Le Cycle de Cyann, tome 1 : La sOurce et la sOnde
de Claude Lacroix (Scénario), François Bourgeon (Dessin)

critiqué par Leura, le 25 décembre 2001
(-- - 68 ans)


La note:  étoiles
Une merveille
Bourgeon aime les défis et se remettre en question. Après des oeuvres aussi magistrales que "les passagers du vent" ou "les compagnons du crépuscule", il aurait pu se cantonner dans la BD historique où il excelle.
Ici, il a choisi le thème de la science fiction. Dans un monde situé en dehors de notre espace-temps, vit la jolie et insouciante Cyann. Elle fait partie de l'aristocratie de la sonde, dont la rivale, la source, essaie de ravir la place. Elle sera amenée par les circonstances à monter une expédition sur une autre planète, qui changera complètement son destin. Je ne veux pas en dire plus pour ne pas déflorer le sujet.
Quelqu'un m'a dit un jour que le véritable maître en matière de BD est celui qui arrive à créer un monde, et c'est manifestement le cas ici. Bourgeon a imaginé deux autres planètes avec leur faune, leur flore, leurs lois physiques, leurs maladies, avec une précision hallucinante aussi bien sur le plan du scénario que du dessin.
Complexe mais exaltant 8 étoiles

Il faut s'accrocher un peu pour entrer dans l'histoire. D'abord le découpage des premières cases lors de l'escapade nocturne de Cyann n'est pas toujours évident à suivre. Ensuite le monde créé par Bourgeon et Lacroix, complexe et codifié, ne se comprend qu'au fur et à mesure de la lecture. Mais une fois embarqué difficile de rester insensible à cet univers violent et sensuel.
Les dessins sont une fois de plus superbes, le scénario gagne en intensité au fil des pages et les personnages dégagent pour la plupart une duplicité stimulante.
L'ambiance de l'ensemble n'est pas sans me rappeler celle de Dune d'Herbert.

Elko - Niort - 43 ans - 26 octobre 2013


Un monde fascinant 8 étoiles

J’ai d’abord eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire. La source, la sonde et le monde étrange dans lequel se promène Cyann n’est pas facile d’accès. Heureusement cette longue BD nous laisse du temps pour nous familiariser avec cet univers si particulier. Une fois ce cap difficile passé, j’ai beaucoup apprécié cette aventure et ses intrigues entre factions rivales. Le dessin est superbe et possède beaucoup de personnalité. L’architecture, la faune, les véhicules renforcent encore l’impression d’entrer dans un monde différent qui devient vite fascinant pour le lecteur comme moi qui aime justement beaucoup ce genre de création originale. Quand à Cyann, Nacara et Crysane, elles ne laisseront aucuns lecteur mâle indifférent.

Une vraie réussite donc et j’ai hâte de découvrir la planète IlO dans le prochain album.

Kabuto - Craponne - 59 ans - 30 septembre 2011


Graphisme magnifique 8 étoiles

Le dessin de cette BD m'a enchanté, le scénario tient bien la route. Le seul bémol est le nombre incalculable de nouveaux noms, entre les différents personnages, "ethnies", planètes, objets, animaux. Je dois avouer qu'arrivé à la fin, j'ai encore le cerveau embrouillé. J'ai beaucoup aimé.

GilB - - 43 ans - 28 août 2011


La planète enchanteuse 8 étoiles

Avec ce premier tome, Bourgeon a su créer un monde foisonnant et très diversifié, avec ses planètes, chacune avec sa propre culture, ses villes, ses créatures, dans une démarche qui s’apparente à celle de Tolkien… le seul lien avec notre Terre étant l’espèce humaine, venue coloniser la planète Ohl dans un passé si lointain qu’il confine à l’oubli... Le graphisme est d’une précision quasi-maniaque et d’une beauté époustouflante. Bourgeon montre une fois encore son penchant quasi obsessionnel pour les jolis corps féminins dénudés, mais n’en réduit pas pour autant la femme à un objet, car comme dans les plupart de ses histoires, cette dernière occupe le premier rôle, utilisant ses atours charnels comme une arme de séduction massive… et de pouvoir…

Je suis toujours gêné avec ce premier tome qui me ravit autant par son graphisme sublime qu’il ne me laisse dubitatif par son scénario parfois confus et poussif. Certes, il était utile de poser les bases de l’univers complexe entourant cette saga, mais il me semble que l’auteur aurait pu le faire de manière plus simple, car ici, je dois dire qu’en ce qui me concerne, j’ai toujours un peu de mal à rentrer dans l’histoire. Il faut en fait s’accrocher durant les cinquante premières pages pour voir l’histoire vraiment décoller, mais cela en vaut la peine.

Blue Boy - Saint-Denis - - ans - 22 février 2011