Je me souviens... de Georges Simenon

Je me souviens... de Georges Simenon

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Catinus, le 23 mars 2010 (Liège, Inscrit le 28 février 2003, 70 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (12 130ème position).
Visites : 3 173 

Oufti !

Ce délicieux livre n’est pas seulement une autobiographie ( partielle ) de Georges Simenon mais également un véritable roman ( sauf sur les dernières pages ) . Car il y a des personnages, une histoire – quasi une saga ! – de l’amour, des sentiments, des émotions. Au départ, il fut écrit et adressé et dédié au premier enfant de notre auteur, son fils Marc.
L’auteur des « Maigret « nous décrit sa famille, sa ville - Liège – : de nouveau un véritable régal pour les Liégeois de naissance ou de cœur.
Sa mère, Henriette, écrasée par de nombreux malheurs, obnubilée par deux obsessions qui la rongent : se contenter financièrement du « strict nécessaire « alors qu’elle provient d’une famille qui fut riche et cette peur qui ne la quittera jamais : que deviendrai-je, moi et mes enfants si mon mari venait à décéder « renversé par un tramway « . Elle ne cessera d’économiser sou après sou, en cachette et à louer des chambres à des étudiants.
Désiré, son père. Un homme simple et heureux ,« heureux dans la rue où il n’enviait personne, heureux dans son bureau où il se savait le premier « .
Georges, lui, enfant, observe, enregistre, ressent les odeurs de la vie et de sa ville, se forge un caractère et finira par devenir cet écrivain de haut niveau, tel qu’on le connaît.
Une merveille !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

De Fontanay-le-Comte à Liège.

9 étoiles

Critique de Pierrot (Villeurbanne, Inscrit le 14 décembre 2011, 69 ans) - 13 septembre 2021

C’est la première fois que je lis une autobiographie d’un auteur, et donc en remontant chronologiquement les romans de Simenon, il se trouve que « Je me souviens » parut le 24 décembre 1945. Là encore il ne m’a fallu qu’une dizaine de pages pour être conquis par ses souvenirs d’enfance, avec ce fameux pont des Arches… le chapelier… les petites gens, les fins de mois difficiles, et tout son entourage familial avec ses hauts et ses bas. Une description savoureuse de sa ville natale. Le tout, écrit pendant la seconde guerre mondiale, à Fontanay-le-Comte. Superbe.

Forums: Je me souviens...

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Je me souviens...".