Mange, prie, aime : Changer de vie, on en a tous rêvé... Elle a osé ! de Elizabeth Gilbert

Mange, prie, aime : Changer de vie, on en a tous rêvé... Elle a osé ! de Elizabeth Gilbert
( Eat, pray, love : one woman's search for everything across Italy, India and Indonesia)

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Pascale Ew., le 8 mars 2009 (Inscrite le 8 septembre 2006, 52 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 13 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (20 721ème position).
Visites : 10 375 

Un an pour reprendre sa vie en mains

Elizabeth Gilbert raconte dans ce livre sa vie après son divorce. Après une sérieuse dépression, elle essaie de remettre sa vie sur ses rails et de mieux se comprendre elle-même. Elle se donne une année. Elle commence par renouer avec ses désirs et à réapprendre ce qu’elle aime. Sa première étape sera l’Italie, par amour de sa langue, qu’elle veut apprendre, tout simplement parce qu’elle en aime les sonorités.
Elle va reprendre les kilos que son divorce lui avait fait perdre et même plus (12 en 4 mois) et se régaler de tous les bons petits plats italiens. Sa description de la meilleure pizza du monde, qui prend bien une page entière, a elle seule vaut la lecture de ce livre et m’a fait penser à « La première gorgée de bière » de Philippe Delerm.
Après la récupération physique, Elizabeth s’embarque pour l’Inde où elle se rend dans un ashram afin de parfaire son apprentissage de la méditation. Elle qui n’était pas croyante quelques mois auparavant, s’est surprise à interpeller Dieu lorsque son couple prenait l’eau et a fini par suivre les enseignements d’une gourou.
Enfin, elle termine son périple par Bali où un vieux sage l’avait invitée.
L’auteure est très attachante et son style est très agréable à lire. Elle ne se complait pas dans l'apitoiement sur elle-même.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

BLUETTE A LA SAUCE AMÉRICAINE!

1 étoiles

Critique de Septularisen (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 52 ans) - 27 novembre 2019

Comme plusieurs des critiques précédentes, rétrospectivement après l’avoir lu, je ne comprends absolument pas l’engouement et tout le ramdam fait autour de ce livre, somme toute très, très médiocre!
Déjà, dès le commencement de l'histoire, on ne comprend pas ce qui se passe! Elle divorce d’un mari à qui elle n’a absolument rien à reprocher, pour ensuite tomber dans une profonde dépression à cause de ce même divorce? Cherchez l’erreur!..

Ensuite elle part en voyage, cherchant à assouvir sa sois-disant «quête de spiritualité». Pour cela elle va en... Italie? Pour... Se goinfrer de nourriture! Au passage, on appréciera quelques clichés «gros comme des camions»: Behn oui voyons, l’Italie c’est forcément le foot, la pizza et la Dolce Vita!.. Faudrait demander aux Italiens ce qu’ils en pensent, tiens!..
Mme. Elizabeth GILBERT m’apparaît exactement comme l’archétype même de l’américaine très riche, superficielle, narcissique et imbue d’elle-même, et qui ne sait pas trop que faire de tout son argent. Elle voit tout par le prisme déformant de son «américanité» et s’étonne dès lors que le monde entier ne parle pas sa langue!.. Et non! Désolé Mme. GILBERT, mais en Italie on parle… Italien!..

Mais, le pire reste encore le style absolument abominable, pour ne pas dire inexistant de l’écriture (la traduction peut-être?..), d’une platitude consternante et du niveau d’un Harlequin! Sans compter les circonvolutions et autre digressions. C’est long, ennuyeux et c’est vraiment du n’importe quoi! On se perd dans les méandres des réflexions de «philosophie de cendrier» répandue un peu partout dans le livre. Chose très rare chez moi, j’ai commencé à lire «en diagonale» la fin du livre, me forçant même (encore plus rare…) à y arriver à cette fin!...

Que dire de plus? Quand j’ai appris que finalement Mme GILBERT avait aussi divorcé de son «prince charmant» rencontré en Indonésie, parce que finalement elle est tombée amoureuse de sa meilleure amie et éditrice.... J’ai eu l’impression de «revoir» passer devant moi le personnage de Julia McNamara (Joely RICHARDSON *1965), de la série télévisée américaine Nip/Tuck! Le vrai sens final du livre étant, faites comme moi (encore faut-il en avoir les moyens!..), et vous serez heureuse, j’ai eu l’impression de m’être vraiment «fait avoir» et d’avoir vraiment perdu mon temps en lisant ce livre…
Ne perdez pas le vôtre!

Une véritable leçon de BONHEUR !

9 étoiles

Critique de Monde imaginaire (Bourg La Reine, Inscrite le 6 octobre 2011, 46 ans) - 21 juillet 2015

Et surtout une approche de la spiritualité qui m’a vraiment parlé, parce que j’ai lu ce livre à un moment où j’en avais vraiment besoin.

Mange Prie Aime est ce que j’appelle un livre « Feel Good », un livre qui aide à se sentir bien, à ouvrir sa curiosité.

Et ça m’a donné une furieuse envie de voyager : en Italie pour la « dolche vita », les plats décrits par l’auteur m’ont vraiment fait saliver, et c’est vrai que l’Italien est une langue magnifique, à Bali parce que ce pays possède une véritable aura, quand à l’Inde mon sentiment est plus mitigé, elle a un côté fascinant et repoussant à la fois. Cependant, j’ai trouvé dommage qu’Elizabeth aille 4 mois en Inde pour s’y enfermer dans un ashram. Il doit y avoir tant de choses magnifiques à découvrir en Inde … Pour être honnête, cette partie m’a semblé un peu moins intéressante que les 2 autres et elle comporte beaucoup de longueurs mais elle m’a aussi donné une furieuse envie de me mettre au Yoga et depuis j’ai même commencé la méditation.

J’ai adoré le cheminement de l’auteur pour retrouver sa place dans l’univers, pour retrouver le goût à la vie et surtout pour se retrouver. Il y a tellement de bienveillance et de sérénité dans Mange, Prie, Aime.

J’ai aimé la sincérité et la fraîcheur d’Elizabeth, son humour aussi et je la remercie pour avoir partagé sa quête de sérénité et de bonheur qui a en plus le mérite de nous inciter au voyage intérieur.

Entrain, saveur ou ennui

6 étoiles

Critique de MAGGUIL (, Inscrite le 22 février 2008, 39 ans) - 11 mai 2014

Dès le début du récit, on peut vite s'identifier à l'auteure qui est complètement déboussolée par la vie qu'elle mène qui, pourtant, pourrait faire des envieux. Une crise de la trentaine ? une remise en question sur l'essentiel de la vie ? un ras-le-bol général de ce monde qui est devenu hyper consommateur ? Bref, oui on peut comprendre ce qu'elle ressent mais de là à partir comme ça, se détacher de tout, il faut effectivement le confort financier. On pourrait parfois ne plus croire au côté autobiographique mais plus au côté " comédie américaine ". Pourtant j'ai suivi son parcours avec entrain pendant toute la première partie. C'est vrai que c'était plus ou moins facile pour moi puisque l'Italie est un pays que j'idolâtre autant que Elizabeth Gilbert, j'ai savouré chaque ligne avec délectation. Puis est arrivé la deuxième partie. Là mes savates se sont traînées de plus en plus lentement pour s'arrêter brusquement. Pendant 8 mois pour être précise. Un jour, j'ai eu envie de reprendre son parcours car quoiqu'il en soit, je m'étais un peu attachée à son histoire à cette Liz.

Me voici repartie de plus belle, m'ennuyant à certains passages où franchement la prière, la méditation et tout le tintouin ça me barbait un peu beaucoup. Et puis c'est passé, la troisième partie en Indonésie m'a un peu plus accrochée de là à m'en vouloir de ne pas avoir lu d'une traite ce livre car je peux l'admettre, Elizabeth Gilbert possède une belle petite plume que l'on savoure.

A méditer...

8 étoiles

Critique de Marsup (, Inscrit le 22 octobre 2009, 43 ans) - 27 mars 2014

Racontée sous forme romancée, cette tentative de changement de vie est à la fois passionnante et instructive. En effet, quelques idées et méthodes sont à retenir et à appliquer. Après, de là à pouvoir faire comme l'héroïne... c'est une autre histoire car elle est sans attache et avec une certaine aisance financière. Ce qui facilite bien des choses.
Cette histoire vraie reste néanmoins une leçon de vie à méditer...

Pas la vie de tous mais quelques pistes pour une réflexion généraliste

8 étoiles

Critique de Bluewitch (Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 40 ans) - 24 mars 2013

Au-delà de l'aspect très "américain" de cette reprise en main d'une vie moderne, Elizabeth Gilbert propose juste une vision optimiste d'un retour à soi et à une spiritualité simple, à une époque où la foi n'apporte plus cette bienveillance première mais un repli désespéré.

Retour au corps dans une première partie plus épicurienne, recentrage spirituel dans l'apprentissage de la méditation en Inde ensuite, et en troisième partie, retour au monde et à l'amour de l'autre dans une resocialisation pleine de simplicité à Bali.

Ce roman n'est pas si édulcoré qu'il en a l'air car il a le mérite de rappeler cette possibilité de ralentir, de revenir à un rythme de vie plus sain, de ce besoin de s'équilibrer (sachant que ça ne passe pas forcément par une année sabbatique faite de voyages aux quatre coins de la planète) en se libérant des conceptions contemporaines de l'épanouissement humain.

La seconde partie en Inde, ce passage de vie dans un ashram, a un petit côté pédagogique qui vent équilibrer les élucubrations parfois superficielles d'une femme urbaine et indépendante.

On supposera sans doute que Liz Gilbert a saupoudré son récit personnel d'un soupçon de fiction mais, même si c'est le cas, peu importe. On sait qu'on ne lit pas un essai. On se prend juste une bonne dose d'espoir et d'enthousiasme.

Un livre "feel good".

Insipide

2 étoiles

Critique de Snake (, Inscrit le 2 février 2011, 36 ans) - 7 décembre 2012

Au final toute l'histoire ne tient pas debout. On n'arrive pas à se passionner pour cette New-Yorkaise qui a tout , argent , amour etc et qui fait une crise existentialiste sans réel fondement.

Au fond on se retrouve à suivre les élucubrations d'une individualiste façon "Sex and the city" multipliant les amants, se gavant de bouffe italienne et transformée en professionnelle du tourisme.

Du coup le message spiritualiste ne passe pas car quelles sont les épreuves et les sacrifices de Liz Gilbert au final? Quid des réalités de la vie, des coups durs, de l'argent à trouver pour faire vivre une famille ? Coucher avec des séducteurs de passage, se goinfrer et faire une pseudo retraite baba-cool dans un cadre paradisiaque voilà la solution du bonheur et le message délivré à la femme moderne ?
A part pour la ménagère qui s'ennuie c'est dur d'être inspiré par un tel personnage.

Le déclic!

9 étoiles

Critique de Zaza772 (cannes, Inscrite le 6 juin 2011, 32 ans) - 20 août 2012

La première fois que j'ai ouvert ce livre (la mère d'une amie me l'avait offert en pensant m'aider), j'ai trouvé l'histoire intéressante mais trop longue. Puis, quelque temps après, je suis tombée, par hasard sur le film (joué merveilleusement bien par Julia Roberts et Javier Bardem). Et là, j'ai été subjugue. Ca m'a fait tilt. Il fallait que je lise le livre. Et je me suis mise à le lire.



Il faut noter, dans un premier temps, que cette histoire est celle de l'auteur. Une histoire vraie, qui a été vécue (c'était important pour moi). Un voyage merveilleux. Tout d'abord sur le plan culturel. Elle visite l'Italie, un pays magnifique et nous découvrons au fil du temps, l'histoire d'un peuple qui a toujours aimé vivre. Puis l'Inde et l'Indonésie. Un voyage magique et hors du temps.

Mais sur le plan personnel, il m'a été d'un grand secours; Une Révélation. La vision de l'auteur est générale et simple. Elle aborde avec tact et délicatesse les bases de la méditation et la recherche du > propre à chacun d'entre nous. Et a déclenché en moi une lueur d'espoir.



Abordez ce livre comme il vous plaira. Pour moi, il a été fantastique!!!

Une pure leçon de vie ...

10 étoiles

Critique de Chaly (Alboussière, Inscrite le 6 novembre 2010, 23 ans) - 7 août 2011

Ce livre est tout simplement superbe, beau, enrichissant. Je me suis sentie très proche de l'auteur et je n'ai jamais lu un livre aussi vite.

Au moment où je lisais chaque page, je faisais le tour de la France - ma mère avait eu cette idée brillante qui, accompagné du livre, a été un pur plaisir. Quand je vois la tête de la couverture, on voit qu'il a traversé de dures épreuves, m'accompagnant au bord de la piscine (goutte d'eau, humidité), dans la tente au camping (tache de boue), au bar (trace de café et de sauce, délicieuse en passant). Il m'a accompagnée pendant ces trajets en voitures si difficiles (j'ai horreur des virages, or en montagne il n'y a semblerait-il, que ça).

Bref, plus qu'un livre, un véritable compagnon :D

l'essence de la vie

10 étoiles

Critique de Zaubette (, Inscrite le 23 mai 2011, 33 ans) - 23 mai 2011

Ce livre est un pur plaisir, une leçon de vie, un moment d'enchantement qui vous déconnecte du monde pour revenir à l'essentiel. Au-delà de tous les critères que nous dicte notre société, quand la vie bascule on y apprend qu'il n'y a que trois choses essentielles: manger pour vivre physiquement, prier pour vivre spirituellement et aimer pour s'ouvrir aux autres.
Ce livre n'est pas un roman mais un récit de vie qu'il faut aborder avec patience comme une pause qu'on s'accorde pour déconnecter du stress du quotidien.

mange, prie et change ta vie

7 étoiles

Critique de Clara33 (, Inscrite le 29 septembre 2008, 72 ans) - 9 mars 2011

L'histoire commençait bien effectivement. Cette jeune femme qui décide de réagir après un divorce pénible avait d'emblée toute ma sympathie. Sa décision de partir en Italie visiter le pays et apprendre la langue est un des meilleurs moments du livre. On découvre l'Italie telle que l'on la connait et même un peu plus car Liz s'est vraiment bien acclimatée à la douce vie italienne et nous fait part avec humour de ces rencontres.

Après la dolce vita, pourquoi pas un voyage spirituel? De ce passage de Liz en Inde, je retiens ses tentatives de discipliner son esprit, son apprentissage de la méditation qui peuvent émouvoir le lecteur tenté par cette ascétique discipline.

Arrivé en Indonésie, à Bali, cette île paradisiaque, rien ne va plus pour le lecteur. Les rencontres de Liz sont plus qu'improbables et le lecteur a du mal à la suivre dans ce périple "où tout le monde est beau et gentil". On tombe alors dans la niaiserie, les bonnes actions ingénues et un happy end convenu.

Ce livre intéressera pourtant tous ceux qui aiment l'Italie et les voyages intérieurs mais déroutera les autres. Il y a pourtant des passages dans ce livre qui peuvent inspirer ceux qui sont en recherche d'une vie plus spirituelle et moins axée sur le matérialisme.

insipide, inodore et sans saveur

1 étoiles

Critique de Laure 11 (, Inscrite le 15 août 2008, 45 ans) - 20 novembre 2010

Cela a été très difficile de terminer ce livre, tellement je me suis ennuyée.
Je suis tout à fait d'accord avec la critique précédente de Gabri.
Peut-être que je n'ai pas saisi l’intérêt de l'aventure spirituelle de cette femme, mais même son récit ne m'a pas donné envie de développer ma spiritualité.
Difficile de comprendre l'engouement des lecteurs américains pour ce roman

Je n'accroche pas

4 étoiles

Critique de Gabri (, Inscrite le 28 juillet 2006, 33 ans) - 18 avril 2009

J’ai trouvé le début de ce livre si prometteur que j’anticipais déjà un coup de cœur, ou presque…

C’est une femme qui, en apparence, a tout ce dont on peut rêver qui nous parle: un mari dévoué, une carrière stimulante, une famille unie et une grande maison à laquelle il ne manque plus qu’un enfant pour la remplir totalement. Mais voilà que cette femme réalise que cette vie pour laquelle elle a tant travaillé ne la comble plus. Après plusieurs mois de réflexion, elle décide de divorcer, ce qui s’avère pour elle une épreuve longue et difficile et qui la mène jusqu’à la dépression. Pour réapprendre à vivre avec elle-même, elle prend une année qu’elle passera à voyager… En Italie, en Inde et en Indonésie.

Je me suis rendue jusqu’en Inde avant d’abandonner. Dès la fin de la partie sur l’Italie, j’ai commencé à me demander où nous mène ce récit… Des pages entières à nous apprendre l’italien, à nous décrire de la nourriture et à nous dresser l’historique de certains monuments visités, comme des fontaines, par exemple... Donc, beaucoup de longueurs pour moi, mais j’ai continué en espérant que l’Inde serait plus captivante. Mais dès les premières pages, je réalise que je ne suis pas vraiment dans un roman, mais plutôt dans un genre de récit de voyage. Liz se joint à une «secte», elle a un gourou et elle passe ses journées à prier, méditer et faire du yoga. Peut-être que mon côté spirituel n’est pas encore assez développé pour me permettre de me passionner pour ce genre de récit, mais j’ai persisté quand même… J’ai sauté des pages, je me suis obligée à avancer en me disant que l’Indonésie était peut-être le clou du récit, mais j’ai fini par abandonner après quelque 200 pages.

Une autre fois peut-être…

Forums: Mange, prie, aime : Changer de vie, on en a tous rêvé... Elle a osé !

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Mange, prie, aime : Changer de vie, on en a tous rêvé... Elle a osé !".