44 jours : The Damned United de David Peace

44 jours : The Damned United de David Peace
( The Damned Utd)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par El grillo, le 19 novembre 2008 (val d'oise, Inscrit le 4 mai 2008, 44 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (21 962ème position).
Visites : 2 149 

Clough, une tête aussi dure que le gâteau

Brian Clough, manager mythique du foot anglais des années 70, charismatique, tyrannique ?, déjanté, passionné, grande gueule. Après une carrière d'attaquant, il lance Derby County vers la première league avec succès. C'est lorsqu'il signe à Leeds que les choses se gâtent...

Une période de la vie de Brian Clough, entre fiction et réalité. On suit Cloughie lors de sa prise de fonction à Leeds, en 74, ses coups de gueule, ses humeurs, son amour du football. Son dégoût pour la triche aussi, et des magouilles de toutes sortes que l'on voit déjà poindre dans le milieu.

Le récit oscille en permanence entre le passé de Clough à Derby et le présent, à Leeds. Beaucoup de similitudes, la limite n'est pas si importante entre le succès, la reconnaissance, et l'échec, la mise en boite. Quand l'envie est là, tout coule, sinon, tout s'effondre sur un match, un quart d'heure, une action... jusqu'à l'auto destruction ?
Les erreurs du passé se répètent et n'aboutissent pas aux mêmes résultats. Ce parallèle constant dans le récit des deux périodes est très habile, rendant le "suspense" permanent, Peace prend le soin d'user le mécanisme jusqu'à la corne.
C'est fort, attachant, parfois vulgaire comme ce cher Cloughie, mais passionnant.

Pour le titre, les amateurs comprendront.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

mouai....

3 étoiles

Critique de Clubber14 (Paris, Inscrit le 1 janvier 2010, 37 ans) - 11 décembre 2015

J'ai pas vraiment accroché avec cette biographie de Brian Clough, joueur certes mythique de Sunderland mais dont la vie et la carrière n'ont rien d'absolument incroyable....
Le style de Peace ça oui j'aime davantage !!!! Un style direct, acéré comme des crocs, punchy.... du tout bon. Des phrases courtes, répétées en boucle, elles nous plongent dans la tête de Clough, dans son humeur noire quotidienne. Avec lui nous ferons des bonds en avant et en arrière dans la carrière de Clough, nous serons d'ailleurs un peu perdus : quand est-on là? Est-il revenu en arrière? Leeds? Derby county?
Mais bon à part le style que j'aime beaucoup, je me suis vite lassé de l'histoire, de cette vie de footballeur prodige "gâchée" trop tôt, de ce talent perdu.... Même en tant que fan de foot je n'ai pas été fan du bouquin.... pas grave j'ai pu découvrir quand même ce personnage fort en couleur et très grande gueule comme les anglais les aiment parfois tant....

Cloughie... un entraîneur pas comme les autres !

9 étoiles

Critique de Patman (, Inscrit(e) le 5 septembre 2001, 55 ans) - 12 novembre 2015

44 jours. C'est le nombre de jours qu'a presté Brian Clough en tant qu'entraîneur de Leeds United au début de la saison 1974-75. Le temps de 5 matches qui se soldèrent par 3 défaites pour un match nul et une victoire.
David Peace nous fait ici un récit très vivant de cette période incroyable et des évènements qui ont amené le brillant entraîneur de Derby County à rejoindre l'équipe qu'il haïssait le plus au monde ! Car "Cloughie" déteste Leeds ! Il le répète au fil des interviewes durant les saisons précédentes, Leeds est une équipe de tricheurs et de magouilleurs. Les joueurs de Leeds sont des bouchers, des simulateurs, etc. Imaginez donc la tête de ces mêmes joueurs le jour où Clough débarque dans leur vestiaire ! Dès les premiers instants, c'est la froideur qui prime, puis très vite, l'entraîneur se retrouve seul dans son bureau, n'entrant dans le vestiaire que pour donner la compo de l'équipe juste avant le match. Les joueurs recrutés par le nouveau coach sont boycottés par le reste de l'équipe, les plus anciens joueurs ne cachent même pas leur antipathie vis à vis de l'entraîneur et l'on soupçonne même certains de "lever le pied" volontairement pendant les matches, une série de défaites précipiterait certainement le limogeage de Clough. C'est d'ailleurs ce qui arrivera au terme de ce 44ème jour... Brian Clough, ce génie du foot qui en 4 saisons avait hissé Derby County de D2 en D1 et conquit le titre de champion d'Angleterre (1972) grâce à un style de jeu atypique, celui que l'on pressentait pour devenir l'entraîneur de l'équipe nationale, le "meilleur" coach britannique, Brian Clough s'écrasait en plein vol

Ce que le livre ne raconte pas (mais peut-être que David Peace nous réserve une suite ? ) c'est l'incroyable revanche que va prendre "Cloughie" en prenant en main la petite équipe de Nottingham Forest en 1975... mais ça, c'est une autre histoire !

Portrait d'un entraîneur de football atypique

8 étoiles

Critique de Nothingman (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 37 ans) - 13 juin 2011

Brian Clough ou Cloughie, comme ont fini par l'appeler tous les amateurs de Première league anglaise au tournant des années 60 et 70. C'était le foot au temps de Bobby Moore, Bobby Charlton, Georges Best.
Brian Clough a été attaquant à Sunderland, mais sa brillante carrière sera brisée par une vilaine blessure. Très vite, il se relance comme entraîneur d'un petit club Hartlepool. Là, il se fait remarquer et le club de Derby County va l'engager, avec son fidèle compère Peter Taylor Très vite, son style de management va faire fureur dans les Midlands. Il va conduire ce petit club de League deux anglaise jusqu'au titre de champion de Première league avant de connaître les fastes de la coupe d'Europe contre des clubs tels que Benfica ou la Juventus. Brian Clough ou l'émergence d'un sacré foutu caractère. Un entraîneur qui, après deux ans de grâce, devient vite ingérable pour les dirigeants de son propre club pour qui il marche un peu trop sur leurs plates bandes. Un entraîneur qui très vite aussi, se disperse avec les demandes incessantes de la presse écrite comme télévisuelle, toujours à l'affût des sorties et des coups de gueule de Cloughie. Des sorties dans lesquelles il se plaît souvent à épingler Leeds, un club qu'il honnit par dessus tout les traitant de tricheurs. C'est donc la stupéfaction quand en 1974, il accepte de coacher Leeds, et tous ces joueurs pour lesquels il n'a toujours aucune estime.
Ce roman qui se lit comme un thriller et raconte en alternance l'époque dorée de Brian Clough à Derby County ainsi que sa déchéance lors du championnat de 1973-74.
Dans un deuxième temps, le roman raconte aussi les 44 jours vécus par Brian Clough à la tête de Leeds, le champion sortant d'Angleterre. Ce qui devait être le summum de la carrière de cet entraîneur atypique, sera un interminable calvaire, avec des joueurs qui, jamais ne lui adresseront la parole, ni ne lui feront confiance. L'entraîneur lui-même se mure dans le mutisme. C'est limite si l'entraîneur donne encore des consignes à ses hommes. Très vite le club périclite et se retrouve dans les tréfonds du championnat dont il occupait encore la tête trois mois plus tôt.
Grandeur et déchéance d'un sacré caractère, bourru en diable. Mais ce sont de tels personnages qui font que le football est ce qu'il est.

Forums: 44 jours : The Damned United

Il n'y a pas encore de discussion autour de "44 jours : The Damned United".