Le monde en stop : Cinq années à l'école de la vie de Ludovic Hubler

Le monde en stop : Cinq années à l'école de la vie de Ludovic Hubler

Catégorie(s) : Arts, loisir, vie pratique => Voyages et géographie

Critiqué par Yokyok, le 7 août 2010 (Nîmes, Inscrit le 7 août 2010, 32 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 326ème position).
Visites : 2 363 

Inspirant !

Ludovic Hubler, 24 ans, fraîchement diplômé d’une école de commerce, décide avant de se lancer dans la vie active de réaliser un rêve : faire le tour du monde. L’originalité de son voyage réside dans le moyen de transport utilisé : le stop, envers et contre tout, qu’il s’agisse de traverser le désert de Gobie ou l’océan Pacifique. Un moyen de transport qui suscite la sympathie et favorise les rencontres. Des paysans brésiliens aux policiers chinois, des étudiants d’Iran aux derniers aborigènes, Ludovic ne manque aucune occasion d’enrichir sa vision de l’humanité à travers le partage des modes de vie et les discussions passionnées.

Au final, cinq années passées à arpenter six continents et à intervenir dans les écoles des pays traversés pour partager ses expériences et échanger avec les élèves. Outre le témoignage qui vient contrebalancer des images pessimistes véhiculées par les médias et nous invite à éviter l’amalgame entre la mentalité des habitants d’un pays et la politique menée par ses dirigeants, ce livre est une leçon de détermination et d’ouverture d’esprit, ainsi qu’une invitation à vivre ses rêves.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Le monde en stop [Texte imprimé], cinq années à l'école de la vie Ludovic Hubler
    de Hubler, Ludovic
    Géorama
    ISBN : 9782915002324 ; EUR 20,00 ; 15/10/2009 ; 1 vol. (409 p.-[24] p. de p. ; Broché
  • Le monde en stop [Texte imprimé], cinq années à l'école de la vie Ludovic Hubler
    de Hubler, Ludovic
    Pocket / Presses pocket (Paris)
    ISBN : 9782266258715 ; EUR 8,20 ; 28/04/2016 ; 576 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Les voyages forment la jeunesse

8 étoiles

Critique de Saint Jean-Baptiste (Ottignies, Inscrit le 23 juillet 2003, 84 ans) - 31 juillet 2020

« On ne peut plus rêver d’être marin pour faire le tour du monde » chantait Leny Escudero dans les années cinquante. Eh bien si, ce rêve est encore possible aujourd’hui ! Mais il faut le vouloir, il faut être jeune et avoir le goût du risque et de l’aventure. Le reste s’apprend sur le tas. Pour Ludovic Hubler, cet apprentissage aura duré cinq ans. Il a vécu mille aventures et il a appris tant de choses que ça lui vaut, nous dit-il, cinq années d’une licence universitaire.

Il a raison : « le terrain » ne s’apprend pas sur les bancs de l’école. Son périple lui a appris la patience et la persévérance. Il a appris à connaître les hommes, à savoir discerner au premier coup d’œil l’honnête homme de l’escroc ou du dissimulateur. Il a appris à manier les autorités les plus revêches, à composer avec les acariâtres, les violents, les agressifs, il a appris aussi à nouer des amitiés durables, bref, il a appris la vie.

Ludovic Hubler raconte ses extraordinaires expériences sur le ton alerte qui convient ; le lecteur ne s’ennuie jamais et ceux qui aiment les récits d’aventures vécues apprécieront certainement cette lecture, elle est de qualité.

Après avoir visité le vaste monde, l’auteur remercie le ciel de l’avoir fait naître en France et nous dit qu’il ne voudrait vivre nulle part ailleurs. Moi aussi je me dis que j’ai bien de la chance d’être né dans mon plat pays – pas si plat d’ailleurs, surtout quand on le prend en vélo – un pays prospère où il fait bon vivre en toute liberté... Et, après avoir lu ce livre, je me dis que prospérité et liberté sont des denrées rares... et en voie de disparition dans le monde d’aujourd’hui.

Un voyage extraordinaire

9 étoiles

Critique de CC.RIDER (, Inscrit le 31 octobre 2005, 62 ans) - 31 décembre 2017

Le 1er janvier 2003, fraîchement émoulu d’une école de commerce, Ludovic Hubler, 25 ans, décide de se lancer dans un tour du monde en auto-stop (et même en bateau-stop pour franchir mars et océans) au départ de Val d’Isère. Il prévoit d’y consacrer au maximum deux années. En réalité, il lui en faudra cinq pour boucler son incroyable périple. 170 000 kms seront parcourus. 59 pays seront traversés, les plus accueillants comme les plus dangereux, les plus ouverts à cette pratique comme les plus fermés. Il visitera tous les continents y compris l’Antarctique, traversera des déserts brûlants ou glacés et donnera des centaines de conférences un peu partout, mais principalement aux Etats-Unis où il séjournera une année entière. Ce tour du monde qui fait un peu l’impasse sur une grande partie de l’Afrique noire et sur l’immense fédération de Russie ne sera possible que grâce à l’amabilité de 1300 conducteurs de véhicules de tous pays (excepté la Corée du Nord), d'une dizaine de marins et de centaines d’hébergeurs trouvés le plus souvent sur deux sites internet (« Couchsurfing » et « HospitalityClub).
« Le monde en stop » est le récit de voyage en stop le plus extraordinaire que nous ayons lu depuis le fameux « La terre n’est qu’un seul pays » d’André Brugiroux. Il se présente sous la forme d’un pavé de 566 pages qui se lit comme un roman et qui aurait pu en comporter le triple sans aucun problème. Certains pays sont longuement décrits, d’autres trop vite survolés et là, le lecteur reste un peu sur sa faim. Que de choses on apprend en lisant cet ouvrage, que de clichés véhiculés par les médias toujours à l’affût du sensationnel ne doit-on pas corriger ! Un seul exemple : il est un pays où le culte de la personnalité est encore bien pire qu’en Corée du Nord, c’est le Turkménistan. Le saviez-vous ? En fin d’ouvrage, l’auteur mesure la chance qu’il a eu de rencontrer tant de bonnes personnes et d’échapper à la plupart des dangers (les FARC en Colombie, les Talibans en Afghanistan, les zones militaires interdites au Tibet ou de conflits dans de nombreux endroits, tous traversés sans incident majeur). Sans être obligé d’adhérer aux idées pour le moins utopiques de paix et de fraternité universelle, d’abolition des frontières et de globalisation heureuse prônées par l’auteur ni même à ses rêves d’universalisme et de syncrétisme religieux, le lecteur appréciera la plume alerte, le témoignage honnête et sincère et surtout le grand vent de liberté qui souffle dans ces pages magnifiques.

Sur la route

10 étoiles

Critique de Free_s4 (Dans le Sud-Ouest, Inscrit le 18 février 2008, 46 ans) - 2 décembre 2017

Joli voyage autour du monde en stop pour une durée de 5 ans
Traversée des pays à bord de multiples moyens de locomotion
Traversée en auto-stop, en bateau-stop et même en brise-glace-stop pour l’Antarctique
Traversée de pays dangereux, Colombie, Corée du Nord, Népal, Afghanistan, Iran....
Mille aventures au bord des routes, mille rencontres et plus
Un très beau récit de voyage très beau moment de lecture.
Dépaysant, je recommande fortement.

Forums: Le monde en stop : Cinq années à l'école de la vie

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le monde en stop : Cinq années à l'école de la vie".