Les metteurs en scène de Edith Wharton

Les metteurs en scène de Edith Wharton

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Jules, le 29 janvier 2002 (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 2 272  (depuis Novembre 2007)

Une histoire bien construite

Edith Wharton est américaine, née en 1862 et morte en 1937 près de Paris, ville dans laquelle elle a fini par choisir de vivre. Elle fut vraiment très proche d'Henry James, l’écrivain qui marqua fortement des auteurs comme Fitzgerald et Hemingway.
Il s'agit plutôt ici d'une nouvelle et non pas d'un roman.
Jean Le Fanois attend une jeune femme dans le hall d'un grand hôtel de Saint-Germain. Elle se nomme Blanche Lambart et est américaine. Elle en a la fraîcheur, les dents blanches et régulières, la démarche plutôt libre et sportive. Wharton écrit : « Le contact d’une autre civilisation avait produit sur elle un tout autre effet que chez Le Fanois : elle avait gagné à ce commerce cosmopolite, autant que lui paraissait y avoir perdu. »
Tous deux sont dans la même situation : ils n'ont que peu de moyens et adorent la vie qu’ils mênent, entourés qu’ils sont par le luxe. On comprend de suite qu’ils sont associés. Leur moyen d’existence consiste à faire rencontrer à de riches américaines, ou américains, des membres de grandes familles françaises. Les premiers sont très nouvellement enrichis, et pas encore acceptés dans le « beau monde » de leur pays, et les seconds sont plutôt dans une courbe plus que descendante.
Mrs Smithers et sa jeune fille viennent de débarquer à Paris. Madame Smithers est une relativement jeune veuve. Le but premier est de trouver un mari bien né, ou pour le moins des mieux introduit dans la bonne société parisienne. Mais, après tout, la mère est libre également…
Nous sentons très vite que les rapports entre les deux associés ne sont pas que professionnels. Mais à défaut de moyens suffisants, on ne creuse pas plus loin. Mais je vous laisse découvrir cette histoire.
L'honnêteté me force à dire que, à défaut d'avoir trouvé de bons traducteurs (Gide avait même été demandé, ainsi que l’intervention de Proust), Edith Wharton s'est finalement résolue à écrire ce livre directement en français. Henry James le lui a d’ailleurs reproché par la suite en lui faisant remarquer qu'à utiliser une langue qui n'était pas la sienne elle a parfois versé dans le cliché. On ne l’y reprendra plus par la suite !
Cette nouvelle n’est pas mal faite du tout, mais il est vrai qu'elle est parfois caricaturale. De plus, je lui ferais le reproche d'écrire sur un thème qu’Henry James a fréquemment utilisé, que ce soit avec des américains en Angleterre ou des Anglais, ou Anglaises, en Amérique. Et, je trouve, le style d’Henry James supérieur.
Il me faut avouer qu’en lisant ce texte j'au eu le sentiment d’avoir un Henry James entre les mains, mais un Henry James qui n’aurait pas encore atteint le sommet de son art.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Les Metteurs en scène [Texte imprimé], [nouvelles] par Edith Wharton traduit de l'anglais
    de Wharton, Edith
    10-18 / 10-18
    ISBN : 9782264005496 ; EUR 6,90 ; 01/10/1983 ; 312 p. p. ; Poche
  • Les metteurs en scène [Texte imprimé] Edith Wharton postf. de Claudine Lesage
    de Wharton, Edith Lesage, Claudine (Préfacier)
    M. Houdiard / Littérature américaine.
    ISBN : 9782912673190 ; EUR 8,00 ; 01/09/2001 ; 42 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les metteurs en scène

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les metteurs en scène".