A l'ouest d'octobre de Ray Bradbury

A l'ouest d'octobre de Ray Bradbury
(The Toynbee Convector)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique , Littérature => Anglophone , Littérature => Nouvelles

Critiqué par Bleizmor, le 11 septembre 2009 (Bretagne, Inscrit le 3 janvier 2009, 47 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (20 340ème position).
Visites : 2 084 

La plume et l'imagination de Bradbury

A l'ouest d'octobre est un recueil de 23 nouvelles écrites par l'auteur de Farenheit 451. Comme cela est souvent le cas pour les recueils de nouvelles, celles-ci sont de valeurs inégales, allant du trait de génie à l'histoire badine sans intérêt.

Je passerai donc sur le récit de cet homme de 82 ans qui s'extasie sur le retour de sa virilité et souhaite le faire savoir à tout son entourage, ou sur cette histoire qui se focalise sur le partage des livres de la maisonnée par un couple en instance de divorce.

Par contre, je recommande vivement des nouvelles comme le "Voyageur de l'Orient Express", très belle parabole sur la disparition de l'imaginaire dans la société ou encore "l'âme soeur" qui reflète l'interprétation que l'on peut avoir de l'inconnu : dans un décor de science-fiction (semblable aux "Chroniques martiennes"), un autochtone vivant sur une planète colonisée par les terriens tend à idéaliser ces hommes débarqués sur son monde. Bradbury nous montre en parallèle ce que pensent ces terriens, ce qui mène à beaucoup de réflexions : en effet, le talent d'auteurs de science-fiction comme Bradbury est de se servir d'un décor plus ou moins futuriste pour nous montrer les travers de notre société, travers que l'on retrouve à toutes les époques. Cette nouvelle pourra ainsi nous rappeler les colonisations des différents continents de notre planète, l'égoïsme des peuples conquérants face à l'admiration et l'incompréhension des peuples assiégés ...

On peut encore citer quelques nouvelles plus imprégnées de fantastique, telles "la Trappe" qui rappelle les ambiances pesantes de Stephen King ou encore "A minuit au mois de juin", qui semble construite comme un film de David Lynch. La tension monte, le récit se poursuit malgré nous vers une destination inconnue, et nous savons que l'inéluctable va se produire, sans en avoir forcément compris les raisons. Un pur chef d'oeuvre d'anticipation.

Malgré beaucoup de nouvelles qui ne présentent aucun intérêt, ou seront qualifiées d'exercices de style, plusieurs récits ressortent nettement du lot, petites perles qui resteront gravées longtemps dans vos mémoires.

A cela, il ne faut pas oublier la plume de Bradbury qui est un grand écrivain, malgré la tendance française à dénigrer tout ce qui a trait de près ou de loin à la science-fiction. Il possède en effet un style littéraire que de nombreux auteurs français de renom pourront lui envier.

A l'ouest d'octobre vous tiendra donc agréablement compagnie et saura parfois vous surprendre par la profondeur de ses récits.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Splendeur

10 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 35 ans) - 1 octobre 2012

Ray Bradbury est (était) décidément un génie, et "A L'Ouest D'Octobre" (qui n'est pas une suite au "Pays D'Octobre", autre recueil de nouvelles fantastique), sans être son plus grand recueil (je lui donne tout de même la note maximale, car même quand Bradbury n'est pas au top niveau absolu, ça reste d"un niveau exceptionnel), est tout de même franchement admirable. Mention spéciale à "Banshee" et au court mais déchirant "Bénissez moi, mon père, parce que j'ai péché".
Sublime.

Forums: A l'ouest d'octobre

Il n'y a pas encore de discussion autour de "A l'ouest d'octobre".