Ce que je sais de Vera Candida
de Véronique Ovaldé

critiqué par Papyrus, le 13 octobre 2009
(Montperreux - 59 ans)


La note:  étoiles
une fable tropicale et universelle
Dans cette fable sur fond d'Amérique du Sud et de climat tropical, Véronique Ovaldé explore l'âme humaine dans tout ce qu'elle contient de noirceur et de luminosité. Des femmes intelligentes et libres, mais aussi prisonnières et fatalistes nous livrent, au travers d'une écriture étonnante, fluide et lumineuse, incisive et ironique, leurs sentiments intimes. Rose, Violette et Vera Candida, de mère en fille, composent avec le secret de leur lourd destin et tissent des liens forts, qui les unissent par delà la mort.
C'est d'amour qu'il est question au fil de ces 283 pages qui nous transportent de l'île de Vatapuna , berceau de cette famille de femmes sans hommes jusqu'à Lahomeria, une ville du continent. C'est là que Vera Candida vaincra ses préventions bien légitimes contre les hommes, trouvera l'amour et au final renouera les fils distendus de son passé.

Tout le charme de ce beau roman réside dans l'ambiance qu'il dégage, davantage que dans le scénario au demeurant assez simple et dont la part secrète est inscrite en filigrane dès les premiers chapitres. Ce drôle de voyage dans l'univers de ces trois femmes est porté par la plume assez réjouissante d'une Véronique Ovaldé, déjà récompensée par le prix France Culture-Télérama 2008 pour son roman « Et mon coeur transparent ».
Voilà une belle lecture de rentrée qui mériterait bien d'être distinguée pour son originalité et son style dans la foultitude des productions de rentrée littéraire.
Une saga tropicale haute en couleurs 8 étoiles

Ces quatre femmes sont fortes, courageuses, amenées à assumer leurs défauts et leurs aléas de la vie, parfois, voire souvent, violents. L'humour et la bienveillance ne manquent pas dans cette saga familiale haute en couleurs. Elle s'avère enrichissante par ce qu'elle apprend de ce pays, bien que le territoire choisi soit imaginaire.
Divertissant et instructif, ce roman est peut-être un peu trop long et riche en rebondissements, une concentration minimale étant de mise, mais il est largement à recommander. Laissez-vous guider et réjouissez-vous.

Veneziano - Paris - 42 ans - 18 septembre 2015


Extrait simple du grand livre de la vie 6 étoiles

Ce livre est le récit de la vie d’une lignée de 4 femmes sans père officiel qui vivent seules sur une petite île luxuriante d’Amérique du sud. La 3ème partira enceinte pour le continent pour essayer de rompre avec cette fatalité. L’histoire est plate, sans aspérité, racontée de façon naturelle et sans réel mystère. Un épisode calme de la réalité quotidienne où l’émotion est tenue à distance.

Au niveau du style, les phrases courtes sont souvent séparées par des virgules au lieu de points, probablement pour éviter les relatives. L’œil passe dessus et corrige mais c’est un peu agaçant.

IF-0514-4233

Isad - Occitanie - 60 ans - 11 juin 2014


Drame féminin et moiteur tropicale 10 étoiles

Je suis littéralement restée scotchée à ce livre que l'on m'a prêté. Au delà de l'histoire qui est très intéressante et intrigante, j'ai vraiment adoré l'écriture Véronique Ovaldé. Son écriture est à la fois légère et toujours juste. Chaque phrase provoquait dans mon esprit la construction d'une image très nette. Je vais m'empresser de lire les autres romans de l'auteure.

Mithrowen - La Chaux-de-Fonds - 31 ans - 10 septembre 2012


Histoire de femmes 8 étoiles

Il n’est guère question que de femmes dans ce roman, et pas n’importe lesquelles. Deux hommes s’y distinguent aussi, un en héros positif ; l’amoureux de Vera Candida, Itxaga, et l’autre en salaud absolu – d’où pratiquement les errements de la lignée de Rose Bustamente découlent, Jeronimo.
Le cadre ? Une île, ou un rivage d’Amérique Centrale, Caraïbes. Un cadre imaginaire : l’île, Vatapuna et une ville du « continent : Lahomeria.
Rose Bustamente s’est retirée des « affaires », prostituée en rupture d’activité, pour venir goûter des jours plus sereins dans sa cabane sur une plage de Vatapuna, à vivre libre et pêcher à l’épuisette des poissons volants. Mais le mal(e) passe par là, Jeronimo, qui a fait bâtir son « château » sur les hauteurs et qui prétend avoir la vue offusquée par la cabane de Rose. Rose partie négocier avec Jeronimo subit la situation et se retrouve enceinte de Violette.
Violette est un personnage mineur dans le roman, simplette et fille facile. Mais Violette est surtout la mère de la fameuse Vera Candida. Vera Candida qui va être élevée par sa grand-mère, Rose, et qui va subir un sort comparable à celui de celle-ci. Partie rencontrer Jeronimo, elle en sort violée, elle aussi, et enceinte à quinze ans.
Vera Candida préfère alors quitter l’île et se retrouve à Lahomeria. Apparition de Itxaga, et de Monica-Rose, sa fille. Quatre générations de femmes tout de même.
Outre ces considérations sociétales, il y a de très beaux passages sur la nature tropicale, sur la condition féminine en milieu machiste avéré et sur les techniques de survie de femmes fracassées par la vie et l’égoïsme masculin.

« Le chauffeur referme la porte coulissante et démarre.
Vera Candida pose son sac, elle respire l'odeur des palétuviers, la poussière de la route, le gasoil, et les effluves du matin caraïbe - le ragoût et les beignets -, elle perçoit le jacassement des télés et des radios par les fenêtres ouvertes - il doit être sept heures sept heures trente, estime-t-elle -, le ressac de la mer en arrière-plan, un chuintement discret, elle reprend son sac et traverse le village, se dirige vers la cabane qu'elle a quittée vingt-quatre ans auparavant.
Il y a un snack à la place.
Une baraque en tôle cadenassée. Vera Candida s'approche pour jeter un oeil à travers la porte vitrée, les relents persistants de graillon lui rappellent l'état de son estomac, elle se sent nauséeuse, elle jure entre ses dents, Putain de putain, elle s'attendait de toute façon à ce que la cabane en bois ait été rasée, c'était couru d'avance, elle le savait, n'est-ce pas, avant d'avoir entrepris le voyage, alors pourquoi a-t-elle entrepris ce voyage, elle entrevoit des tabourets retournés sur les deux tables et un comptoir bricolé avec du bois de récupération, elle s'assoit sur son sac et reprend son souffle, elle croise ses mains devant elle, voit ses doigts se superposer les uns aux autres, elle pense à ce que charrie son sang, elle pense à son corps qui déclare peu à peu forfait, elle a la tentation de se laisser aller à un désespoir tranquille. Elle ne se sent pas si mal, elle se sent juste en proie à la fatalité. »

Tistou - - 63 ans - 11 juillet 2012


Quatre générations de femmes solitaires … 8 étoiles

Il reste peu de temps à vivre à Véra Candida, jeune femme mystérieuse qui revient sur les lieux de son enfance, à Vatapuna, une île hispanique imaginaire, quelque part au large du Nouveau Continent …

Ce pèlerinage est l’occasion pour l’héroïne de se remémorer un lointain passé, aux côtés de sa grand-mère Rose Bustamente, la pute au caractère volontaire, pêcheuse de poissons volants. Sont également évoqués la courte vie de sa propre maman, Violette, au profil incertain ainsi que la naissance de Monica, la fille de Véra.

L’auteure nous offre ici les portraits de quatre générations de femmes enracinées dans une solitude farouche et dont on suit sans se lasser les parcours aventureux, traversés par des hommes de passage.

(p. 284) - " Depuis qu’elle est partie, elle a l’impression que le temps se déroule à un rythme différent, elle se demande s’il en est de même pour lui. La vie commune c’est le temps et le déni du temps. Je ne me suis pas vue vieillir dans son regard. (…) Elle se sent d’une solitude infinie sans son interlocuteur coutumier (…) Et que faire maintenant de tout ce que je sais de lui ? Que faire de mon extrême et si vaine connaissance de lui ? "

Ce roman dense, d’une grande intensité dramatique, malgré l’humour sous-jacent, évolue autour des comportements de Véra Candida, à la fois poignants et détachés de tout. Les clés décryptant ce profil énigmatique nous seront livrées à la fin de l’ouvrage, tout à la fois attachant et teinté de nostalgie.

Ori - Kraainem - 84 ans - 28 juin 2012


Courage et résignation des femmes de Vatapuna 8 étoiles

Un très joli roman sur quatre générations de femmes issues d'une île mystérieuse, inventée mais d'une grande réalité quant à la situation géo-politique de certains pays d'Amérique Latine.
On s'attache très vite aux héroïnes admirables telles que Rosa Bustamente, puis à sa petite fille Vera Candida, femmes acceptant et s'adaptant à leurs conditions dans un univers machiste et effrayant.

Malgré la ponctuation minimaliste qui demande un effort d'attention - Il ne faut pas oublier le moindre mot comme le pronom « se » si on veut savoir si le personnage « se »parle ou parle à son interlocuteur- j'ai beaucoup aimé l'ambiance, la description des décors et des environnements et éprouvé de la tendresse pour ces personnages.
Un très bon moment de lecture.

Marvic - Normandie - 61 ans - 11 avril 2012


une jolie fable 10 étoiles

Ce roman se déroule dans un pays imaginaire, une île appelée Vatapuna, sur laquelle vit Rosa Bustamente, une prostituée à la retraite qui passe désormais son temps à pêcher des poissons volants et qui vit paisiblement dans sa cabane sur la plage. Son destin va basculer le jour où elle va rencontrer le riche Jéronimo qui veut démolir sa cabane pour pouvoir jouir depuis son palais, d’une vue meilleure sur la plage. En allant négocier avec Jéronimo, celui-ci violera Rosa et de cette union forcée naîtra Violette, fille simple d’esprit, morte prématurément mais qui donnera naissance à Vera Candida qui quittera l’île enceinte à 15 ans, fruit du viol de son grand père. Elle rejoindra un pays nommé Lahomeria où elle va tenter de briser la fatalité qui lie toutes les femmes de sa famille.
Nous allons suivre cette femme libre et cette mère courage vivre au rythme de son destin parsemé de rencontres plus inattendues les unes que les autres. Ce que je sais de Vera Candida est un véritable conte philosophique, Véronique Ovaldé nous offre une fable extraordinaire sur la condition des femmes face à la domination des hommes, sur la fatalité d’une lignée de femmes, quatre générations, malmenées par la vie et par les hommes. Le style littéraire est très original et la ponctuation fantaisiste donne un rythme particulier au roman. Je me suis attachée aux personnages et fus heureuse de les suivre le temps de ce roman.

Poki - - 45 ans - 26 février 2012


Une histoire de femmes latines … 8 étoiles

J’ai découvert Véronique Ovaldé avec ce roman, une bonne surprise. Une construction du roman classique mais une écriture fluide, une ambiance latine, de belles femmes font de ce roman un bon moment de lecture, 48 heures ont suffi. Un roman comme je les aime qui m’a transporté, la cruauté de la vie de ces quatre générations de femmes, principalement Rose et Véra, est abordée avec justesse sans mélodrame.

Ichampas - LAMBALLE - 56 ans - 22 février 2012


CHAUDEMENT RECOMMANDE 9 étoiles

C'est un livre que l'on m'a prêté, et c'est un bon moment que l'on m'a fait passer.
Au delà du tragique destins de ces femmes, il y a la chaleur des tropiques, cette moiteur, cette transpiration qui vous imbibe, nous sommes dans la jungle.
Nous sommes sous des latitudes où les gens sont victimes de leur vie, ils sont dans la fatalité des jours qui passent.
Mais Vera Candida va fuir, aller loin rompre ce cercle infernale, elle va construire sa vie tant bien que mal pour éviter à sa fille de connaître le même destin.
Le plume de l'auteur est légère et rythmée, elle nous entraîne avec elle sur le fleuve de ses mots et nous incite à suivre l'histoire de ses héroïnes.
Bref un moment de lecture.

Esblandin - colomiers - 38 ans - 17 février 2012


Magie et destin 7 étoiles

Dans un pays d'Amérique latine indéfini, quatre générations de femme se succèdent. Quatre femmes qui tentent seules de bâtir leur destin. Quatre générations dominées par la figure de la première au caractère trempé et au pouvoir quasi magique. Quatre générations qui trouvent leur aboutissement dans Vera Candida qui décide de quitter l'atmosphère légèrement surnaturelle son île natale pour rejoindre le monde réel du continent et qui se réconciliera avec la société et avec les hommes.

La structure et le thème sont classiques. L'écriture est fluide, évocatrice. La pointe d'humour et de magie ne sont jamais loin et viennent sauver l'ensemble qui serait sinon un peu plat. Un bon moment de lecture.

Romur - Viroflay - 46 ans - 28 janvier 2012


Une ambiance latina 6 étoiles

Par hasard, j'ai acheté ce livre. J'ai été assez ébloui par la nonchalance qui y est mise en valeur. Nonchalance que les personnages acceptent tout comme leur destin.
Le destin de ces femmes est identique et se reproduit sur plusieurs génération. La condition de la femme est ainsi mise en valeur dans un pays imaginaire.
J'ai apprécié ce roman et l'écriture fluide. On passe un bon moment.

Mallaig - Montigny les Cormeilles - 43 ans - 20 décembre 2011


Briser la fatalité ! 6 étoiles

Beaucoup de choses ont déjà été écrites sur ce roman et je m'associe à la majorité ; un livre très agréable !

4 générations de femmes :

- la grand-mère ; Rose Bustamente , " meilleure pêcheuse de poissons volants , qui avait été la plus jolie pute de Vatapuna ".
- la mère ; Violette ( fille de Rose et de Jéronimo ) une idiote à la libido débridée , enceinte à 15 ans .
- la fille ; Vera Candida , fille d'une idiote et d'un benêt ; violée par son grand-père à 15 ans et pour qui il était nécessaire de s'en aller pour rompre la fatalité.
- l'enfant ; Monica Rose , en quête d'un père qu'elle ne connait pas et d'une mère dont elle s'éloigne.

Un hommage à la femme ; ses forces ( caractère , volonté ) et ses faiblesses . Un fort réquisitoire contre le viol et les conséquences sociales . ( les foyers des filles-mères ,la honte , la solitude )
Un conte exotique , aux lieux imaginaires ( teintés d'Amérique latine ) . Une nature luxuriante ( faune et flore omni présentes )
Le poids de la croyance , une porte de sortie par l'éducation ( le livre , l'art ) et l'Amour.
Quelques belles phrases :
" Il faut que tu ne saches plus où commence ton corps et où finit celui de l'autre " .
" Elle eut envie de lui faire confiance , de déposer dans les mains de cet homme , la majeure partie de son fardeau " .

Pas de la grande littérature mais un bon roman , où l'émotion est présente , les personnages attachants et l'histoire profonde.
Je vous invite à parcourir l'excellente critique de BMR et MAM.

Frunny - PARIS - 54 ans - 16 août 2011


Atmosphère 7 étoiles

Ce livre vaut surtout par l'ambiance latino sud-américaine qu'il dégage. Dans la fin du deuxième tiers il m'a un peu ennuyée mais c'est un livre qui laisse des traces

Eoliah - - 69 ans - 28 octobre 2010


Telle mère, telle fille ... 7 étoiles

Avec ce qu'elle sait de Vera Candida, Véronique Ovaldé nous conte une fable baroque et colorée dans une amérique latine imaginaire.
Une mini-saga, depuis la grand-mère (Rose) à la petite-fille (Vera Candida), en passant par une mère (Violette) un peu demeurée. Et même jusqu'à la génération suivante (la petite Monica Rose).
Une histoire agitée : la grand-mère Rose exerçait le plus vieux métier du monde et la Violette un peu simplette était du genre facile.
Heureusement, Vera Candida trouvera, un temps du moins et après quelques péripéties dignes de ses aïeules, un peu d'amour auprès du bel Itxaga :

[...] On lui aurait annoncé qu'il ne pourrait jamais coucher avec Vera Candida mais qu'il aurait le droit de rester avec elle sa vie durant, Itxaga aurait signé immédiatement. Il se rendit compte que ce qu'il voulait faire le plus intensément du monde c'était lui rendre service. Il se dit, Je vieillis. Merde.

Mais Véronique Ovaldé souffre, comme beaucoup de ses confrères de l'hexagone, du syndrome aigu de l'écrivain-français-à-la-mode et se croit donc obligée, sans doute pour faire branchée in, de faire des effets de mots entre chaque virgule.
C'est parfois adroit et bien venu :

[...] Pendant des années, quand Monica Rose s'assoirait sur le canapé entre Vera Candida et Itxaga, elle se serrerait contre eux, bougerait son minicul comme si elle faisait un nid, les prendrait par le bras et dirait, On est bien tous les deux.
La première fois, Vera Candida rectifierait, On n'est pas deux, on est trois.
Et Monica Rose répondrait, On est bien quand même.

Mais il faut bien avouer qu'au fil des pages, on se lasse. Je dis, On se lasse.
Reconnaissons à la décharge de Dame Ovaldé que Vera Candida est arrivée après les fraîches et limpides Prodigieuses Créatures : ça ne pardonne pas et le challenge était difficile à relever. Deux histoires de femmes écrites par des femmes : l'une nous a véritablement emporté sur les plages anglaises du XIX°, l'autre nous aura amusé ... quelques pages.
La fable de Vera Candida ressemble plutôt à celle que Carole Martinez nous avait déjà contée en Espagne avec son Coeur cousu : mêmes qualités ... et mêmes défauts.
Pour celles et ceux qui aiment les tropiques.

BMR & MAM - Paris - 59 ans - 11 octobre 2010


4 générations 8 étoiles

je souhaite parler de la présence de la dernière génération de femme.
Monica rose en naissant et vivant loin de l'île magique semble protégée du sort qu'a connu sa mère grand mère et arrière grand mère: elle ne sera pas violée et pourra vivre pleinement sa vie de femme.

Ptitnine - - 41 ans - 27 juillet 2010


Vera Candida et Rose : MERES COURAGE 8 étoiles

Véronique Ovaldé nous relate la vie de Vera Candida, petite-fille de Rose Bustamente.
Avec ce roman, Véronique Ovaldé a obtenu le Grand Prix du Roman des Lectrices de Elle 2010. En 2008 lui revient le Prix Télérama avec Et mon cœur transparent. En 2006, La très petite Zébuline lui vaut la Bourse Goncourt du livre jeunesse.
Vera Candida débarque sur l’île de Vatapuna, lieu où elle a grandi auprès de sa grand-mère Rose Bustamente. Sa mère ? Juliette n’a pas été à la hauteur de son éducation. Son père ? point d’interrogation. Son grand-père paternel ? Un autre mystère autour du peu recommandable Jeronimo. Rose ? une grand-mère Courage qui vit âprement. Véra Candida ? une existence mouvementée avec en fil rouge détermination, souci de la justice, aucune compromission.
Vatapuna, kesako ? Une île imaginée par l’auteur, non loin d’un pays d’Amérique latine où s’enfuit Vera Candida. Celle-ci se refait une nouvelle vie avec sa fille Monica Rose, mais une vie dangereuse, son sens de la justice s’agrémentant mal au régime politique en place.
Véronique Ovaldé maîtrise bien sa plume en l’adaptant aux personnages qu’elle fait vivre. Le comportement de chacun correspond au niveau de langue adopté et suit ainsi leur psychologie : naïveté, détermination, courage face à l’adversité.

Ddh - Mouscron - 78 ans - 14 juillet 2010


Trois générations de femmes 8 étoiles

Vera Candida, fille de Violette et petite-fille de Rose Busquamente : trois femmes lation-américaines, pulpeuses, mangeuses d'hommes, mais qui se feront avoir jusqu'au trognon par ceux-ci.

L'auteur, que je découvre avec ce roman, a vraiment un grand talent de conteuse. Le décor imaginaire, l'action se passe dans une île tropicale et dans une grande ville d'Amérique du sud, est très bien rendu (on s'y croirait, comme on dit). Les personnages sont haut en couleurs et très sympathiques. Que vouloir de plus ? C'est clair qu'on passe un bon moment. Mais c'est clair aussi que ça ne laisse pas une trace inoubliable.

Saule - Bruxelles - 54 ans - 9 juin 2010


Belle découverte! 9 étoiles

C'est sur les conseils de notre libraire que Monsieur m'a offert ce voyage...je n'aurais pas de moi même été à la rencontre de Vera Candida. J'ai passé un très bon moment avec ces générations de femmes bien qu'il n'y ait rien de vraiment gai.
Un très beau conte moderne, une leçon d'humilité aussi...A lire et à relire avec une limonade, bien installé(e) dans un fauteuil sous le soleil du printemps. Bonne lecture!

Adl - - 40 ans - 5 avril 2010


Une écriture à la cadence tropicale 6 étoiles

Une écriture au rythme d'une biguine, ou bien d'une bossa nova. Une écriture amusante avec beaucoup de précision entre parenthèse. Ce roman est agréable à lire. L'histoire est sympathique. Je suis curieuse de savoir si les autres romans de Véronique Ovaldé sont de la même trempe.

Mcchipie - - 42 ans - 15 mars 2010


Fable philosophique sur la condition féminine 8 étoiles

Rose Bustamente, ancienne prostituée, espérait passer sur l'île de Vatapuna une retraite tranquille à pêcher des poissons volants le matin et à se reposer l'après-midi devant sa petite cabane construite sur la plage. Mais l'arrivée de Jéronimo, joueur professionnel fort riche va totalement bouleverser sa vie. Comme il veut faire disparaître sa cabane, Rose tente de négocier et se retrouve violée par lui. De cette étreinte, naîtra Violette, pauvre fille simple d'esprit et un tantinet nymphomane qui se retrouvera enceinte des oeuvres du fils du maire, accouchera et se révèlera incapable d'élever sa fille, Vera Candida, laquelle, à l'âge de quinze ans, quittera l'île enceinte suite à une visite à son « grand-père ». Arrivera-t-elle à briser le destin fatal de cette lignée de femmes qui se retrouvent mères sans l'avoir voulu et doivent élever seules leurs filles elles-mêmes promises au même avenir ?
Sur fond d'Amérique latine fantasmée et réinventée (tous les lieux sont imaginaires), Véronique Ovaldé nous propose une fable philosophique sur la condition des femmes, leur exploitation, le manque de respect des hommes à leur égard pour ne pas dire les violences qu'elles doivent subir (viol, inceste...). Les personnages positifs sont émouvants et attachants. On espère de tout coeur que la fille de Véra, Monica Rose, arrivera enfin à s'en sortir grâce aux études. L'histoire est exemplaire et symbolique à la fois. Dommage que le style ne soit pas vraiment à la hauteur : être fâchée avec la ponctuation traditionnelle et infliger au lecteur des phrases à rallonge pouvant atteindre une page entière est peut-être du dernier chic, mais cela n'apporte rien au confort de lecture. Dommage. En dehors de ce point particulier, rien à redire, un très beau roman que tous les machos devraient lire...

CC.RIDER - - 61 ans - 30 janvier 2010


Envoûtant 8 étoiles

Contrairement à son précédent opus "Et mon cœur transparent", j'ai trouvé ce roman de Véronique Ovaldé tout à fait bien écrit ; fluide, cohérent et limpide. Cette division en petits chapitres judicieusement intitulés contribue au plaisir de la lecture.

L'histoire, même si elle semble par moments et sur certains détails seulement, un peu loufoque est tout à fait prenante et ces originalités lui confèrent quelques accents d'une fable.

On se sent complètement transportée dans un autre univers et emporté par l'envie de connaitre la destinée de Vera Candida.

Le scénario est bien ficelé, inédit et les évènements ne se devinent pas de nombreuses pages à l'avance. Les thèmes abordés sont sur le fond assez lourds mais traités sans gravité ni mélodrame.

Voilà qui redonne envie de suivre cette auteure.

Maylany - - 39 ans - 4 décembre 2009