Enfance, adolescence, jeunesse de Léon Tolstoï

Enfance, adolescence, jeunesse de Léon Tolstoï
( Detstvo, otrotchestvo, iounost')

Catégorie(s) : Littérature => Russe

Critiqué par JEANLEBLEU, le 22 février 2009 (Orange, Inscrit le 6 mars 2005, 49 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (1 148ème position).
Visites : 6 066 

Suite de ma précédente critique d' "Enfance"...

Ayant précédemment critiqué "Enfance", je voudrais maintenant parler des 2 volumes suivants des souvenirs (romancés) du grand Tolstoï : "Adolescence" et "Jeunesse".

Le passage de l'enfance à l'adolescence a été marqué pour le narrateur par un décès. C'est la fin d'une (relative) insouciance et le début de la prise de conscience par le héros que le monde n'est pas qu'un tout harmonieux dont le centre de gravité est sa personne. Il réalise également ses différences avec son frère ainé. Ensuite c'est la découverte de l'amitié (passage de l'adolescence à la jeunesse selon Tolstoï) et l'entrée à l'université avec les premières frasques estudiantines...

Le style de Tolstoï est toujours à la fois clair, précis et sensible. Son héros possède toujours cette étonnante capacité d'auto-analyse...

Pour "Enfance" j'avais eu l'impression d'une espèce de mélange parfait entre Pagnol (pour la fraicheur) et Proust (pour la sensibilité et l'auto-analyse). Dans "Adolescence" et "Jeunesse", on plus près de Proust même s'il reste encore quelques côtés légers...

La trilogie est exceptionnelle et on ne peut que regretter que Tolstoï n'ait jamais écrit le quatrième et dernier volume prévu initialement.

En tous les cas, il s'agit d'une bonne introduction à cet immense écrivain pour ceux qui veulent l' "essayer" avant de passer aux monuments comme "Guerre et paix", "Anna Karenine" ou "Résurrection".

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Enfance, adolescence, jeunesse
  • Enfance
  • Enfance, adolescence, jeunesse

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Le petit Nicolas en Russie

10 étoiles

Critique de Pierrequiroule (Paris, Inscrite le 13 avril 2006, 36 ans) - 24 août 2013

Dans ce roman autobiographique, Tolstoï raconte ses souvenirs d’enfance et d’adolescence et se livre à l’introspection grâce son double fictif: Nicolas Pétrovitch Irteneff. Le roman, commencé en 1851, a été abandonné six ans plus tard sans que Tolstoï ait rédigé le quatrième volet prévu initialement. C’est donc un livre en trois parties qu’il nous a laissé, chaque partie étant consacrée à une étape de sa jeunesse. Au début du récit, le petit Nicolas a 10 ans, et lorsque nous le quittons c’est un étudiant entré dans sa dix-septième année. Dans l’intervalle, le lecteur s’est pris d’affection pour ce garçon qui ressemble étrangement au jeune Tolstoï.

En invoquant l’univers de son enfance, l’auteur ressuscite la Russie tsariste, avec ses barines (propriétaires terriens), ses serfs, sa hiérarchie de fonctionnaires et son aristocratie moscovite. Les Irteneff vivent tantôt à Moscou, tantôt dans leur domaine de Petrovskoïe, à la campagne. C’est cette maison familiale que Tolstoï évoque avec le plus de nostalgie. Il y situe les premières joies et les premières émotions de son petit héros : les jeux, le paysage champêtre aperçu par la fenêtre, la chasse avec son père, les leçons du bon précepteur Karl Ivanovitch, les après-midi passées à rêvasser en écoutant sa mère jouer du piano… Puis vient le départ pour Moscou. Dans la maison de la grand-mère, Nicolas manifeste pour la première fois ses talents de poète et découvre les sentiments amoureux au cours d’un bal d’enfants. Toutes ces émotions juvéniles sont exprimées dans un langage simple. Mais grâce à la magie des mots, on retrouve avec Nicolas des impressions propres à l’enfance, ce regard émerveillé sur le monde, la fraîcheur et l’insouciance de la jeunesse. Pourtant les chagrins ne sont pas totalement absents de la vie du petit garçon. Lorsqu’il quitte Petrovskoïe, image du paradis terrestre, Nicolas perd un peu de son innocence en découvrant des sentiments nouveaux. Il comprend par exemple que son père n’est pas infaillible. Mais c’est surtout la disparition de la mère – figure idéalisée que Tolstoï n’a jamais connue - qui marque la fin de l’enfance.

La suite du récit s’attarde davantage sur la psychologie du jeune héros, en qui l’on peut voir un alter ego de Tolstoï. Timide, conscient de sa laideur, Nicolas n’en est pas moins orgueilleux et, malgré ses intentions pieuses, il ne peut dissimuler son mépris pour ses inférieurs, ces gens qui ne sont pas « comme il faut ». Intelligent, il refuse pourtant de se plier aux exigences de ses professeurs. A ses élans les plus enthousiastes succèdent des moments de paresse et de désespoir. Car c’est une personnalité encore mouvante, inachevée, qui nous est dépeinte ici. Sa formation morale, le jeune homme la puise dans la foi ardente de la vieille Russie, mais aussi dans les romans et les discussions philosophiques qu’il partage avec ses amis, dans ses rêves enfin. Dans les parties intitulées « Adolescence » et « Jeunesse », Nicolas grandit. Il tombe amoureux – ou croit l’être !- et il lui arrive même de fantasmer sur les servantes. Que de naïvetés charmantes dans ces pages! Entre ses études, ses rêveries et son amitié avec Nekhlioudof, c’est un jeune homme bien occupé. De même, chaque membre de la famille Irteneff évolue. Il y a là quelques portraits inoubliables dont on sent qu’ils s’inspirent de modèles vivants chers à Tolstoï.

Ce livre mérite amplement d’être lu, d’abord parce qu’il permet à chacun de revivre avec bonheur des émotions enfantines. Pas de grands évènements, nul développement politique ou militaire relatif à la Russie, rien que les joies et le chagrins ordinaires d’un garçon qui découvre la vie. Tolstoï dépeint cet autre lui-même avec un humour tendre et, même s’il s’agit d’une personnalité bien singulière, on peut aussi y voir un hymne universel à la jeunesse.

Exceptionnelle

10 étoiles

Critique de Dudule (Orléans, Inscrite le 11 mars 2005, - ans) - 22 juin 2010

Comme le rappelle si bien Jeanlebleu, Tolstoï a écrit cette trilogie exceptionnelle seulement à l'âge de 24 ans, la partie enfance est remarquable, très touchante, et nous suivons bien le cheminement intellectuel de l'auteur et ce qui l'a accompagné toute sa vie, entre ses différents tiraillements, en fait même si c'est romancé on découvre vraiment Tolstoï.
A lire si l'on veut comprendre l'auteur.

Forums: Enfance, adolescence, jeunesse

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Enfance, adolescence, jeunesse".