L'Ame du Temple, tome 3 : Requiem
de Robyn Young

critiqué par CC.RIDER, le 24 février 2010
( - 61 ans)


La note:  étoiles
La fin d'une excellente fresque historique
En 1295, le royaume chrétien de Terre Sainte a été rayé de la carte. Will a réussi à échapper à la catastrophe en profitant du dernier vaisseau templier à pouvoir quitter Saint Jean d'Acre. Il se retrouve à Paris avec quelques autres rescapés des Croisades. Il est toujours décidé à défendre les principes de l'Ame du Temple, la mystérieuse société secrète, l'Ordre à l'intérieur de l'Ordre, qui veut toujours oeuvrer pour une paix dont personne ne voit jamais se profiler l'ombre à l'horizon. En effet, l'avenir est des plus sombres. Edouard Ier d'Angleterre s'est allié avec le Temple pour envahir l'Ecosse, ce qui pose un véritable drame de conscience à Will qui est d'origine écossaise. En France, Philippe le Bel, roi fourbe et belliqueux, cherche par tous les moyens à abattre une puissance qui contrarie son ambition politique et dont il convoite l'immense richesse...
Ainsi s'achève le troisième tome de la saga historique de Robyn Young. Le lecteur a suivi toute l'histoire du déclin et de la fin dramatique des Templiers avec leur procès infâme et le supplice du Grand Maître Jacques de Molay et de ses compagnons brûlés sur le bûcher de l'île aux Juifs. Bien que le livre comporte 720 pages (comme les deux autres), on se laisse emporter par le torrent des évènements et on ne s'ennuie pas un instant. Les personnages fictifs sont attachants et l'Histoire réelle a été respectée dans son ensemble. Young a même l'honnêteté (rare) de signaler sur quelques pages en fin d'ouvrage toutes les (menues) entorses qu'il s'est autorisées dans sa narration. Il est tellement plus fréquent de lire des versions fantaisistes sur ce thème qu'un tel respect des faits mérite d'être signalé. Les amateurs de bons romans historiques ne devraient pas rater cette oeuvre.