Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll

Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll
(Alice's adventures in Wonderland)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone , Enfants => 10-12 ans

Critiqué par Clo7, le 27 novembre 2001 (Charleroi, Inscrite le 15 octobre 2001, 19 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 24 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (466ème position).
Discussion(s) : 2 (Voir »)
Visites : 22 802  (depuis Novembre 2007)

Un rêve éveillé

Alice est une jolie petite fille assise dans l'herbe. Un jour, alors que sa soeur lui lit un livre, elle voit passer un lapin blanc qui regarde sa montre et court comme s’il était en retard.
Il est habillé comme pour aller à une fête. Intriguée, Alice le suit dans son terrier et tombe dans un puits interminable. Elle atterrit tout doucement dans un monde extraordinaire : le pays des merveilles. Débutent alors pour elle des aventures où elle rapetisse, grandit, fait la course avec des animaux, discute avec un chat qui disparaît à volonté, prend le thé avec des gens bizarres, joue au croquet avec un flamand rose, a quelques ennuis avec les cartes d’un jeu... Puis enfin elle se réveille. Il était temps : l'aventure allait mal tourner. Le livre est bien mieux que le dessin animé qui pourtant ne manque pas de charme. Il est accessible à tous et développe l'imaginaire chez les plus jeunes. A lire ou à relire. Traduit de l'anglais - Contes 9 ans et +

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Un mythe qui tombe

5 étoiles

Critique de Lilule (baalon, Inscrite le 24 février 2006, 46 ans) - 27 novembre 2018

J’ai relu ce classique. Pour dire la vérité je n'aurais pas dû. J’ai passé un bon moment mais je n'ai pas retrouvé le coup de coeur de mon enfance. C’était mon livre préféré et je ne comprends pas pourquoi.

Hallucinogène

8 étoiles

Critique de Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 39 ans) - 19 septembre 2014

Mais quelle substance fume ce mec ? Voilà la question qui m’est tout de suite venue à la fermeture de ce livre. Soit l’auteur avait un accès illimité aux alcools et autres drogues, soit il était tout simplement fou. Parce qu’autant d’imagination débridée dans si peu de pages, ça dépasse l’entendement. L’auteur nous offre du début à la fin une explosion de loufoquerie qui nous emmène en voyage dans un monde extraordinaire. Les décors, les personnages, les scènes… tout est original et chaque page nous apporte son lot de surprises.
En retrouvant mon âme d’enfant, je me suis délecté de ce pays fantastique où cohabite une population déjantée. Je me suis senti comme dans un rêve. Extrêmement visuelle, l’écriture de Lewis Carroll porte la magie de ce conte jusqu’au tréfonds de l’imaginaire. Une bonne petite aventure pour se détendre et se libérer un instant du monde réel, si restrictif.

Sans plus

4 étoiles

Critique de Junos2005 (, Inscrite le 12 mars 2013, 29 ans) - 13 septembre 2013

Je n'avais jamais lu Alice, je n'avais pas aimé les films, je n'ai pas adoré le livre. Je ne me suis pas laissé emporter par l'aspect onirique, je n'ai pas adhéré à l'absurde. Mais il faut reconnaître que c'est très avant-gardiste pour l'époque.
Un bon moment de lecture mais un peu trop enfantin et sans profondeur à mon goût. Par contre génial pour les enfants!

Rien de très explicite

8 étoiles

Critique de Elya (Savoie - Dauphiné - Ardèche, Inscrite le 22 février 2009, 29 ans) - 15 mars 2013

A force de trouver des références à cette oeuvre chez un grand nombre d'essayistes, de romanciers, mais aussi dans des discussions anodines, j'ai voulu découvrir cette histoire par moi-même. Il y a eu tellement d'adaptations en livre ou vidéo que de nombreuses scènes et personnages me sont revenus au fur et à mesure de la lecture. Je ne savais pas qu'initialement ce court roman était destiné à des enfants ; mais finalement la langue est tout de même riche et l'histoire assez pointilleuse. La qualité stylistique et narrative d'Alice au pays des merveilles, sans être exceptionnelle, dépasse celle de nombreux romans contemporains insipides et pourtant destinés aux adultes.

Je suis étonnée de trouver finalement plus de jeux de mots et de références envers la culture anglo-saxonne musicale et poétique de l’époque que de digressions « philosophiques ». Il me semble que beaucoup de personnes se sont attelées à « psychanalyser » cette œuvre. Tout le monde y va de sa petite interprétation mais on ne retrouve finalement pas au sein de l’ouvrage de critique explicite de la société comme je m’y attendais.

Un conte surréaliste

7 étoiles

Critique de Mallaig (Montigny les Cormeilles, Inscrite le 17 janvier 2006, 42 ans) - 19 mars 2012

Tout le monde connaît l'histoire mais peu ont lu le livre. Personnellement, j'ai adoré ce livre étrange et surréaliste.
Alice est une enfant espiègle mais au final, elle en apprend beaucoup sur la nature humaine !

En V.O. of course !

10 étoiles

Critique de Mithrowen (La Chaux-de-Fonds, Inscrite le 23 août 2011, 30 ans) - 8 novembre 2011

Je ne vais évidemment pas résumer ce roman, car vous n'en avez nul besoin.
Alors pourquoi ajouter la version originale d'un livre aussi classique, adapté et réadapté ?

-Parce que Lewis Carroll est un monument de la littérature britannique et son livre l'est d'autant plus.

-Parce que seule la version originale permet d'admirer son sens du "nonsense"

-Parce que c'est une lecture pas si difficile qui dérouillera votre anglais

-Simplement, parce que Alice's Adventures in Wonderland et sa suite Through the Looking Glass sont des chefs d'œuvres impertinents, subtils et merveilleux !

So, dare Alice's Adventures in Wonderland !

En avant pour un voyage extraordinaire

8 étoiles

Critique de POOKIES (MONTPELLIER, Inscrit le 16 août 2006, 42 ans) - 5 octobre 2011

Ce conte est terriblement étonnant.
D'une part, ce roman étonne par son côté imaginaire (manger des champignons pour grandir ou rapetisser à souhait), fantasmagorique (le chat du Cheshire apparaît et disparait quand il veut), humoristique (Alice joue au croquet avec un flamand rose et un hérisson pour balle!). L'auteur a réellement su imprégner cette histoire de psychédélisme. C'est assez déstabilisant au début mais on rentre rapidement dans l'aventure d'Alice.
D'autre part, ce roman étonne par sa longévité. Il est encore d'actualité et n'est pas prêt de se démoder.
En résumé et tout simplement : quelle belle histoire.

Alice au pays des merveilles

6 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 39 ans) - 8 août 2011

C'est sûrement un des contes pour enfant les plus populaires mais personnellement, je n’ai pas été impressionné plus qu'il faut. En fait, j'ai surtout lu ce livre pour ma culture générale. J'ai lu et écouté tellement de choses ayant référence à ce conte que je devais au moins le lire une fois dans ma vie. Et voila, c'est fait!!!

Magique et étrange!

10 étoiles

Critique de Lalie2548 (, Inscrite le 7 avril 2010, 34 ans) - 24 août 2010

On est vraiment transporté dans un autre monde avec cette histoire. C'est dépaysant et ça fait rêver. J'adore le moment où Alice va prendre le thé avec le Chapelier et le Lièvre de Mars car il n'y a pas longtemps j'ai vu cette scène du film et ça m'a marquée. Je trouve ces personnages attachants.

C'est un très beau livre avec une histoire tout simplement magnifique.

A lire par tous les petits et grands enfants!

Voyage au centre de mes rêves !

9 étoiles

Critique de Frunny (PARIS, Inscrit le 28 décembre 2009, 53 ans) - 16 juin 2010

Un grand classique que je viens de relire ( 20 ans après ) pour y découvrir autre chose mais........ toujours cette même plongée au coeur de mes rêves. Ceux de mon enfance où aucune barrière n'existe.
Alice est-elle tombée dans le terrier ou a-t-elle traversé le miroir ? C'est du pareil au même et j'ai adoré ce roman ; aujourd'hui classé dans les ouvrages cultes !

La Bible de l'absurde

10 étoiles

Critique de Orea (, Inscrit le 23 janvier 2006, 25 ans) - 28 décembre 2009

Après les écrits de Lucien de Samosate et de Voltaire, Lewis Caroll fut certainement un des premiers conteurs de l'absurde, et sûrement celui qui le conta le mieux.
On trouve dans cette petite historiette pour enfant tout le génie de la traversée onirique et du non-sense, à ranger au côté de Lovecraft ( La quête onirique de Kadath en particulier ) et d'Eugène Ionesco.
Je me prosterne donc devant ce petit mathématicien nommé Lewis Caroll, qui eut un jour l'idée d'écrire le conte le plus beau et le plus étrange qui soit. Et merci également d'avoir su traverser les âges avec brio afin de bercer mon enfance de ce bouquet d'onirisme, aussi bien entre les pages de votre livre, Mr Caroll, que sur le petit écran grâce à Mr Disney.

Conte de la folie

8 étoiles

Critique de Ngc111 (, Inscrit le 9 mai 2008, 33 ans) - 17 mars 2009

Pour commencer j'ai eu la chance de lire Alice au pays des merveilles (et sa suite) dans une édition illustrée plutôt soignée, bien que le personnage d'Alice soit représenté trop "renfrogné" à mon goût. Le problème est que quelques pages étaient tout simplement vierges (oh très peu rassurez-vous)!

En ce qui concerne le récit en lui-même je dois dire que j'ai été assez déconcerté de prime abord. Premièrement car la folie qui se dégage de chaque personnage atteint un niveau rarement vu jusque là et parce que ma conception de cette œuvre se limitait jusque là à la version animée de Walt Disney. Ensuite car même le personnage d'Alice m'est apparu comme schizophrène.

"Mais à quoi bon faire semblant d'être deux, se dit la pauvre Alice, maintenant qu'il reste à peine assez de moi-même pour faire une seule personne digne de ce nom! "

Mais je trouve que cela a apporté un plus à l'histoire car j'ai aimé chercher les satires possibles cachées au plus profond de l'esprit de Lewis Carroll, les ambiguïtés, les moqueries... Au fond peut importe qu'il y en ait ou non cela n'a fait que renforcer mon intérêt.

Au final il reste un conte simple mais attrayant entouré d'une part de mystère qui lui donne une aura supplémentaire.

Nourrissez votre tête

10 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 9 août 2008

Alice au pays des merveilles est un livre qui m’a fait une forte impression. Le ton. Et quel ton ! Complètement déjanté et assurément génial. J’adore l’histoire, l’écriture, les personnages, les illustrations de John Tenniel, les poèmes (mon préféré étant Vous êtes vieux, Père William...), l’humour, le non-sens, le côté psychédélique et la folie (un thème qui est plus présent ici que dans De l'autre côté du miroir).

« "Minet du Cheshire…", commença-t-elle assez timidement, car elle ne savait pas trop si ce nom lui plairait. Le Chat se contenta de sourire plus largement. "Allons, jusqu’ici il est satisfait, pensa Alice, qui continua : Voudriez-vous me dire, s’il vous plaît, quel chemin je dois prendre pour m’en aller d’ici ?
– Cela dépend beaucoup de l’endroit où tu veux aller, répondit le chat.
– Peu m’importe l’endroit… dit Alice.
– En ce cas, peu importe la route que tu prendras, répliqua-t-il.
– … pourvu que j’arrive quelque part, ajouta Alice en guise d’explication.
– Oh, tu ne manqueras pas d’arriver quelque part, si tu marches assez longtemps."
Alice comprit que c’était indiscutable ; en conséquence elle essaya une autre question : "Quelle espèce de gens trouve-t-on dans ces parages ?
– Dans cette direction-ci, répondit le Chat, en faisant un vague geste de sa patte droite, habite un Chapelier ; et dans cette direction-là (il fit un geste de sa patte gauche), habite un Lièvre de Mars. Tu peux aller rendre visite à l’un ou à l’autre : ils sont fous tous les deux.
– Mais je ne veux pas aller parmi les fous, fit remarquer Alice.
– Impossible de faire autrement, dit le Chat ; nous sommes tous fous ici. »

C’est un incontournable, ne serait-ce que pour bien comprendre les millions de références associées à ce livre. Ce qui me vient à l’esprit, les films La matrice, Le labyrinthe de Pan, le livre Aliss de Patrick Senécal, la musique hallucinante de Chris Vrenna du jeu American McGee's Alice et la chanson White Rabbit des Jefferson Airplane (« One pill makes you larger. And one pill makes you small. And the ones that mother gives you. Don't do anything at all. Go ask Alice, when she's ten feet tall. […] When logic and proportion. Have fallen sloppy dead. And the White Knight is talking backwards. And the Red Queen's off with her head. Remember what the dormouse said. Feed your head. Feed your head. »).

Dans les prochaines années, il va y avoir deux grandes adaptations cinématographiques, une de Tim Burton et l’autre basée sur le jeu American McGee's Alice. J’espère qu’elles vont être réussies...

Alice au pays des merveilles et sa suite, De l'autre côté du miroir, font partie de mes livres préférés et c’est toujours un plaisir de les relire (autant en français qu’en anglais)...

*************************
*************************

« Qu'on lui coupe la tête ! »

Mise à jour. Critique mise à jour pour une autre édition (Gautier-Languereau), un album avec le texte original, mais avec les illustrations de Rébecca Dautremer.

Ce n’est pas une adaptation, mais une retraduction de Sophie Koechlin du texte intégral original, mais ce qui fait cet album l’attrait, ce sont les illustrations de Dautremer. Les images de John Tenniel de l’édition originale sont très connues et appréciées, alors c’est un grand défi à relever pour Dautremer, qui inévitablement doit faire face aux comparaisons. D’un autre côté, les illustrations de Tenniel sont une partie intégrante de mon amour de l’oeuvre, de l’autre, je suis une grande admiratrice de Dautremer, la raison qui m’a poussé à lire cet album.

Cette histoire n’est plus à présenter, un petit bijou de la littérature avec sa suite.

Hum, en partant j’ai trouvé le format de l’album un peu trop gros (plus grand que les albums habituels), mais avec le texte (qui est l’intégral) et une police de grosseur raisonnable (sinon soit il y aurait eu plus de pages ou les caractères aurait été trop petits), c’est correct, seulement j’aurais plus tendance à lire l’original en partie pour ça, ce n’est pas une grandeur pratique.

Tenniel a une place dans mon coeur, mais Dautremer rend aussi l’histoire attrayante à sa manière, avec sa touche plus moderne. Si ça peut faire connaître cette oeuvre génialissime par une autre voix à d’autres personnes, c’est tant mieux. Les dessins de Dautremer sont très différents, tout autre. Aussi, Alice n’est plus blonde et ressemble plus à Alice Liddell, celle qui a inspiré le personnage, un changement intéressant.

À cause du format et de la simplicité de l’oeuvre initiale, j’aurais plus tendance à recommander l’original avec les illustrations de Tenniel pour ceux qui ne l’auraient pas lu. Mais si vous connaissez l’histoire, lu l’original et voulez redécouvrir l’oeuvre d’une autre manière, alors c’est parfait. Les fans de Dautremer non plus ne seront pas déçus.

Pour ceux qui aiment cet album, je recommande aussi d’autres collaborations de Dautremer : Cyrano, Swing Café, Histoires de princesses...

mathématique et prêtre pédophile

8 étoiles

Critique de Magicite (Saorge, Inscrit le 4 janvier 2006, 41 ans) - 4 janvier 2006

Alice au pays des merveilles est une histoire absurde dont toute la poésie est perdue dans la traduction française.
Pour la petite histoire Lewis Caroll (de son vrai nom Charles Lutwidge) était un prêtre et mathématicien à l'affection trouble pour jeune Alice, fille de ses amis. A travers ses aventures au pays des merveilles l'auteur use de jeux de mots (allant même jusqu'à inventer des poésies entières de mots inventés) et de situations absurdes où les situations s'inversent, les dimensions sont changeantes et les portes ouvrent sur des passages parallèles entre eux. On raconte que l'auteur serait l'un des précurseurs de la géométrie non-euclidienne, ma foi c'est bien possible...
ps: j'ai lu en français j'ai pas aimé puis j'ai découvert la version originale j'ai adoré.

Mais à quoi la flamme d'une bougie qu'on vient d'éteindre peut-elle bien ressembler?

9 étoiles

Critique de Fee carabine (, Inscrite le 5 juin 2004, 45 ans) - 2 avril 2005

Je n'avais pas gardé un souvenir impérissable de ce livre, lu quand j'avais environ 10 ans. Pour tout dire, je crois que j'avais trouvé cette histoire un peu tirée par les cheveux... Les critiques du site, et le débat qui s'y fait jour - livre pour enfant/livre philosophique - m'ont donné l'envie de le relire, ce que je viens de faire, en VO, dans un vieil exemplaire emprunté à la bibliothèque (Je n'ai pu retenir un sourire en lisant dans la préface que l'oeuvre de Lewis Carroll avait heureusement échappé aux tentatives de dissection des psychanalystes... Si j'en crois les critiques de Aaro-Benjamin et de Saule, cette information n'est plus d'actualité!), tout en gardant à l'esprit les conseils de Saule ("de lire ce conte comme un enfant, en y croyant") ou d'Alberto Manguel (qui parle de "suspension of disbelief"). Je me suis donc efforcée de lire ce livre en laissant aux vestiaires mes préjugés et mes idées toutes faites... Et le résultat est proprement soufflant!

Il y a tellement de passages éblouissants dans ce livre que je pourrais en compiler quelques pages. Mais bon, je me limiterai à en épingler deux qui m'ont plus particulièrement frappée et qui se situent tous les deux au début du livre alors qu'Alice commence tout juste à expérimenter les effets de la potion qui fait rétrécir:

"What a curious feeling!' said Alice. "I must be shutting up like a telescope"
And so it was indeed: she was now only ten inches high, and her face brightened up at the tought that she was now the right size for going through the little door into that lovely garden. First, however, she waited for a few minutes to see if she was going to shrink any further : she felt a little nervous about this; "for it might end, you know", said Alice to herself, "in my going out altogether, like a candle. I wonder what I should be like then?" And she tried to fancy what the flame of a candle looks like after the candle is blown out, for she could not remember ever having seen such a thing.

Dans la difficulté de la petite Alice à se représenter la flamme d'une bougie qu'on vient d'éteindre, il me semble qu'on peut lire aussi la difficulté à imaginer l'"après" de la disparition, à comprendre la mort et l'absence soudaine et définitive... et pas seulement pour un enfant.

Et puis, il y a cet autre passage un peu plus loin, et une observation criante de vérité (ça ne vous arrive jamais, à vous, de vous donner de bons conseils et de ne pas les suivre ;-)?):

"Come, there's no use in crying like that!" said Alice to herself rather sharply. "I advise you to leave off this minute!" She generally gave herself very good advice (though she very seldom followed it)..."

Une véritable redécouverte!

Le voyage d'Alice

10 étoiles

Critique de Saule (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 54 ans) - 18 février 2005

Pour répondre à Pendragon, je suis prêt à penser comme Tim Powers que sous ce merveilleux conte enfantin plein d'humour de de fantaisie se cachent des vérités humaines essentielles. Est-ce qu'il faut pour ça le lire entre les lignes ? Je ne suis pas sûr, je pense qu'il faut le lire comme un enfant de dix ans, en y croyant (ou en faisant semblant) et laisser la magie de ce pays des merveilles et la pureté de la petite Alice agir sur nous. Si j'ai relu Alice c'est parce que j'en avais rêvé, ce qui est vraiment étonnant car je ne me souvenais pas du tout de l'histoire. C'est la preuve que ce conte, qu'on m'avait certainement lu quand j'étais enfant, avait eu un impact.

Je vous conseille de le lire d'abord en français (le texte est disponible sur internet), ensuite en anglais ou dans une édition bilingue car en effet l'humour est souvent basé sur des jeux mots intraduisibles. Ensuite lisez le et laissez agir la magie. Toute les interprétations sont bonnes tant qu'elles sont personnelles et surtout tant qu'elles vous permettent d'apprendre quelque chose sur vous. C'est là que réside la valeur d'Alice au pays des merveilles, pays des merveilles qui se situe quelque part au centre de la terre, le symbole de l'inconscient.

Cette Alice est un enfant étonnant : on apprend par exemple qu'elle joue souvent à être plusieurs personnes et qu'elle se parle à elle-même (tout ceux qui ont connu des phénomènes de dissociations, qui ont été sous l'emprise de complexes autonomes pour reprendre le terme de Jung, apprécieront). Cette faculté, loin d'être un handicap, l'aide souvent dans son voyage magnifique mais parfois dangereux.

Ensuite Alice fait preuve d'une présence d'esprit formidable. J'aime tellement l'épisode du début : alors qu'elle tombe dans le tunnel sans fin, elle attrape un pot de marmelade, constate avec dépit qu'il est vide, et a la présence d'esprit de la remettre dans une étagère plus bas en tombant, ceci afin d'éviter de blesser quelqu'un. C'est formidable !!. On reste admiratif devant le courage de cette petite fille et quel exemple pour les enfants de voir cette petite fille qui affronte des situations les plus périlleuses avec humour, courage et présence d'esprit. Mais encore : elle grandit et elle rapetisse, elle trouve un chat mystérieux qui lui donne une petite leçon de philosophie,..

Aaro-benjamin mentionne que Lewis Carroll avait des tendances pédophiles, je ne sais pas si c'est vrai (aux dernières nouvelles il y aurait pas mal d'allégations fallacieuses ou de fantasmes là-dessous). Toujours est-il qu'il était amoureux de la petite Alice pour laquelle il a inventé cette histoire, qu'il a peut-être sublimé cet amour pour créer une petite héroïne qui, me semble-t-il, peut être vue comme un symbole de la pureté et du monde de l'enfance.

Sauté

7 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 50 ans) - 17 février 2005

Un conte définitivement original. Les hippies des années soixante y ont vu une création psychédélique, suspectant que l’auteur soit un adepte des drogues. D’autres ont tenté des analyses freudiennes, notamment lorsqu’il est apparut de plus en plus évident que Carroll était pédophile, en raison de sa passion pour la photographie de fillettes. Mais, la réalité est probablement beaucoup plus fade. Écrivain de l’ère victorienne, emprisonné dans les convenances, ce conte a assurément été un exutoire pour Carroll.

En soi, c’est un récit assez simple. L’aspect le plus intéressant pour moi est ce refus du conformisme, les dialogues insensés qui revisitent la logique. Dommage que Carroll n’aie pas choisi d’être plus symbolique et d’utiliser son imaginaire délirant pour parodier la société qu’il l’entourait.

Un conte toujours aussi agréable à lire

8 étoiles

Critique de Kreen78 (Limours, Inscrite le 11 septembre 2004, 40 ans) - 20 décembre 2004

Je l'ai lu en anglais vers l'âge de 16 ans, et je me souviens que j'avais beaucoup apprécié cette lecture accessible aux jeunes bilingues.

Lewis Carroll est bourré d'imagination. On se laisse aller en compagnie de la jeune Alice dans ses situations les plus folles avec joie et entrain.

Bien mieux que le dessin animé.

Alice personnage mythique

8 étoiles

Critique de Marla singer (Marseille, Inscrit le 22 août 2004, 32 ans) - 25 août 2004

j'ai lu ce livre dans ma tendre jeunesse... il ne m'avait pas vraiment plu je trouvais les personnages originaux mais peu plaisantx et l'histoire sans grand intérêt, je l'ai relu il n'y a pas longtemps et je trouvais ce livre dingue et je ne comprenais pas pourquoi il était fait pour les enfants, je m'explique Alice suit un lapin dans son terrier pour entrer elle prend une pilule plus que douteuse qui la fait devenir tout petite... Peu après son arrivée de l'autre côté, elle croise un animal (je ne me rappelle plus lequel), assis sur un champignon d'une forme bizarre qui pourrait faire penser aux fameux psylo...(bref hallucinogène),et en train de fumer dans un narguilé, c'est à ce personnage plus qu'amical qu'elle confie son itinéraire... Vous me direz cette pilule est tout ce qu'il y a de plus banal, ces champignons sont des cèpes... et le narguilé qu'il fume est à la pomme, je ne pourrai pas vous contredire mais je garde un doute quand même. Bref je vais rejoindre Alice dans ce monde fabuleux qui me convient bien, peut-être y verrais-je ma dulcinée morphée :)

Psychédélique

6 étoiles

Critique de FightingIntellectual (Montréal, Inscrit le 12 mars 2004, 36 ans) - 27 mai 2004

Wow...une belle heure à divaguer dans le rêve étranger d'Alice. Du talent que ce Lewis Carroll. Merci encore une fois à Librio pour leurs classiques à prix réduits.

Un simple conte!

8 étoiles

Critique de Lolita (Bormes les mimosas, Inscrite le 11 décembre 2001, 33 ans) - 13 décembre 2001

Faisant référence à ce que dit Pendragon, je pense qu'"Alice aux pays des merveilles" est juste un simple conte pour enfants qui a émerveillé petits et grands. Quand à ceux qui ont aimé, je ne peux que leur conseiller de lire la suite qui s'intitule : "Ce qu'Alice trouva de l'autre côté du miroir."

plein de fantaisies

8 étoiles

Critique de Epona (Ligny, Inscrite le 17 avril 2001, 28 ans) - 2 décembre 2001

les personnages sont très drôles. On le termine rapidement parce que l'histoire nous entraine pages après pages avec autant d'amusement.

Philosophique

7 étoiles

Critique de Pendragon (Liernu, Inscrit le 26 janvier 2001, 48 ans) - 30 novembre 2001

J'ai lu ce livre il n'y a pas si longtemps, d'abord parce qu'il s'agit d'un grand classique et ensuite parce que Tim Powers (un grand écrivain de Fantasy) y faisait référence dans un de ses romans, présentant ce livre comme un recueil de philosophie pour celui sachant lire entre les lignes... J'ai désespérément lu entre les lignes sans trouver autre chose qu'un conte pour enfant, certes bien écrit, mais sans cette profondeur que j'attendais... Ai-je mal lu ?

Forums: Alice au pays des merveilles

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Deux adaptations cinématographiques d'Alice 25 Nance 28 novembre 2018 @ 17:57
  Alice et Saint Michel 6 Saule 19 février 2005 @ 21:29

Autres discussion autour de Alice au pays des merveilles »