Spirou et Fantasio, tome 46 : Machine qui rêve
de Tome (Scénario), Janry (Dessin)

critiqué par Jean Loup, le 14 novembre 2001
(Vaulx en Velin - 47 ans)


La note:  étoiles
Petite révolution chez le groom !
Il en aura fallu, du courage, pour sortir un tel album. Quand on est un scénariste reconnu et talentueux, à la tête de séries phares comme "Soda", "Le petit Spirou" ou "Spirou et Fantasio", on peut vivre sur ses lauriers et alimenter chaque série pour que les ventes ne se tassent pas.
Mais Philippe Tome, visiblement peu enclin à vivre de routine, opère carrément une petite révolution avec ce 46e épisode d'un héros-institution qui, faut-il le rappeler, donna son nom à l'un des principaux hebdomadaires BD.
Le ton est réaliste, noir, presque sans humour. Le dessin de Janry, sans renier Franquin, se fait plus sombre, moins en rondeur. L'abandon du surnom de Seccotine (son prénom, qu'on se le dise, c'est Sophie !) est un exemple révélateur : Spirou garde un pied dans la sphère "enfantine" mais l'autre est désormais dans un monde plus réel.
Le scénario est très bon (Tome nous en a donné l'habitude), le dessin témoigne d'une maîtrise parfaite. Ce Spirou-là est un très bon cru. Et si on ne l'aime pas, il faut reconnaître aux auteurs une audace peu courante dans le monde de la BD.
On attend le prochain avec impatience pour voir quelle sera l'évolution !
Déconcertant mais plaisant ! 9 étoiles

Je suis un inconditionnel des aventures de "Spirou & Fantasio" de la période Franquin. Pourtant, dans ma jeunesse, je suivais dans l'hebdomadaire"Spirou", dans les années 75 les aventures du célèbre duo, repris par Tome & Janry sans enthousiasme. (trop moderne pour moi à l'époque, trop loin de l'univers de Franquin). Pourtant un seul dyptique , découvert sur le tard je l'avoue, tirera son épingle du jeu avec "la vallée des bannis"
Avec "Machine qui rêve", il m'a fallu y revenir à plusieurs reprises avant d'en saisir vraiment le sens.
Déconcertant, dérangeant, Tome & Janry bousculaient tout les codes régissant cette série par un dessin plus adulte, un scénario d'actualité et surtout une absence totale d'humour qui pourrait faire de cette aventure un one shot à part.
Un Spirou adulte où Sophie succède à Seccotine, et où la trame dramaturgique l'emporte sur le côté comique de la série.
Je comprends qu'un grand nombre de lecteurs soit passé totalement à côté de cette histoire.
Pendant longtemps, j'ai également mis de côté cet album avant d'en redécouvrir sa richesse et sa modernité.
Un des meilleurs voire le meilleur album de la période de Tome & Janry.

Hervé28 - Chartres - 51 ans - 20 avril 2013


L'OVNI de la série 8 étoiles

Cet album est unique en son genre, on est loin de la série enfantine et cela fait du bien !!!
Spirou et Fantasio ont enfin un scénario digne de ce nom. En prime, il y a une audacieuse recherche graphique qui donne une atmosphère noire et oppressante. L'album est déroutant par les choix scénaristique et graphique, ce qui fait de lui un album hors du commun, inestimable !
Certains critiqueront ce changement, mais leurs auteurs peuvent partir la tête haute, car au lieu de succomber au merchandising ils ont offert à la série une perle ! Je n'ai qu'un seul mot : MERCI !!!

Cartouche - Bruxelles - 42 ans - 3 juin 2004


c'est vrai... 8 étoiles

Je suis d'accord avec Jean Loup. Il en aura fallu du courage aux auteurs mais aussi à l'éditeur pour sortir cet album, car Spirou qui est quand même une institution change totalement: Les dessins, les personnages, la narration,... Spirou et ses amis seraient-ils devenus des adultes??!! Si c'est oui, j'adhère totalement. La série commençait tout doucement à s'essouffler.
Cet album m'a réconcilié avec Spirou. Tome & Janry, merci.

Eto Demerzel - Montignies-Sur-Sambre - 40 ans - 19 novembre 2001