La caste des méta-barons, tome 1 : Othon le trisaïeul
de Alejandro Jodorowsky (Scénario), Juan Giménez (Dessin)

critiqué par Seiya, le 30 janvier 2002
(Lasne - 36 ans)


La note:  étoiles
Tonto, raconte-moi une histoire ...
Tonto est un petit robot. Une machine intelligente et précise, il est LA MEMOIRE DE LA CASTE DES META-BARONS et c'est lui qui va jouer le rôle du narrateur tout au long de cette fantastique saga.
Les méta-barons ne sont pas ce que l'on peut appeler des gens "calmes" et leurs vies ne sont pas franchement monotones, c'est le moins que l'on puisse dire ...
Au moment où l'espace n'a plus aucun secret pour l'homme, où toutes les formes de vies inter-galactiques se sont mélangées et où la technologie a atteint son paroxysme dans tous les domaines, subsiste une famille de nobles guerriers quasi moyenâgeux. Ils vivent en accord avec leur code d'honneur et refusent toutes les armes modernes. Mais le destin est capricieux et ils ne seront pas épargnés...


L'histoire de cette lignée de guerriers inégalables, craints et respectés au-delà de toutes les galaxies, est captivante tels les meilleurs films de Ridley Scott. Cette épopée riche en rebondissements est un chef d'oeuvre de scénarisation signé Alexandro Jodorowsky (maitre incontesté de la bande dessinée de SF européenne). Le dessin de Gimenez est superbe et chaque couverture est une oeuvre d'art à part entière.
A lire sans plus tarder
un must de la bd SF 10 étoiles

un scenario léché qui puise ouvertement ses sources dans tout ce que la SF fait de mieux (dune par ex), servi par un dessin somptueux.
à essayer absolument
on regrettera un peu la durée un peu commerciale de la série
ainsi que invulnérabilité extravagante du héros, mais ne gâchons pas notre jubilation

Karl glogauer - - 45 ans - 29 décembre 2004