Les Anges se font plumer
de San-Antonio

critiqué par Hexagone, le 18 juillet 2009
( - 47 ans)


La note:  étoiles
Du rififi chez les ritals.
Bof Bof pour cet opus du maestro. On s'endort un peu dans cet hôtel de luxe au bord de l'Adriatique où Sana est venu démanteler un réseau de trafic d'armes. Toujours enjôleur de pépées bien roulées, fracassant dans ses façons et virtuose des pirouettes judiciaires, notre Sana s'offre une pause qui nous laisse sur notre faim. Un volume destiné aux fans insatiables qui voudraient comme moi lire l'intégralité de l'oeuvre. Il ya d'autres Sana beaucoup plus hilarants. Désolé maître, une étoile pour les anges, car qui aime bien châtie bien.