Au nom des enfants du monde
de Caroline (princesse de Monaco), Dominique Simonnet

critiqué par Fabrice ROUDERIES, le 16 novembre 2009
( - 45 ans)


La note:  étoiles
Une princesse courage.
Les amateurs de Voici, Gala et autre presse-people resteront sur leur fin car elle ne parle dans ce livre, ni de ses amis, ni de ses amours et encore moins de ses emmerdes…non, on découvre ici une Caroline de Monaco engagée, une militante des droits de l’enfant qui est à la fois Présidente de l’Association Mondiale des Amis de l’Enfance ; Présidente de la Fondation Princesse Grâce ou encore ambassadrice de bonne volonté auprès de l’Unesco.
Son Altesse Royale la Princesse de Hanovre se livre à son co-auteur, Dominique Simonnet, à travers un entretien d’une centaine de pages au style très journalistique.

L’utilisation du terme " pédocide " dès la première phrase de l’ouvrage de Caroline donne le ton du propos… offensif !
Elle y dénonce pêle-mêle le néo-colonialisme des pays occidentaux qui « détruisent, directement ou indirectement plus de vies d’enfant qu’ils espèrent en sauver » ; la corruption des dirigeants des pays sous-développés qui captent régulièrement les aides censées améliorer l’existence fragile des populations ; ou encore l’Islam radical qui « maintient les femmes dans l’ignorance, soumises, torturées, voire assassinées au nom de l’honneur du mari ».

Dès le premier chapitre elle souligne le rôle de la mondialisation dans la misère qui touche les enfants de certains pays et l’impuissance du politique de ces Etats dont elle affirme "que les gouvernants ne prennent plus leurs décisions en fonction de l’intérêt général ou de leur projet politique, mais seulement en fonction des intérêts économiques…" ; rajoutant par ailleurs qu’ils "sont désormais pieds et poings liés, impuissants devant les grands groupes multinationaux".
Elle semble découvrir cette situation, non sans un brin, à mon sens, de naïveté…mais faut-il rappeler que c’est déjà le cas dans l’ensemble des pays industrialisés depuis des dizaines d’années. En effet, le politique n’a plus de réel pouvoir sur la sphère économique et se contente de plus en plus des miettes expliquant ainsi le repli du politique sur les questions sociétales…
Il était donc d’évidence que ce qui est valable pour les politiques de nos pays industrialisés, l’est d’autant plus pour ces pays sous développés où déliquescence et corruption règnent en maître.

J’ai craint, à la lecture des chapitres suivants, que la Princesse ne cède aux sirènes du sentimentalisme ambiant ou qu’elle ne se livre à un antagonisme trop manichéen qui consisterait à culpabiliser les vilains occidentaux qui manipuleraient les pays pauvres excluant toute responsabilité des dirigeants de ces peuples.
Il n’en est rien, ses analyses de la situation de l’enfance dans ces territoires défavorisés sont assez justes.

Tout d’abord, j’approuve totalement l’idée (qu’elle met en œuvre dans ses fonctions) selon laquelle il vaut mieux une action financièrement modeste mais très ciblée et donc plus efficace qu’un saupoudrage généralisé à grand renfort de millions d’euros, dont on ne sait d’ailleurs souvent pas, à quoi (ou à qui) ils servent véritablement.

Ensuite, je partage également son point de vue indiquant que la seule issue favorable au développement de ces peuples est l’éducation. L’éducation des enfants évidemment mais aussi celle des femmes soumises au poids des traditions, de la famille et surtout de la religion, notamment dans les pays africains à dominante islamique.

Seul bémol que j’émets à l’avant dernier chapitre, où elle critique la lenteur des débats institutionnels "pour savoir si oui ou non, il faudrait condamner les parents qui donnent une fessée à leur enfant".
J’ose espérer qu’il s’agit là d’une remarque devant être prise au second degré car parler dans un même chapitre de "crime contre l’enfant, crime contre l’humanité"… et de fessée est d’aussi mauvais goût que de comparer les rafles des juifs durant la seconde guerre mondiale avec l’expulsion des clandestins de la « jungle de Calais ».
Une femme engagée 10 étoiles

Loin de l'image glamour et jet-set de Monaco, la princesse Caroline répond en toute franchise aux questions de Dominique Simonnet sur ses combats sociaux et humanitaires depuis une trentaine d'années.

Tout commence à ses 21 ans lorsque la princesse Grace la nomme à la tête du Comité National Monégasque pour l'année des droits de l'enfant de l'Unicef. Elle organise une marche parrainée qui permet de financer un dispensaire et une classe en Afrique. L'excédent est placé à la banque et les 2.000 euros annuels d'intérêts servent à acheter du matériel médical ou scolaire.

En 1982, suite au décès de sa mère, la princesse Caroline reprend la présidence de la Fondation Princesse Grace qui est très active en France et à Monaco : bourses pour des étudiants en danse et en musique, achat de fauteuils roulants pour des démunis, financement du 1/3 du budget de trois grands laboratoires, présence dans 36 hôpitaux pédiatriques (organisation de classe hôpital, construction de maisons pour les parents, p.ex.), etc.

La princesse devient, en 1993, la présidente de l'Amade (Association Mondiale des Amis de l'Enfance), créée par sa mère en 1963, qui battait de l'aile à cette époque. Elle veut soutenir des projets concrets et des structures d'accueil ne dépassant pas une vingtaine d'enfants : "Vous l'avez compris, j'ai pour ma part une certaine méfiance à l'égard de toutes ces grandes instances internationales : il y a souvent beaucoup de paroles pour peu de résultats (...) Ce n'est pas en étalant nos bons sentiments que l'on peut vraiment aider les enfants, mais avec des actions très concrètes".

Parmi les projets soutenus par l'Amade (parfois en collaboration avec le gouvernement monégasque) : création du premier centre de référence de la drépanocytose au Niger, construction d'une maison d'accueil pour délinquants au Brésil, formation de chirurgiens du Laos pour pouvoir opérer les bébés atteints de malformation faciale, création d'un atelier de tapis au Cambodge avec les chutes d'entreprises textiles, programme de dépistage et de soins pour 10.000 enfants du Burundi, création d'un lieu d'accueil à côté de la prison de Phnom Penh pour les enfants incarcérés avec leurs parents détenus, etc.

L'Amade et la princesse Caroline tentent également de renforcer les lois internationales pour défendre les enfants, car la Convention des droits de l'enfant de 1989 n'est pas ratifiée par les Etats-Unis, n'est pas assortie de mesures concrètes et ne fixe pas de sanctions pénales pour les violations de ses principes. Ils ont déposé une loi modèle (adoptée à Monaco et en Suède) sur les crimes contre les enfants avec deux principes majeurs : l'extraterritorialité et l'imprescriptibilité.

La princesse est également ambassadrice de bonne volonté de l'Unesco pour l'éducation et l'aide aux jeunes filles en milieu rural. Elle est favorable au micro-crédit, au commerce équitable et à une loi pour décréter l'enseignement obligatoire pour les filles jusque 17 ans avec des amendes en cas de non-respect :

"Une femme instruite sait limiter le gaspillage des ressources, celles de ses proches comme celles du village, gérer le tri des déchets, économiser l'eau, etc. Elle sait aussi mieux maîtriser sa fécondité et celle de ses filles. Par l'éducation des femmes, on réduit les taux de natalité et la surpopulation, on diminue aussi les pathologies les plus courantes et notamment la mortalité infantile, et on sauve des enfants parce que les mères peuvent prendre de meilleures dispositions pour lutter contre les épidémies ou les maladies endémiques. Eduquer une femme, c'est éduquer toute une nation".

La princesse Caroline se désole du manque de bonne volonté du monde politique et cite l'expression de Churchill : "Les hommes politiques pensent à la prochaine élection. Un chef d'Etat pense à la prochaine génération". Elle n'a pas hésité à écrire au président Bush et à alerter l'opinion publique sur les déchets militaires toxiques laissés par les Américains aux Philippines, sur lesquels on a déplacé des populations. Mais elle n'a pas obtenu de résultat.

La princesse interpelle aussi les lecteurs : "Il y a des choses à faire dans sa propre rue. Certes, c'est moins romantique que de filer au bout du monde. On préfère cultiver l'idée d'aller un jour, très loin, en Afrique, et on s'imagine un peu en héros, avec un enfant dans les bras. Allez d'abord donner un coup de main au foyer d'aide à l'enfance ou à l'antenne d'accueil voisine, apportez des livres, des vêtements, etc.".

VLEROY - - 40 ans - 29 décembre 2013