Les matinées sombres
de Narcisse Eyi Menie

critiqué par Imani, le 9 avril 2009
(Toulouse - 38 ans)


La note:  étoiles
saisissant.
Ce roman est touchant. Il nous plonge dans la vie d'une adolescente qui se débat avec les vicissitudes de la vie qui l'ont fait naitre dans une famille pauvre vivant dans un taudis et tirant le diable par la queue.

Elle se nomme Atsame et est dès sa naissance prédestinée, par sa mère, à se prostituer pour enrichir la famille. On lui a transmis à la naissance une "chose" sensée apporter la richesse à la famille. Cette "chose" la contraint à un comportement déshonorant pour son être. Elle le fait pour nourrir la progéniture de sa mère, veuve au chômage, dont l'unique fortune est entre les cuisses de sa fille.

Cette vie emprisonne Atsame qui ne peut rêver de mieux ; même pas de vivre l'amour fou dans les bras de cet étudiant qui souhaite faire d'elle sa femme.

Une vie tragique qui donne l'impression que le personnage principal n'a aucune emprise sur son destin. Elle ne peut décider de rien pour elle et subit le diktat d'une mère qui attend d'elle soumission à la vie communautaire.

Dur, dur, de s'échapper de cette vie. Le seul moyen de s'enfuir est... la mort.

Il faut le lire pour le croire. L’imagination parfois nous fait défaut quand il s'agit d'imaginer la misère morale, la cupidité et la détresse.

C'est un roman à conseiller à tous.