Le bourreau de Heloneida Studart

Le bourreau de Heloneida Studart
(O torturador em romaria)

Catégorie(s) : Littérature => Sud-américaine

Critiqué par Débézed, le 4 août 2010 (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 71 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 1 922 

Les pèlerins de la caatinga

Heloneida Studart raconte l’histoire d’un tortionnaire brésilien au temps de la dictature, Carmelio abandonné par sa mère qu’il n’a jamais connue et qui à son tour abandonne, sans soin, sa tante qui se meurt d’un cancer. Carmelio est un homme de main sans scrupule et sans états d’âme qui commet les pires atrocités, sous les ordres de son supérieur hiérarchique au sein de la police, pour faire parler les opposants arrêtés et décimer ainsi toute forme de résistance à la dictature en place. « Ne le laisse pas mourir, Carmelio. Il ne le mérite pas. Etire sa punition, allonge-la au maximum. Il faut qu’il maudisse le jour de sa naissance. »

Mais, quand Carmelio est envoyé dans le Nordeste pour éliminer un opposant, il tombe follement amoureux de la fille qui aimait, tout aussi follement, le pauvre homme assassiné. Et, à son retour à Rio, il commence à culpabiliser pour toutes les exactions qu’il a commises. Ses nerfs craquent, il devient malade, le fantôme de ceux qu’il a torturés le hantent et il voit, dans ses délires, sa mère qu’il n’a pourtant jamais connue, lui apparaitre et lui reprocher ses actes barbares.

Pour chercher le pardon et la rédemption, il part en pèlerinage avec la fille dont il est tombé amoureux pour rendre hommage à un saint hérétique que les pauvres vénèrent car l’église officielle n’est que le plus fidèle suppôt du régime. Heloneida nous entraîne alors dans un pèlerinage en forme de chemin de croix au cours duquel la petite troupe rencontre ce peuple incroyable, fossilisé, qui peuple le Nordeste, cette région où le soleil a tout mangé ne laissant que la misère aux êtres égarés dans cet océan désertique et sec où on pourrait croire, qu’au détour, d’une page va surgir Maria Moura le bandit justicier du Sertao inventé par Rachel de Queiroz.

Heloneida Studart nous propose un livre engagé, elle a été, elle-même, arrêtée en 1969, elle est une proche de Lula et elle est régulièrement élue députée depuis 1978. C’est donc tout d’abord un livre pour dénoncer les abus de la dictature ; la confiscation du pouvoir par les hommes, par les blancs, par les riches avec la complicité de l’église officielle ; la répression aveugle, brutale, sanguinaire, bestiale conduite par la police comme dans le fameux film « Pixote ». Un livre aussi pour témoigner de la misère la plus cruelle qui frappe les plus démunis, les noirs et les femmes.

Dans ce livre il y a également l’histoire très forte de ce tortionnaire qui recherche sa mère dans toutes les femmes qu’il rencontre. Une mère qui l’a abandonné mais qu’il idéalise et qui essaie de le ramener dans le droit chemin quand il la voit dans ses délires. La femme occupe une place importante dans ce livre, Heloneida Studart est aussi une grande voix féministe au Brésil et elle dénonce le sort qui est réservé aux femmes par ses machos qui veulent tout régir à tous les échelons de la société. « Je n’ai pas fait des filles pour les livrer à un autre homme. » Même riche la femme est toujours la victime dans cette société de brutes sauvages et sanguinaires tout droit sorties des œuvres de Fadanelli, Quiroga, Francesco Vallejo, ou de nombreux autres auteurs latino-américains qui ont dénoncé la violence des pouvoirs autoritaires et cupides.

L’auteur réserve aussi un traitement particulier à l’église qui est, selon lui, totalement compromise aux côtés des dictateurs et soutient fermement le retour à un certain paganisme mâtiné de catholicisme qui sert d’exutoire à toute la misère qui se répand sur cette région tellement défavorisée, et de dernier espoir à ces pauvres hères en perdition brûlés par le soleil et broyés par les autorités. Il conviendrait peut-être de relativiser tout ça car « l’évêque rouge de Rio », Dom Helder Camara, n’a pas toujours été aux côtés des dirigeants mais c’est une autre histoire…

Même si dans sa plus cruelle aridité le Sertao ressemble plus à l’enfer qu’à un lieu d’espoir, il recèle tout même cette magie propre à tous les déserts et cette spiritualité qu’imposent la solitude et l’immensité.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Le bourreau

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le bourreau".