Bambois, la vie verte
de Claudie Hunzinger

critiqué par CC.RIDER, le 27 novembre 2009
( - 62 ans)


La note:  étoiles
Un retour à la terre réussi
Combien de gens n'ont-ils pas rêvé de vivre loin des contraintes du monde industriel et de l'aliénation de l'hyper-consommation ? Beaucoup s'y sont essayé. Quelques-uns ont persévéré. Fort peu se sont maintenus. Claudie et Francis Hunzinger, eux, ont parfaitement réussi leur reconversion. Etablis dans une bergerie des Hautes Vosges, ils sont devenus bergers puis tisserands. Ils furent les témoins et les précurseurs d'une société nouvelle qui voulait camper en marge de la société de consommation et lui devoir le moins possible.
Sans un sou, ils se lancent en 1965 dans l'élevage des brebis, puis s'orientent en 1968 vers l'artisanat. Ils décident que leur troupeau retrouvera sa fonction primitive : devenir porte-laine. Ils se mettent à filer la laine, à teindre les toisons avec les plantes qui poussent dans la montagne (genêts, myrtilles, boutons d'or) et à les tisser pour en faire de beaux objets. Leur vie est dure, mais belle et gratifiante.
Un magnifique témoignage bien dans le ton d'une époque romantique qui se relit avec plaisir d'autant plus qu'il peut être utile car les explications techniques ne manquent pas. Le rêve des Hunzinger est toujours d'actualité. Il est même encore plus prégnant aujourd'hui avec la crise. Malheureusement, ce livre n'est pas réédité et ne peut donc plus se trouver que chez les soldeurs, les bouquinistes (ou sur internet).