Une ordure
de Irvine Welsh

critiqué par Bernie22, le 1 février 2010
( - 44 ans)


La note:  étoiles
Les origines du mal
Présentation de l'éditeur
Brigadier de police à Edimbourg, Bruce Robertson n'a rien à envier à la pire engeance : cynique, pervers, raciste, corrompu, immoral, homophobe, il est le parangon du sale type, l'ignominie incarnée, une fripouille sans vergogne. Dans les ruelles sombres et humides de la capitale écossaise ou, en vacances, dans les quartiers chauds d'Amsterdam, il rôde et livre sa vision pernicieuse d'un univers déglingué...


Croire pourtant que ce livre n'est qu'un vaste catalogue à charge envers son (anti)héros serait pourtant terriblement réducteur. Loin du manichéisme de certains auteurs, Irvine Welsh arrive au fil des pages, des flashbacks et des pensées du ténia, venu sournoisement hanter le corps de Bruce, non pas à nous rendre son personnage sympathique mais à mieux comprendre ses dérives à travers son histoire et l'évolution de nos sociétés occidentales.

La fin, paroxysme de cette descente aux enfers, laisse un goût amer dans la bouche, et laisse une question en suspens : quelle est la part d'inhumain qui sommeille en nous ?
Très bon, mais... 8 étoiles

Vraiment un excellent cru de Welsh, mais les pensées du ver solitaire, qui parasitent (c'est le cas de le dire) certains paragraphes, sont lourds. Plutôt que de les mettre en surimpression sur le texte (qui devient donc illisible, même s'il a été conçu comme tel), j'aurais préféré qu'il soit mis autrement.
Sinon, un excellent roman sur un personnage vraiment dégueulasse, le titre est bien trouvé !

Bookivore - MENUCOURT - 37 ans - 1 octobre 2010