Le Pays de la nuit
de William Hope Hodgson

critiqué par Geshunin, le 3 avril 2010
( - 34 ans)


La note:  étoiles
Une fantastique mièvrerie
Le sujet semblait prometteur ( un monde futuriste plongé dans une nuit éternelle peuplée de féroces créatures ) et l'auteur fortement apprécié pour son premier roman d'inspiration lovecraftienne.
L'histoire à proprement parler tarde à se mettre en place, la faute à l'auteur qui s'attache à développer la romance qui sera le fil rouge du livre.
Une fois entrés dans le vif du sujet, nous ne nierons pas que le monde imaginaire est décrit avec brio, les dangers tapis dans l'obscurité ayant de quoi effrayer ces citoyens-là.
Cependant, une tendance à la répétition abatardit le propos. Lorsque le héros se décide à sortir dans cet environnement hostile, l'écriture talentueuse nous fait craindre avec lui la perdition. Sa lente progression est aussi la notre et nous partageons ses doutes. Ce roman d'anticipation fortement immersif possédait tous les éléments d'un chef d'oeuvre.
Las ! Dans le sombre désert, voilà qu'il retrouve sa dulcinée qu'il était venu secourir. C'est alors que se met en place la plus horrible mièvrerie. Cette niaiserie prend fin avec la mort de l'insipide femelle. Cette seconde partie annihile tous les efforts fait précédemment par l'auteur pour nous présenter un monde cohérent et inquiétant.