Ciels
de Wajdi Mouawad

critiqué par Matthias1992, le 31 août 2009
( - 28 ans)


La note:  étoiles
Un geyser! Une claque! Un tsunami!
C'est un geyser! Une claque! Un tsunami! Un coup de poing qui fait beaucoup de remous dans les tripes.

Wajdi Mouawad écrit son livre dans une écriture charnelle, brute, concrète, viscérale qui parle directement aux sens et au corps sans détours inutiles ni fioritures superficielles. Et puis ce qu'il y a d'impressionnant chez lui, c'est cet aspect globalisant, totalisant, exhaustif. Mouawad parle de l'amour, de l'avenir, de la poésie, du bonheur, des familles, de la société, du monde, des mathématiques, de la politique, de la cruauté, du destin, des hasards, du sens d'une existence menée dans un capitalisme consumériste: en allant magistralement de l'Alpha à l'Oméga. Mouawad orchestre avec maestria ce drame contemporain dans lequel les protagonistes essaient en vain d'arrêter un attentat terroriste ayant lieu dans plusieurs musées du monde entier, en convoquant les grands tragiques grecs, et tous les éléments, mer et terre, et surtout les ciels, ici indénombrables. Évidemment, la mise en scène (créée cette année à Avignon) est encore plus mémorable, surtout de par la scénographie virtuose, l'implication du public, le grand soin accordé à la menace, exprimée de façon sonore et visuelle, le grand investissement des comédiens, et l'immense travail artistique et esthétique effectué sur ce texte. Néanmoins, le texte vaut déjà bien le coup d'oeil.