La mémoire des vaincus de Michel Ragon

La mémoire des vaincus de Michel Ragon

Catégorie(s) : Littérature => Romans historiques

Critiqué par CC.RIDER, le 20 juillet 2010 (Inscrit le 31 octobre 2005, 60 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 303ème position).
Visites : 1 554 

Malheur aux vaincus !

Au début de l'autre siècle, un petit orphelin, Fred Barthélemy rencontre Flora, une jeune marchande de poisson dont il tombe amoureux. Les deux enfants sont assez vite recueillis par un couple d'anarchistes de Belleville, Victor et Rirette, amis très proches de la bande à Bonnot. Fred fera son éducation politique auprès de Delesalle, un libraire anarchiste et apprendra le russe avec des émigrés fuyant la répression tsariste. Cette connaissance lui épargnera la boucherie de 14 car il sera envoyé par l'armée comme observateur de la révolution russe. Au contact de Lénine, Zinoviev, Kamenev, Trotsky et Staline, il sera horrifié de la manière dont son idéal sera trahi, mais participera néanmoins à la propagation du communisme dans les autres pays d'Europe. Rentré en France au moment du Front populaire, il participera activement à la guerre d'Espagne dans les rangs des libertaires et des anarchistes qui finiront pour la plupart sous les balles des bolcheviques. Il passera la seconde guerre mondiale prisonnier en France dans le camp de concentration de Gurs et ne sera libéré qu'en 1945 sans avoir eu ni procès ni condamnation, ni réhabilitation d'aucune sorte. A la fin de sa vie, il exercera la profession de bouquiniste sur les quais de Paris.
Un destin exceptionnel, une vie qui en contient dix et qui permet à Michel Ragon de nous brosser une fresque magnifique sur le mouvement anarchiste et libertaire. En compagnie de Fred, dont on se demande s'il a vraiment existé (auquel cas ce livre est un document et non un roman historique), le lecteur croisera le prince Kropotkine (initiateur avec Bakounine du mouvement en Russie), le rebelle anarchiste ukrainien Mackhno, les espagnols Durruti et Pestana, tous ces « vaincus » qui aidèrent à l'avènement du communisme en Russie et ne furent récompensés de leur zèle que par une balle dans la nuque dans les caves de la sinistre Loubianka ou par la déportation dans les neiges du Goulag. Des idéalistes (souvent réalistes) qui jouèrent par naïveté les supplétifs sur tous les fronts et ne furent que des « idiots utiles » des bolchéviques, tout comme les intellectuels bourgeois de l'époque (Romain Rolland, Aragon, Malraux, Barbusse, etc, etc). Un livre utile, passionnant, indispensable sur un sujet rarement abordé (on apprend beaucoup de choses sur un mouvement trop souvent caricaturé pour ses excès de violence et sur certaines affaires peu ragoûtantes comme la fin de Louis Renault bastonné à mort dans la prison de Fresnes, ou celle de Drieu La Rochelle). Presque un siècle de la vie politique mondiale vu du côté des vaincus, des oubliés et des proscrits. Bravo à Michel Ragon pour cette oeuvre de mémoire si différente de la vulgate officielle si complaisante avec les vainqueurs.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Les perdants magnifiques

9 étoiles

Critique de Homo.Libris (Paris, Inscrit le 17 avril 2011, 52 ans) - 4 février 2018

Michel RAGON aurait pu intituler son livre "Les perdants magnifiques", si ce titre n'avait pas déjà été utilisé par Leonard COHEN ; il aurait été plus proche de la vérité. Car ces hommes ne furent pas réellement vaincus, mais bel et bien trahis !
J'ai adoré ce roman qui tend parfois vers l'essai politique ! Rien à ajouter au commentaire de CC.Rider, si ce n'est que ces "vaincus" n'aidèrent pas vraiment à l'avènement du Bolchévisme. Beaucoup, notamment les libertaires, mais aussi les socialistes révolutionnaires, y contribuèrent fortement, contraints et forcés par les événements, puis furent trahis et exterminés. Frédéric BARTHELEMY, personnage central du roman, n'a pas existé, Michel RAGON s'est servi des anecdotes de deux anarchistes qu'il a eu la chance de rencontrer, de nombreux témoignages d'acteurs de ces événements historiques, et d'une solide documentation. Même s'il a romancé, et parfois interprété, RAGON ne rapporte que des faits avérés, toujours judicieusement commentés.

Quelques morceaux choisis :
"L'histoire a été accaparée par des imposteurs et elle est écrite pas d'autres imposteurs."
"Il ne peut y avoir de communisme viable que dans le partage de l'abondance. Or la Russie ne partageait que la pénurie."
"L'armée rouge et la Tchéka*, voilà les deux réussites de la révolution d'Octobre."
"La France, l'Angleterre, l'Autriche, tous les pays qui échappaient encore à la dictature, s'endormaient dans leur déclin. Leurs dirigeants ne remarquaient rien, ne comprenaient rien. Ou bien alors, comme le lapin fasciné par le serpent qui le dévorera, ils se laissaient ensorceler par les sirènes."
"Les politiciens deviennent amnésiques dès que l'Histoire ne fonctionne pas selon leurs vœux."
"Que longtemps encore règne sur le monde ta bienfaisante lumière" titrait l'Humanité du 26 novembre 1949**."
"On le*** condamna donc finalement à mort, seulement pour avoir mal pensé. Mais pour Staline, comme pour Hitler, ne s'agissait-il pas là du mal suprême ?".

* L'ancêtre du KGB.
** Pour l'anniversaire de Staline (18 décembre).
*** Nicolaï Boukharine.

Forums: La mémoire des vaincus

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La mémoire des vaincus".