L'incertain de Virginie Ollagnier

L'incertain de Virginie Ollagnier

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Jfp, le 13 juin 2010 (La Selle en Hermoy (Loiret), Inscrit le 21 juin 2009, 71 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (19 543ème position).
Visites : 1 576 

confusion des sentiments

Zoltan, 60 ans et des poussières, descendant d'émigrés "russes-blancs" installé à New York, rencontre, à l'occasion d'un enterrement à Nice Iéva, une jeune fille dont il va rapidement tomber amoureux et à qui il va confier ses souvenirs sous la forme du manuscrit d'un roman. Grâce à elle, il va enfin retrouver l'inspiration et se remettre à vivre. On oubliera l'artifice d'écriture, cher à Stefan Zweig, pour se plonger dans cette histoire déroutante, qui met en scène des personnages hauts en couleurs, riches, beaux et intelligents, au destin hors du commun. De ce qui aurait pu être un scénario de telenovela à la française, l'auteur a su tirer une analyse assez fine des ressorts troubles du comportement amoureux. On pense à Sagan, mais la qualité de la narration et l'absence de complaisance vis-à-vis de ses personnages rapprochent cette auteure de Nabokov. Un bon moment de lecture et un livre dont on se souvient...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

"La mémoire a son propre classement"

7 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 60 ans) - 19 juillet 2010

Et c'est bien ce qui gêne au début du roman.
Zoltan assiste à l'enterrement de Jiska, son ancienne maîtresse. Il est abordé par Iéva, la petite fille de Jiska, qui lui demande de lui raconter cette grand-mère qu'elle n'a pas connue.
Parce que Zoltan est à l'origine de la rupture entre Jiska et Dorina sa fille et la mère de Iéva. Il a été l'amant des deux et il se sent le devoir de raconter toutes ses années.
On assiste donc à l'écriture de ses mémoires tout en partageant le présent de cet homme, en plein mai 68 à Paris avec une jeune femme de 23 ans.
Lui qui a quitté la Russie enfant, a passé la plus grande partie de sa vie aux Etats-Unis pendant le maccarthisme, a vécu les années folles entouré de nombreux personnages attachants et originaux, va se retrouver pour une de ses premières fois, acteur de sa vie.
Zoltan , à sa manière d'être le spectateur, d'attendre que les personnes et les événements viennent à lui , m'a rappelé le héros de Netherland; si la vie de Zoltan est si riche, c'est grâce aux femmes de sa vie, qu'il quittera pourtant.
Si , pour ma part, le roman m'a paru long, j'admire le travail de Virginie Ollagnier dans la justesse de l'écriture où on se croit complètement dans le récit autobiographique.

Forums: L'incertain

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'incertain".