Une belle époque de Kate Milie

Une belle époque de Kate Milie

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Sophie V., le 22 janvier 2010 (Inscrite le 18 janvier 2010, 50 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (1 420ème position).
Visites : 2 229 

Un beau roman

L’histoire s’ouvre sur le salon des Fous des Mots comme sur la scène d’une pièce de théâtre.
Icône a crée ce forum sur internet pour les amoureux de Gustav Klimt et les passionnés de mots en général. Quatre personnes la rejoindront et ensemble, ils se lanceront dans l’écriture d’un roman commun ayant pour héroïne Ana, l’égérie de Gustav Klimt.
Kate Milie propose un roman à multiples facettes.

Elle aborde des thèmes modernes, comme la dépendance à internet, la vie virtuelle et les mêle habilement à un voyage vers la fin du 19ème siècle. La Belle Epoque prend vie, le peintre et son entourage s’animent. L’auteur s’affranchit de la documentation pour nous rendre la période joyeuse et vivante. C’est là toute l’habilité et la magie de l’écriture de Kate Milie : les personnages sont virtuels et, pourtant, vous verrez qu’ils sont séduisants et attachants. Vous attendrez leur prochaine rencontre, vous espérerez assister au développement des relations de séduction entre eux. Jusqu’à la pirouette finale que je me garderai de vous livrer.

L’auteur possède une écriture fluide et pleine d’envolées. Elle décortique avec minutie les affres de la création littéraire : « Je me sens profondément moi quand j’écris » livre un des personnages. « L’écriture est souvent vilaine avec moi », regrette Icône. Les mots touchent.

Découvrez vite ce beau roman.

Message de la modération : Editeur amateur – réalisation de la maquette par l’auteur

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

J’ai lu « Une Belle époque » de Kate Milie

8 étoiles

Critique de Martine_12 (, Inscrite le 4 mars 2009, 66 ans) - 6 novembre 2010

J’ai lu « Une Belle époque » de Kate Milie
………Editions Chloé des Lys
ISBN :978-2-87459-428-1
Commentaires de Martine Dillies-Snaet
http://users.skynet.be/TheDillies/


Voilà maintenant une petite semaine que ma lecture d’ « Une belle époque » est achevée. Contrairement à mes habitudes, j’ai ressenti l’envie de laisser décanter les impressions et les réflexions que la lecture a engendrées. Pour ma curiosité aussi ! Quelles effluves cueillerais-je encore quelque temps après avoir consciencieusement tourné la dernière page ?
Je vois mon PC clignoter rageusement, mais je n’ai nulle envie de mettre le mot « effluve » au masculin. Pas avec KATE MILIE, non ! Pas avec elle ! Plus que n’importe qui, elle est femme jusqu’au bout d’elle-même.

Jolie excuse que l’étude de Klimt et d’Ana pour permettre à l’auteur de jouer ses pièces sur l’échiquier du net. KATE MILIE s’amuse avec ses fous, son cavalier, son roi, ses tours. Chaque pièce, membre d’un forum, a un chapitre d’un roman à imaginer ; jeu subtil entre vérité et roman, entre fantasme et quotidien.
De cette « Belle époque », je n’ai guère envie d’en raconter l’histoire – très bien construite d’ailleurs-- car son but est uniquement de servir de verrou à la porte de l’analyse du comportement de chaque personnage face aux dangers ( ?!?) de l’addiction au net.
J’éprouve d’ailleurs, bien plus qu’avec d’autres romans, l’envie de parler de la psychologie de l’auteur. Tout en charme et en femme, mais je me réserve cette part de réflexion.

Une phrase m’a frappée et je viens de remarquer que celle-ci a été retenue sur la quatrième de couverture : « Chaque personnage est dans une mise en abîme de lui-même ». Puissance de l’attirance vers nos différents « moi » intérieurs. Le net permet de les mettre en jeu : jeux innocents ? dangereux ? en tout cas, bien plus que l’absinthe de cette belle époque, comme le dit l’auteur.
Ce que j’ai surtout aimé chez KATE MILIE, ce sont les quelques pages de dialogue du roman dans le roman. C’est dans ces pages qu’elle montre le meilleur de ses capacités. Maintenant, je sais que j’aimerais d’elle un roman tout en psychologie.

Et finalement, que me reste-t-il de ces pages lues ? De l’aérien, du léger, du vaporeux … l’évanescence du temps que même la suite des réflexions profondes que le roman crée n’arrive pas à alourdir.

KATE MILIE, je suis bien sur mon nuage.

m.
05/11/2010

Roman didactique ...et passionnant !

10 étoiles

Critique de Carine-Laure Desguin (, Inscrite le 6 juin 2010, 56 ans) - 6 juin 2010

Si vous aimez , ET vous énivrer aux effluves pernicieuses de l'absinthe, ET vous promener sous les ombrelles des dames que l'on nomme, à juste titre d'ailleurs, "belles", ET en même temps participer à un forum littéraire sur l'écran virtuel, n'hésitez pas, ce livre est pour vous !

Sublimé par une jolie couverture style "art nouveau", ces pages se lisent "comme une fleur"...

Dans une histoire qui semble véridique puisque si justement écrite, Kate Milie a réussi, dans ce tout premier roman, le difficile pari d'allier l'histoire avec un grand "H", et les dérives informatiques d'aujourd'hui.

Qu-est-ce-que-c-est-que-ça-que-c-est , me demanderez-vous ?
Qui sont-ils, ces "fous de mots" ? Attendez que je vous explique, ne vous impatientez pas comme ça ! Et puis, après tout, lisez-le et vous verrez par vous-même !

Et bien, dans une écriture à la fois simple et élégante, cette talentueuse romancière raconte la conversation virtuelle entre cinq personnes.
C.I.N.Q. ! Retenez bien ce chiffre, cinq; deux plus trois, en principe, car il occulte un tout petit mystère qui ne vous sera révélé que vers la fin du roman. Mais avant cette chute, autant inattendue qu'interpellante, Kate Milie nous offre dans un style d'écriture très noble, un parcours virtuel dont on ne se lasse pas. Et, précisément, c'est ce que j'aime dans ce roman : la confrontation ou pour utiliser un terme moins violent, le rapport entre les prouesses informatiques actuelles et la description de cette "Belle Epoque".
Ces cinq passionnés de cette période très révolutionnaire qu'est cette fin du dix-neuvième siècle enrichissent jour après jour leur conversation sur le net par des avis différents et ..et des sentiments amoureux ( hé oui, l'amour pigmente le net...)

Ensemble et grâce à la "fée-internet", ils réalisent un roman interactif qui a lui seul a retenu toute mon attention. Je salue ici l'ingéniosité littéraire de Kate Milie qui a écrit si clairement ( et fallait l'faire, croyez-moi! ) un roman dans son roman, plongeant le lecteur dans un double mystère : celui du chiffre "cinq" et celui qui unit le peintre Gustave Klimt et la belle Ana.

Bingo donc pour notre romancière qui avec cette " belle Epoque" a suscité d'abord chez moi et puis bientôt chez vous ( car vous êtes tous curieux n'est-ce pas et que vous ne comprenez rien à mon charabia ! ) un questionnement bien à propos....Mensonge...Vérité...?? Lisez vous-même...

Carine-LAure Desguin

Une lecture passionnante!

10 étoiles

Critique de Paia (, Inscrite le 26 février 2009, 70 ans) - 8 mai 2010

Une belle époque, retenez ce titre. Kate arrive à utiliser un décor tout à fait actuel – l’internet – pour nous parler d’une belle époque translucide comme un vitrail, lumineuse et gaie. Les conversations sont fluides, soutenues par un langage soigné qui ondoie comme un ruban ou une mèche de cheveux au vent, en coup de fouet comme le style art nouveau. La curiosité du lecteur est accrochée tout de suite, titillée, trompée, ranimée tout au long du récit. Les surprises se succèdent, les questions se superposent, l’Histoire s’en mêle, ainsi que l’histoire de l’Art, le tout subtilement mêlé aux joies et inconnues des forums ou salons de discussion sur Internet.

Que l’on ne se laisse pas décourager par le point de départ très moderne que Kate Milie a choisi. On est loin de s’abîmer dans le monde des abréviations douteuses et d’une orthographe massacrée, que nenni ! Les personnages qui apparaissent dans ce salon de discussion et le forum le font avec grâce et même, une recherche de vocabulaire qui aurait mis Voltaire à l’aise. Et, habile metteur en scène, Kate leur donne tant de vie qu’ils semblent lui tirer leur révérence et agir pour leur propre compte. Pour notre plus grand plaisir.

Quand on a refermé l’ouvrage, les questions continuent de partir et revenir sur un air de valse viennoise. Et Klimt a gagné de nouveaux adeptes !

Forums: Une belle époque

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Une belle époque".