à cette famille d'écrivains-diplomates, tels Claudel ou Giraudoux, qui me dégoûte comme la gale"... ou, page 327, "Les Bienveillantes, c'est "Houellebecq chez les nazis"... je comprends d'autant que la parution du roman de Jonathan Littell ait perturbé l'auteur... vu que là où l'un écrit un réel roman (sur lequel certes on peut jeter un regard critique sur le fond et la forme), l'autre se perd dans une auto-contemplation qui, de fait, atténue la force de son sujet... mais voilà, pour Laurent Binet, tout est simple : Tout nazi n'était qu'une brute primaire décérébrée...

Au fil du livre, j'ai eu l'impression que le sujet n'était plus ce fait historique qui secoua Prague en 1942, mais une contemplation de soi... une forme extrême de narcissisme.... avec ce sous-entendu "J'aurai voulu être..." mais voilà, je ne suis qu'un petit écrivain qui devrait encore travailler son style... vu que de style justement...

La bête blonde

9 étoiles

Critique de Saule (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 52 ans) - 16 mars 2011

Heydrich était un des plus hauts gradés dans la SS. On l'appelait "le boucher de Prague", ou encore "la bête blonde" (et il faut connaître la mentalité allemande pour comprendre que c'est un compliment, dit un résistant dans le roman). En 1942, le gouvernement Tchécoslovaque en exil à Londres envoie deux parachutistes, un tchèque et un slovaque, afin de l'assassiner.

Laurent Binet raconte cet épisode héroïque, qui est en soi passionnant, mais en outre il le fait d'une manière tout à fait inédite et savoureuse. Il dialogue avec le lecteur : il nous explique pourquoi il est amoureux de Prague, de son peuple (et des beautés slaves). On comprend qu'il est passionné par tout ce qui concerne cet attentat héroïque, et il fera de nombreuses références anecdotiques liées à cet attentat. Il nous explique aussi les scrupules qui l'habitent en tant que romancier qui écrit sur épisode historique important de la deuxième guerre : ne risque-t-il pas de trahir la vérité en transposant le récit historique dans le style romanesque ? Cette question revient tout au long de son livre, au moyen d'aparté avec le lecteur et de retour en arrière sur ce qu'il vient d'écrire, un procédé que j'ai trouvé vraiment savoureux.

L'originalité du livre de Binet, c'est qu'il choisit de ne pas décider entre le genre romanesque et le récit historique : il combine les deux, il nous implique dans son processus d'écriture et il explique ses scrupules quant à la vérité historique (La mercedes de Heydrich était-elle verte ou noire ? Si elle était verte, alors qu'il l'a décrit comme noire, tout son roman ne risque-t-il pas d'être discrédité ?)

J'ai énormément apprécié ce roman atypique. Cet auteur possède un style bien à lui et une manière de raconter l'histoire tout à fait inédite. Son roman est passionnant, il permet de découvrir un personnage et une époque très particulière et est une belle démonstration sur la manière de raconter une histoire.

Autopsie d'un acte héroïque

9 étoiles

Critique de Ddh (Mouscron, Inscrit le 16 octobre 2005, 76 ans) - 13 mars 2011

4 lettres H pour : Himmler Hirn heisst Heydrich, le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich. Heidrich, le sinistre chef nazi, un de ceux qui imaginèrent pour les Juifs la Solution finale.
Laurent Binet est agrégé en lettres modernes, chargé de cours à l’université et professeur dans la région parisienne. Il enseigna le Français en Slovaquie durant son service militaire. C’est de là que vint son intérêt pour Heydrich et l’attentat perpétré contre lui par Gabcik et Kubis, des parachutistes tchécoslovaques venus de Londres. Roman primé puisqu’il obtient le Prix Goncourt de premier roman 2010. Il fait partie aussi de la présélection du 24ème Festival du premier roman de Chambéry-Savoie.
L’auteur s’implique dans son roman en dévoilant ses recherches sur un événement d’il y a quelque soixante-dix ans. Il entre également dans la peau des personnages en détaillant leurs états d’âme, leurs actions. Et le lecteur revit cette période troublée de la deuxième guerre mondiale en Tchécoslovaquie, à Prague plus particulièrement. La Prague actuelle, mais aussi celle sous la botte nazie. La montée du nazisme en Allemagne et son Drang nach Osten, vieille idée qui remonte au Moyen Age. La résistance tchèque et slovaque réunie avec ces deux parachutistes, Gabcik et Kubis, qui sont désignés pour une mission quasi impossible : éliminer Heydrich, le boucher de Prague, adjoint d’Himmler.
Vraiment particulier ce roman : le lecteur voyage dans le temps, d’avant-hier à autrefois, voire jadis ; et ce n’est que du bonheur pour lui car il découvre une nouvelle façon d’aborder le roman historique. Il pénètre dans l’esprit même de l’auteur qui doute, qui souffre, qui s’exalte.

"H comme Heydrich, Himmler, Hitler ou comme Holocauste"

8 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 59 ans) - 28 octobre 2010

Laurent Binet nous emmène en 257 chapitres découvrir un attentat à Prague contre Heidrich pendant la deuxième guerre mondiale. Il va parvenir à nous démontrer l'importance mondiale de cet attentat peu connu.

Seule la deuxième partie de ce livre s'apparente au genre du roman. On retrouvera aussi la densité des dernières heures de ce fait historique, que l'auteur aura du mal à quitter.

Les 221 premiers chapitres nous font partager les questionnements de tout historien et de tout romancier. En écrire trop ou pas assez? "En même temps, j'ai dit que je ne voulais pas faire un manuel d'histoire. Cette histoire-là, j'en fais une affaire personnelle. C'est pourquoi mes visions se mélangent quelquefois aux faits avérés. Voilà, c'est comme ça."

L'auteur nous éclaire aussi sur ses motivations, sa poursuite presque obsessionnelle de cet événement: "La mémoire n'est d'aucune utilité à ceux qu'elle honore, mais elle sert celui qui s'en sert. Avec elle, je me construis et avec elle, je me console. Aucun lecteur ne retiendra cette liste de noms, pourquoi le ferait-il? Pour que quoi que ce soit pénètre la mémoire, il faut d'abord le transformer en littérature. C'est moche, mais c'est comme ça."

Parmi toutes les recherches très poussées de l'auteur , quelques citations ou quelques jugements qui m'ont impressionnée par leur force ... ou leur intemporalité:
A propos de Daladier: "A ce degré de bêtise politique, la trahison devient presque une oeuvre d'art."
A propos des "Bienveillantes": "C'est Houellebecq chez les nazis"
Citation de George Sand: " Pauvres laborieux, c'est toujours votre lutte contre ceux qui disent encore: "Travaillez beaucoup pour vivre très mal.""

Un livre d'histoire plus documentaire que roman, qui n'en a, pour ma part pas l'élan et le dynamisme, mais un excellent documentaire sur un événement dont l'auteur a réussi à nous montrer son importance sur notre histoire actuelle.

Entre roman historique et essai sur l'écriture

10 étoiles

Critique de Fa (La Louvière, Inscrit le 9 décembre 2004, 42 ans) - 25 octobre 2010

Comment raconter l'Histoire par l'intermédiaire du roman? La réponse à cette question n'est évidemment jamais neutre et le romancier doit bien souvent choisir en faveur de la fiction, quitte à accepter de sortir de la stricte relation du réel : le roman doit répondre à ses codes, à une certaine technique narrative et la question du point de vue implique de faire preuve d'invention, parfois au mépris de la réalité historique.

L'historien, au contraire, tâchera de s'en tenir aux faits, à leur analyse, sans pouvoir romanciser son propos au risque de contrevenir à la méthode scientifique et de sortir de son rôle.

Cet équilibre est au coeur de cet excellent roman de Laurent Binet, qui relate son obsession de relater les faits, de mettre en avant ceux qui ont lutté et qui en sont (presque tous) morts. A ce titre, HHhH s'avère être en difinitive une réflexion sur la démarche d'écriture, l'histoire d'un romancier qui écrit un roman sur l'opération Anthropoïd.

Au-delà de ça, on retrouve ici un excellent roman sur le nazisme et la seconde guerre mondiale, parmi les meilleurs de ceux que la décennie nous a offerts. La mise en perspective et les interrogations sur "les Bienveillantes" de Littell, ou sur "Central Europe" de Vollmann permet de mieux resituer le sujet.

Le résultat en est un mélange entre un roman d'aventures et une enquête historico-policière, un peu à l'image des "Disparus" de Mendelsohn. Le mélange en est parfaitement réussi. C'est un merveilleux hommage à ceux qui font face au totalitarisme, qui continuent à vivre, qui continuent à aimer, en résumé, dont le coeur continue à battre.

Une fascination dérangeante

8 étoiles

Critique de Iguanodon421 (, Inscrit le 21 octobre 2010, 37 ans) - 21 octobre 2010

Ce qui fappe à première vue dans ce roman est la trame narrative particulièrement originale. Elle peut devenir pesante par moment mais reste néanmoins digeste. S'agissant de faits historiques, le niveau de lecture le plus intéressant se situe dans les traces laissées par l'auteur concernant sa véritable motivation à écrire ce récit. Elle est manifeste même si l'auteur tente de s'en cacher: il s'agit bel et bien d'une fascination pour cet incarnation du mal que fût Heydrich. La bravoure de ses bourreaux tchéque et slovaque n'est qu'un écran derrière lequel l'auteur tente de se faire pardonner. Il est tout pardonné, son roman est très réussi!

Plus un documentaire qu'un roman

10 étoiles

Critique de Miette (, Inscrite le 25 août 2010, 51 ans) - 23 septembre 2010

A la bibliothèque, j'aurais dû le cataloguer en documentaire, voir en biographie, mais en fin de compte je l'ai classé en roman : il "sortira" mieux. Parce qu'effectivement c'est un livre qui se lit "comme un roman". Au départ j'ai été un peu désarçonnée par le contraste de l'écriture, comment dire "jeune" (humour, anecdotes personnelles : on voit que l'auteur aime les belles blondes slaves - j'ai été un peu vexée car je suis brune !) qui côtoie la gravité de l'Histoire. Mais en fin de compte je trouve qu'il a réussi un tour de force sans tomber -comme il le craignait- dans le ridicule.
Et puis enfin, ce livre donne vraiment envie de visiter Prague...

Forums: HHhH

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Le cas Binet 22 Saule 6 août 2015 @ 03:56

Autres discussion autour de HHhH »