Les dieux ne valent pas mieux de Marie Phillips

Les dieux ne valent pas mieux de Marie Phillips
( Gods behaving badly)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Garance62, le 10 avril 2009 (Inscrite le 22 mars 2009, 55 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 600ème position).
Visites : 1 481 

Mythologie moderne décalée

Un des problèmes des dieux (ici ils sont grecs) est l'éternité. "L'éternité, c'est long surtout vers la fin" aurait dit Woody Allen. Les dieux s'ennuient donc.
L'histoire se passe au centre de Londres, dans un immeuble parfaitement décati, où les dieux, forcés de cohabiter ensemble s'ennuient profondément. Ils se connaissent depuis si longtemps ! Chacun vaque tout de même à ses occupations, ayant perdu de plus une bonne partie de leurs pouvoirs.
L'histoire va très vite prendre du relief quand Apollon, animateur de télévision va tomber éperdument amoureux d'Alice, une mortelle, technicienne de surface, qu'Artémis va faire rentrer dans leur demeure.
A partir de là, tout va se détraquer, pour notre plus grand plaisir !

Ce livre est drôle, d'un humour décalé (l'auteure est anglaise..), déjanté à souhait. Les dieux sont cocasses, humains (..) avec tous les défauts que cela suppose, inventifs. Les dialogues sont souvent succulents et l'imagination gentiment débordante de l'écrivaine nous entraine dans un monde divin où l'on s'aperçoit très vite que "les dieux ne valent pas mieux" que nous, pauvres humains !
A une époque où les livres drôles ne se battent pas sur les étals des libraires, la lecture de ce premier roman de Mary Phillips apporte une belle bouffée d'humour.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

total mytho

10 étoiles

Critique de Jfp (Yerres (Essonne), Inscrit le 21 juin 2009, 69 ans) - 30 juillet 2017

Une plongée dans l'univers de la mythologie grecque, revisité au travers de l'héroic fantasy. Les dieux grecs, ayant perdu une grande partie de leurs pouvoirs depuis l'extinction des croyances païennes, vivent reclus dans un quartier insalubre du centre de Londres, digne de Jack l'Éventreur ou de l'Opéra de Quat' Sous. Meurtres, disputes, alliances trompeuses, jalousies, mises au placard, bref on y retrouve le bruit et la fureur qui faisaient jadis le charme de l'Olympe et les délices des lecteurs de l'Iliade et de l'Odyssée. Par nécessité les dieux se sont reconvertis, Apollon fait de la télé-réalité, Aphrodite gère des sites pornos, Dionysos est patron de boîtes de nuit, et le reste est à l'encan. Cet équilibre précaire, qui dure pourtant depuis des millénaires, va être bousculé par l'intrusion de deux jeunes mortels, Neil et Alice. Neil aime en secret son amie Alice, dont Apollon va tomber follement amoureux au grand dam d'Aphrodite. De multiples rebondissements vont résulter de cette rencontre improbable, avec quelques morceaux de bravoure comme l'extinction du soleil et une visite homérique (sic) aux enfers. Marie Phillips sait nous captiver sans jamais sombrer dans le ridicule, piège dans lequel tombe assez souvent ce genre littéraire. On finirait presque par y croire…

Forums: Les dieux ne valent pas mieux

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les dieux ne valent pas mieux".