Du néant de la vie de Arthur Schopenhauer

Du néant de la vie de Arthur Schopenhauer
( Parerga & Paralipomena)

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Philosophie

Critiqué par Bastien N., le 2 novembre 2009 (Inscrit le 28 septembre 2009, 29 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 3 723 

Pessimisme pragmatique, toujours.

Voilà un livre que je ne mettrai pas dans les mains d'un dépressif chronique, tant pour le thème abordé (la mort) que pour la manière dont il est traité (on sait tous que Schopenhauer n'était pas quelqu'un de jojo, pas vrai?). Enfin peu importe. "Du néant de la vie" est un court texte écrit en supplément du "Monde comme volonté et comme représentation", où Schopenhauer s'acharne, une fois de plus, à vouloir nous dépouiller de toute illusion et à nous faire accepter l'inévitable. Cette fois-ci, il s'essaye à nous faire définitivement renoncer à l'idée d'une vie dans l'au-delà et prône une vision de la mort proche du bouddhisme, qui oppose la vie définie dans le temps à l'immortalité située dans l'éternité. Tout cela avec son humour et son cynisme habituel, évidemment.
Le livre est composé de plusieurs parties dont la troisième est un complément de texte de Didier Raymond qui permet de mieux cerner la pensée de Schopenhauer et de rendre ce court bouquin très accessible (rappelons qu'il a rédigé plusieurs préfaces à propos de l'intéressé).

"Du Néant de la vie" est édité aux "Milles et une nuits", qui s'est spécialisé dans les petits chefs d'œuvres "pour le temps d'une attente, d'un voyage, d'une insomnie". Les livres de cette collections ne sont donc pas à redouter et coûtent très peu cher. Vous n'avez donc pas à hésiter pour vous jeter sur cette collection et sur ce bouquin en particulier.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Du néant de la vie

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Du néant de la vie".